Base bibliographique

Pénurie Ametycine
2019

Chers collègues,
L'Agence National de Sécurité du Médicament (ANSM) a signalé le 9/05/2019 une pénurie nationale en Amétycine (mitomycine C) utilisée pour les instillations endovésicales. Celle-ci pourrait durer environ un mois.

Mise à jour des fiches infos patients
2019

Les fiches infos traitements ont été mises à jour par le CA de l’AFU avec l’aide précieuse de plusieurs urologues experts lors du séminaire d’octobre 2018.
Elles sont incontournables en vue de programmer une intervention chirurgicale.
Elles fusionnent les fiches traitements et suites d’intervention et le formulaire de consentement éclairé.

Voici la liste des premières fiches mises à jour disponibles sur Urofrance : 

Pénectomie totale (ablation totale de la verge)
2019
- Traitement
Prothèse testiculaire
2019
- Traitement
Sondage vésical
2019
- Traitement
Uréthrocystoscopie chez l'homme
2019
- Traitement
Uréthrocystoscopie chez la femme
2019
- Traitement
Biopsie échoguidée de la prostate
2019
- Traitement
Calcul de la vessie
2019
- Traitement
Cathéterisme sus-pubien
2019
- Traitement
Curage ganglionaire inguinal
2019
- Traitement
Curage ganglionnaire rétropéritonéal d’évaluation pour cancer du testicule
2019
- Traitement
Curage rétropéritonéal pour masse résiduelle
2019
- Traitement
Cure de diverticule de la vessie
2019
- Traitement
Cure endoscopique du reflux vésico-urétéral
2019
- Traitement
Orchidectomie partielle
2019
- Traitement
Orchidectomie totale
2019
- Traitement
Pénectomie partielle
2019
- Traitement
Traitement des condylomes
2019
- Traitement
Perioperative infectious risk in urology: Management of preoperative polymicrobial urine culture. A systematic review. By the infectious disease Committee of the French Association of urology
Gestion du risque infectieux périopératoire en urologie : que faire de l’ECBU polymicrobien ? Revue systématique de la littérature. Par le Comité d’infectiologie de l’Association française d’urologie (CIAFU)
2019
- Revue de la littérature
- Réf : Prog Urol, 2019, 5, 29, 253-262


Introduction


Mots clés:
Polymicrobial urine culture / Urological surgery / antibiotic prophylaxis / urinary tract infection / ECBU polymicrobien
Mots-clés:
M. / V. / S. / A. / G.
Study of the intra-prostatic arterial anatomy and implications for arterial embolization of benign prostatic hyperplasia
Étude de la vascularisation intraprostatique appliquée à l’embolisation des artères prostatiques comme traitement de l’hyperplasie bénigne de prostate
2019
- Article du mois
- Réf : Prog Urol, 2019, 5, 29, 263-269


Introduction


Mots clés:
prostate / hyperplasia / embolization / Adenoma / Arterial anatomy
Mots-clés:
J. / G. / M. / M. / M.
The impact of postoperative inflammatory biomarkers on oncologic outcomes of bladder cancer
L’impact des marqueurs systémiques d’inflammation sur les résultats oncologique du cancer de la vessie
2019
- Articles originaux
- Réf : Prog Urol, 2019, 5, 29, 270-281


Introduction


Mots clés:
bladder cancer / Inflammation / recurrence / survival / Cancer de la vessie
Mots-clés:
S. / I. / F. / T. / G.
Voiding urethrocystoscopy: A new concept for benign prostatic obstruction characterization
Cystoscopie mictionnelle : un nouveau concept pour caractériser l’obstruction sous-vésicale
2019
- Articles originaux
- Réf : Prog Urol, 2019, 5, 29, 288-292


Introduction


Mots clés:
urethrocystoscopy / Benign prostatic hyperplasia / Bladder outlet obstruction / Voiding / Uréthrocystoscopie
Mots-clés:
B. / S. / J.-N.
Who is dying after nephrectomy for cancer? Study of risk factors and causes of death after analyzing morbidity and mortality reviews (UroCCR-33 study)
Qui meurt après une néphrectomie pour cancer ? Étude des facteurs de risque de décès, des causes de décès et des réunions de morbi-mortalité (étude UroCCR-33)
2019
- Articles originaux
- Réf : Prog Urol, 2019, 5, 29, 282-287


Introduction


Mots clés:
Renal cell carcinoma / nephrectomy / Surgery / Thirty-day mortality / Morbidity and mortality reviews
Mots-clés:
A. / P. / J.-C. / J.-B. / M.
Affirmer que la France et les pays francophones présentent un niveau parmi les meilleurs au monde
Testify that France and francophone countries have one of the best level in the World
2019
- Editoriaux
- Réf : Prog Urol, 2019, 3, 29, 134-135


Revue scientifique et médicale, Progrès en urologie est la revue de notre société savante et assure un peu plus la cohésion de l’urologie française et francophone.


