Neuro-urologie

25 mars 2019

Auteurs : G. Ploussard, J.-N. Cornu
Référence : Prog Urol, 2019, 1, 29, 27-28, suppl. 1HS



 


Autosondage intermittent propre : quels freins pour les urologues ?



D’après la communication de F. Hervé (Bruxelles)


L’autosondage intermittent propre est une des techniques de référence pour les troubles de vidange en neuro-urologie. Cependant, si l’indication de la mise en place des autosondages est souvent claire et bien codifiée, leur apprentissage est une problématique du quotidien qui est un éventuel frein à leur utilisation pratique. En particulier, aucune étude n’est disponible concernant la perception de l’autosondage par le personnel soignant. Dans une large enquête et sous l’égide de l’Association française d’urologie, il a pu être montré que les urologues (1 607 correspondants interrogés, et 199 réponses) manifestent parfois un manque de connaissance pratique concernant les autosondages, et proposeraient plus cette thérapeutique si une infirmière spécialisée était facilement sollicitée et disponible pour les aider. L’incitation financière était aussi une problématique, les urologues déclarant que plus d’autosondages seraient prescrits si une aide financière était possible. Ces données mettaient en lumière l’importance du contexte pour la faisabilité de la mise en place d’autosondages chez les patients (manque de temps, manque d’expertise, manque de collaboration avec les infirmières spécialisées, faiblesse de la cotation de l’acte).


Abstract N° CO-160



Efficacité des injections de toxine botulique chez les patients avec vessie neurologique : données à long terme



D’après la communication de S. Delaval (Lille)


Les injections intradétrusoriennes de toxine botulique sont un traitement validé de l’hyperactivité détrusorienne dans le cadre des vessies neurologiques liées à une sclérose en plaques. Cependant, des réinjections sont nécessaires de manière itérative pour maintenir l’effet de la toxine au cours du temps. Peu de données à long terme sont disponibles dans cette population. Delaval et al. ont présenté les données rétrospectives concernant les patients traités dans plusieurs centres experts entre 2008 et 2011 avec un suivi minimum de 5 ans ; 89 patients ont pu être analysés, avec un taux de maintien de 77 % à 60 mois. Les arrêts de traitement ont été décidés soit pour perte d’efficacité (deux tiers des cas), soit pour impossibilité de réalisation des autosondages. Le score Expanded Disability Status Scale (EDSS) était le principal facteur prédictif d’interruption du traitement au cours de cette étude. Il existait une tendance à l’interruption de traitement chez les patients ayant une forme progressive par rapport aux patients ayant une forme rémittente. Ces données soulignaient l’importance de l’évaluation initiale des patients lors de l’instauration du traitement.


Abstract N° CO-162



Neuromodulation comme traitement des troubles vésico-sphinctériens liés à la maladie de Parkinson : une étude multicentrique



D’après la communication de B. Peyronnet (Rennes)


Les symptômes du bas appareil urinaire sont fréquents au cours de l’évolution de la maladie de Parkinson. Des troubles de stockage et de vidange peuvent être constatés, de même que des troubles ano-rectaux, faisant de ces patients des candidats potentiels à la neuromodulation sacrée. Cependant, très peu d’études ont évalué cette thérapie chez le patient parkinsonien. Dans une étude rétrospective rassemblant tous les cas de dysfonction vésico-sphinctérienne dans le cadre d’une maladie de Parkinson traités par neuromodulation, Peyronnet et al. ont compilé les données concernant 20 patients. Il s’agissait principalement d’hommes avec un âge médian de 74 ans, ayant pour la plupart une dysfonction détrusorienne avérée au bilan urodynamique préopératoire. La phase de test a été positive chez 13 patients ; après un suivi médian de 20 mois, seuls 7 patients conservaient une amélioration supérieure à 50 %. Cette étude montrait la variabilité des résultats de la neuromodulation dans cette population, dont les résultats sont inférieurs aux cas d’hyperactivité vésicale (HAV) idiopathique. La place des traitements alternatifs, comme la stimulation du nerf tibial postérieur, reste à déterminer.


Abstract N° CO-163



Neuromodulation à l’aide d’un dispositif rechargeable sans phase de test : résultat à 1 an d’une étude pilote



D’après la communication de M. A. Perrouin-Verbe (Nantes)


La neuromodualtion est un traitement validé pour la prise en charge de l’HAV en échec des traitements conservateurs et médicamenteux. Un nouveau dispositif, alternative au dispositif traditionnel, a été testé chez 51 patients au cours d’une étude multicentrique internationale. Ce dispositif miniaturisé est implanté directement sans phase test, avec une électrode de neuromodulation traditionnelle et un boîtier miniaturisé solidaire, rechargeable par induction par voie transcutanée. Les patients étaient évalués sur le plan de l’efficacité par un calendrier mictionnel à 1, 3, 6 et 12 mois après l’implantation. À 1 mois de l’implantation, 71 % des patients ont eu une réponse positive. Après 12 mois de suivi, 94 % des patients répondeurs continuaient à avoir un résultat positif avec une baisse du nombre de mictions par jour et une diminution significative des fuites quotidiennes par rapport à la période préopératoire. Au total, un patient a dû être explanté pour infection et un patient explanté pour cause d’inefficacité. Aucun effet secondaire lié à la recharge du dispositif n’a été constaté. Ces données à moyen terme renforçaient donc l’intérêt de cette évolution technique, avec des résultats médico-économiques prometteurs mais restant à évaluer.


Abstract N° CO-164



Liens d’intérêts


J.-N. Cornu : L’auteur est consultant pour les compagnies Allergan, Astellas, Boston Scientific, Bouchara-Recordati, Coloplast, Cousin Biotech, Medtronic, Mundipharma, Pfizer, Pierre Fabre Médicaments et investigateur pour Astellas, Cousin Biotech, Coloplast, GT Urological, Ipsen, MedTronic.


G. Ploussard : activités de consultant (Astellas, IPSEN, Janssen, Ferring, Bouchara-Recordati, Takeda) et investigateur d’études cliniques (Janssen, Ferring).



Remerciements


Cet article fait partie du numéro hors série Compte-rendu du 112e congrès de l’Association française d’urologie 2018 réalisé avec le soutien institutionnel d’Astellas.







© 2019 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.