Néphrectomie partielle vs ablation percutanée dans le traitement de tumeurs rénales en indication impérative

25 novembre 2016

Auteurs : J. Long, J. Bernhard, P. Bigot, C. Lanchon, P. Paparel, N. Rioux-leclercq, L. Albiges, T. Bodin, F. Nougaud, R. Boissier, P. Gimel, A. Mejean, A. Masson-Lecomte, N. Grenier, F. Cornelis, Y. Grassano, V. Comat, Q. Le Clerc, J. Rigaud, L. Salomon, J. Descotes, C. Sengel, M. Roupret, G. Verhoest, I. Ouzaid, K. Bensalah
Référence : Prog Urol, 2016, 13, 26, 693-694
Objectifs

Comparer la néphrectomie partielle (NP) et l’ablation percutanée (AP) dans le traitement des tumeurs rénales en indication impérative.

Méthodes

Entre 2000 et 2015, 297 patients consécutifs porteurs d’une tumeur du rein en indication impérative de traitement conservateur ont été rétrospectivement inclus dans une étude multicentrique. Cent soixante-dix-sept NP (ouverte [n =151], laparoscopique [n =9] ou robotique [n =17]) et 120 ablations percutanées (radiofréquence [n =112] ou cryoablation [n =8]) ont été réalisées pour une tumeur sur rein unique (n =144), une tumeur bilatérale (n =77) ou une tumeur sur une insuffisance rénale chronique (IRC) (n =76).

Résultats

Il n’y avait pas de différences entre les deux groupes en ce qui concerne l’âge, le score Charlson (CCI), les raisons de l’indication impérative et le DFG préopératoire. Les patients du groupe NP avaient des tumeurs plus grosses et un score RENAL supérieur. La NP avait de moins bons résultats en termes de taux de transfusion, de durée du séjour et de complication. La survie sans récidive locale était plus longue pour la NP mais la survie sans récidive métastatique était similaire. Le DFG à long terme et le pourcentage de diminution du DFG étaient similaires dans les 2 groupes. En analyse multivariée, la NP était un facteur prédictif indépendant d’un meilleur DFG postopératoire par rapport à l’ablation percutanée après ajustement sur la complexité tumorale, le CCI et le DFG préopératoire.

Conclusion

En indication impérative de traitement conservateur d’une tumeur du rein, la NP et l’AP sont possibles. La NP offre la possibilité de gérer des tumeurs plus complexes tout en offrant un meilleur contrôle local et une rénale de fonction rénale similaire. Cependant, elle est plus à risque de complications majeures.




 




Déclaration de liens d'intérêts


Les auteurs n'ont pas précisé leurs éventuels liens d'intérêts.






© 2016 
Publié par Elsevier Masson SAS.