Il s’agit d’une belle réalisation permettant un espace de publication de qualité.


Mots clés:
J.A.
Mots-clés:
Urinary stress incontinence / Artificial urinary sphincter / Robotic-assisted laparoscopy
Corrélats neuroanatomiques entre lésions AVC et troubles urinaires : une revue de la littérature
Neuroanatomical correlates between stroke lesions and urinary disorders: A narrative review
2019
- Revues de la littérature
- Réf : Prog Urol, 2019, 4, 29, 226-234


Contexte

L’AVC est responsable de troubles urinaires variés, fréquents mais souvent sous-diagnostiqués et donc non traités. Malgré la progression de la compréhension du contrôle mictionnel physiologique et des structures cérébrales impliquées, la correspondance précise entre les sites lésionnels et les symptômes urinaires observés n’est pas clairement établie.


Objectif

L’objectif de cette revue était une mise à jour sur ces corrélats neuroanatomiques.


Sources documentaires

La recherche a porté sur les articles en français ou anglais, sur PubMed, portant sur l’être humain ou l’animal, publiés entre le 01/01/2000 et le 31/08/2018 avec les mots clés suivants : (stroke or hemiplegia ) and (urinary incontinence or low urinary tract symptom or retention or overactive bladder or dysuria ) and (anatomy or location or localization or area or lesion ).


Sélection des études

L’auteur principal a sélectionné les articles les plus pertinents sur le résumé puis sur texte complet.


Résultats

Douze articles ont été inclus. Leur étude n’a pas permis de totalement confirmer les corrélats neuroanatomiques dérivés du modèle animal. L’atteinte frontopariétale dans l’incontinence urinaire, l’implication de l’insula dans la rétention urinaire, et la présence systématique de troubles urinaires de types variables dans les lésions du tronc cérébral sont les principales associations retrouvées.


Limites

Peu d’études ont été inclues, avec une méthodologie et une population variables.


Conclusion

Certaines aires cérébrales lésées lors d’un AVC semblent impliquées de façon récurrente dans les troubles urinaires, mais de nouvelles études de plus haut niveau de preuve sont nécessaires pour confirmer cela.


Context

Stroke generates diverse urinary disorders, frequent but often under-diagnosed and thus untreated. Even though advances in the comprehension of the physiological voiding control and involved brain areas, the precise correspondence between lesion sites and observed urinary symptoms is not clearly established.


Objective

This review aimed to update on this neuroanatomical correlates.


Documentary sources

The search focused on articles written in French or English, on PubMed, studying human beings or animals, published between the 1st of January 2000 and the 31st of August 2018 using the following keywords (stroke or hemiplegia) and (urinary incontinence or low urinary tract symptom or retention or overactive bladder or dysuria) and (anatomy or location or localization or area or lesion).


Studies selection

The main author selected the most pertinent articles on abstracts and then on full text.


Results

Twelve studies were included in our review. We could not fully confirm the neuroanatomical correlates based on the animal model. Frontoparietal lesions in urinary incontinence, role of the insula in the urinary retention, and systematic but different urinary symptoms in the brain stem lesions are the main findings.


Limits

Few studies were included, with varying methodologies and types of population.


Conclusion

A few cerebral areas damaged by stroke seem to be linked to certain urinary troubles, but new studies with a higher methodological quality are required to confirm this result.

Mots clés:
AVC / Humains / incontinence urinaire / dysurie / Neuroanatomie
Mots-clés:
stroke / Humans / Urinary incontinence / Dysuria / neuroanatomy
Éditorial
Editorial
2019
- Editoriaux
- Réf : Prog Urol, 2019, 3, 29, 133


J’ai eu la grande chance d’être pendant un peu plus de 6 ans rédacteur associé de Progrès en Urologie . Il est très important que notre revue se renouvelle et je suis donc heureux de céder ma place, même si c’est avec un petit pincement au cœur.


Mots clés:
A.
Mots-clés:
Urinary stress incontinence / Artificial urinary sphincter / Robotic-assisted laparoscopy
Efficacité au long terme de la toxine botulique dans l’hyperactivité de vessie chez les patients atteints de sclérose en plaques
Long-term outcomes of intradetrusor botulinum toxin A in multiple sclerosis patients
2019
- Articles originaux
- Réf : Prog Urol, 2019, 3, 29, 156-165


Introduction

L’objectif de cette étude était d’analyser l’efficacité et la tolérance de la TB sur le long terme dans la prise en charge de l’hyperactivité vésicale réfractaire aux anticholinergiques chez des patients atteint de SEP.


Matériel et méthode

il s'agit d'une étude de cohorte monocentrique rétrospective de l’ensemble des patients atteints de SEP ayant eu une injection TB pour une hyperactivité détrusorienne réfractaire aux anticholinergiques de 2005 à 2015. Le critère de jugement principal était l’efficacité clinique basée sur la fréquence des fuites urinaires et des infections urinaires symptomatiques.


Résultats

Cent dix-neuf patients ont reçu la première injection. Le suivi médian était de 26,5 mois. Après une injection, on retrouvait une diminution significative du nombre de fuites, avec 69,7 % de patients sans fuites et 93,3 % de patients sans infections urinaires. Après 7 injections 44 % des patients étaient toujours secs et 62,07 % n’avaient pas d’infections urinaires symptomatiques. Le taux d’échec était de 24,37 %, la durée moyenne avant échappement était de 34,7 mois. 19 (66 %) patients ont arrêté le traitement pour perte d’efficacités, 9 (31 %) pour évolution de la maladie et 1 (3 %) pour arrêt du traitement sans cause. Sur les 774 injections réalisées, il existait des complications pour 26 d’entre elles (3,35 %).


Conclusion

La toxine botulique reste le traitement de référence de deuxième ligne de l’hyperactivité détrusorienne d’origine neurologique. Il existe, au moins à court terme une bonne réponse dans un nombre élevé de cas. Cette réponse peut se maintenir pendant de nombreuses années, notamment si les patients utilisent le cathétérisme intermittent, et cela avec une excellente tolérance.


Niveau de preuve

4.


Introduction

The objective of this study was to analyze the long-term efficiency and tolerance of TB in the management of anticholinergic refractory hyperactive bladder in patients with MS.


Material and method

Retrospective mono-centric cohort study of all patients with MS who had a TB injection for anticholinergic refractory hyperactivity from 2005 to 2015. The primary endpoint was clinical efficiency based on the frequency of urinary leakage and symptomatic urinary tract infections.


Results

One hundred and nineteen patients received the first injection. Median follow-up was 26.5 months. After an injection, there was a significant decrease in the number of leaks, with 69.7% of patients without leaks and 93.3% of patients without urinary tract infections. After 7 injections 44% of the patients were still dry and 62.07% had no symptomatic urinary tract infections. The failure rate was 24.37%, the average duration before discharge was 34.7 months. 19 (66%) patients stop treatment for loss of efficacy, 9 (31%) for disease progression and 1 (3%) for cessation of treatment without cause. Of the 774 injections performed, there were complications for 26 of them (3.35%).


Conclusion

Botulinum toxin remains the second-line reference treatment for detrusor overactivity of neurological origin. There is, at least in the short term, a good answer in a large number of cases. This response can be maintained for many years, especially if patients use intermittent catheterization, with excellent tolerance.


Level of evidence

4.

Mots clés:
Vessie neurologie / Sclérose en plaque / Toxine botulique / incontinence urinaire / Hyperactivité vésicale réfractaire aux anticholinergiques
Mots-clés:
Neurogenic bladder / Multiples sclerosis / Botulinium toxin A / Urinary incontinence / Refractory neurogenic detrusor overactivity
Évaluation à long terme des cystostomies continentes de type Mitrofanoff chez l’adulte : résultats à 5 ans
Long-term follow-up of continent cystostomy with the Mitrofanoff procedure: 5 years later
2019
- Articles originaux
- Réf : Prog Urol, 2019, 3, 29, 147-155


Objectif

Évaluer à long terme dans une population adulte, la continence, les reprises chirurgicales et la satisfaction des patients porteurs d’une dérivation urinaire cutanée continente fonctionnelle de type Mitrofanoff.


Matériel et méthodes

Étude rétrospective de revue des dossiers menée de 1997 à 2015. Les données pré-, per- et postopératoire ont été colligées. Tous les patients ont été contactés au terme de l’étude, un questionnaire leur a été soumis.


Résultats

Soixante-sept patients ont été opérés d’une cystostomie continente de type Mitrofanoff. Quarante-cinq patients répondaient aux critères d’inclusions suivants : âge du patient supérieur à 18 ans, pas d’antécédent de dérivation urinaire cutanée antérieure, suivi supérieur à 6 mois. La cohorte était composée majoritairement par des patients porteurs de vessies neurologiques (84 %) représentés par des blessés médullaires (54 %) et des patients spina-bifida (15 %). L’âge médian était de 35 ans [22–49]. Le suivi médian était de 64 mois [39–90]. Le montage chirurgical utilisait un conduit appendiculaire chez 30 patients (67 %) et un conduit iléal remodelé chez 15 patients (33 %). Au terme du suivi 88 % des patients ont une continence urinaire stomiale totale, 89 % ont une continence urétrale. Vingt-neuf patients ont nécessité une (41 %) ou plusieurs ré-interventions. Les indications des 58 reprises chirurgicales étaient les suivantes : sténose de l’orifice stomial (31 %), fuites urinaires urétrales (29 %), fuites urinaires stomiales (15 %), lithiases (9 %). Ces complications étaient majoritairement traitées par abord local (31 %) ou abord endoscopique (35 %). Aucune différence statistiquement significative en matière de complications chirurgicales immédiates ou tardives (p =0,93) n’a été mise en évidence entre les deux types montages ; trans-appendiculaire et conduit iléal remodelé. Quatre-vingt-quatorze pour cent des patients décrivaient un confort urinaire satisfaisant. L’orifice stomial était jugé esthétique par 71 %, sa réalisation a permis une amélioration de la qualité de vie pour 89 % d’entre eux.


Conclusion

La dérivation urinaire cutanée selon Mitrofanoff reste une alternative chirurgicale fiable sur le long terme, mais nécessitant des interventions itératives pour maintenir un conduit fonctionnel continent et cathétérisable. En dépit du nombre de ré-interventions les patients restent satisfaits de ce mode mictionnel.


Niveau de preuve

4.


Introduction

This study analyzed long-term functional outcome of continent catheterizable channels with the Mitrofanoff procedure, their continence, complications and the satisfaction of the patients.


Material and method

Data from patients who underwent a Mitrofanoff procedure at our institution from June 1997 to March 2015 were retrospectively collected. All patients were contacted at the end of the study, a survey was submitted to them.


Results

Sixty-seven patients underwent a continent cystostomy with the Mirtrofanoff procedure. Forty-five patients had the inclusion criteria: 18 years old or older, no previous urinary diversion with a minimum of 6 months of follow-up. The cohort comprised mainly neurologic bladder (84 %) with spinal cord injuries (54 %) or spina-bifida patients (15 %). Median age was 35 years old [22–49]. Median follow-up was 64months [39–90]. The surgical procedure used an appendicular channel: 30 patients (67 %) or a continent ileal plasty: 15 patients (33 %). At the end of follow-up: 88 % patients have a full cystostomy continence, 89 % full uretral continence. Twenty-nine patients had one (41 %) or more reinterventions. Reasons for the 58 reinterventions were: stomal stenosis (31 %), uretral incontinence (29 %), cystostomy incontinence (15 %), lithiasis (9 %). Those reinterventions were done with a local surgery (31 %) or an endoscopic surgery (35 %). Overall early adverse events (<30days) or delayed (>30days) adverse events were similar (P =0.93) in appendicovesicostomy group or continent ileal plasty group. Ninety-four percent patients described a satisfactory urinary comfort. The cystostomy was considered esthetic by 71 %, its realization allowed an improvement of the quality of life for 89 % of them.


Conclusion

Continent channels in adults demonstrate favorable long-term outcomes even if reinterventions could be necessary to maintain a continent and catheterizable channel. Despite reinterventions, patients remain satisfied by the Mitrofanoff procedure which facilitate the process of clean intermittent catheterization.


Level of evidence

4.

Mots clés:
cystostomie continente / Complications / continence / Ré-interventions / Principe de Mitrofanoff
Mots-clés:
continent cystostomy / Complications / continence / Reinterventions / Mitofranoff procedure
Implantation du sphincter artificiel AMS 800 ® chez la femme par cœlioscopie robot-assistée : expérience monocentrique
Robotic-assisted laparoscopic implantation of artificial urinary sphincter AMS 800 ® in woman: Single center experience
2019
- Articles originaux
- Réf : Prog Urol, 2019, 4, 29, 246-252


Introduction

Le sphincter urinaire artificiel (SUA) est le traitement de dernier recours de l’incontinence urinaire (IU) féminine par insuffisance sphinctérienne (IS). La procédure d’implantation a été décrite par voie ouverte et par cœlioscopie avec des taux de complications significatifs par Lucas et al. (2012) et Costa et al. (2001). Nous rapportons ici notre expérience d’implantation du SUA par cœlioscopie robot-assistée (R-SUA) chez 17 patientes dont 3 révisions.


Matériel et méthodes

Entre 2012 et 2017, 17 patientes ont été incluses consécutivement. La technique chirurgicale était celle décrite par Fournier et al. La continence était définie par l’absence de port de protection.


Résultats

L’âge moyen à l’implantation était de 66,8±7 ans dans le groupe primo-implantation (PI), une patiente présentait une vessie neurologique acontractile et la vessie était ouverte chez 11 patientes (78,6 %) pour faciliter la dissection du col vésical. Les 3 patientes du groupe révision (R) ont eu un remplacement des trois éléments du SUA. Une seule plaie, vaginale, a été réalisée sans compromettre l’implantation et la survie du matériel. La durée d’intervention, la taille des manchettes et la durée de sondage et d’hospitalisation moyens étaient de 205±34 et 112±8min ; 7,7±0,9 et 5,2±0,8cm ; 5,9±2,1 et 4,3±4 jours ; 6,6±1,5 et 7±3,6jours respectivement pour les groupes PI et R. À l’issue d’un suivi moyen de 24,6±18,4 et 59±5 mois, la continence était de 86 % et 100 %, respectivement pour les groupes PI et R.


Conclusion

L’implantation de R-SUA pour PI ou R est réalisable avec des résultats encourageants. D’autres évaluations seront nécessaires pour préciser la place de l’assistance robotique par rapport aux autres techniques disponibles.


Niveau de preuve

4.


Introduction

Artificial urinary sphincter (AUS) is the treatment of last resort of stress urinary incontinence (UI) due to intrinsic sphincter deficiency (IS). The implantation procedure has been described by open surgery and laparoscopy with a significative rate of complication by Lucas et al. (2012) and Costa et al. (2001). We report our experience of implantation of SUA by robotic-assisted laparoscopy (R-SUA) in 17 patients among 3 revisions.


Material and methods

Between 2012 and 2017, 17 patients have been consecutively included. The surgical technique was described by Fournier et al. The continence was defined by the absence of urine leakage.


Results

The median age at implantation was 66,8±7 years, in the primo-implantation (PI) group, one patient had a neurological acontractile bladder, and bladder was open in 11 patients (78,6%) to ensure the bladder neck dissection. In the revision group (R) 3 patients had a complete replacement of SUA for mechanical failure. One vaginal bound was reported, but did not compromise the implantation, and the survival of SUA. Duration of intervention, size of cuff, postoperative catheterization and hospitalization time were respectively 205±34 and 112±8min; 7,7±0.9 and 5.2±0.8cm; 5.9±2.1 and 4.3±4 days; 6.6±1.5 and 7±3.6 days for PI and R groups. At the end of a mean follow-up of 24.6±18.4 and 59±5 months, continence was respectively 86% and 100%, for the PI and R groups.


Conclusion

The implantation of R-SUA was feasible and safe with encouraging results. Other studies must evaluate the place of R-SUA among the different enabled surgical techniques.


Level of evidence

4.

Mots clés:
incontinence urinaire féminine / Sphincter urinaire artificiel / Cœlioscopie robot-assistée
Mots-clés:
Urinary stress incontinence / Artificial urinary sphincter / Robotic-assisted laparoscopy