Néphrectomie partielle : un risque de stagnation ?

25 décembre 2010

Auteurs : G. Raynal, P. Sébe
Référence : Prog Urol, 2010, 13, 20, 1192-1193




 

Le champ de la chirurgie partielle du rein s’est considérablement élargi ces dernières années. Au fil des publications, le dogme de la taille limite a quasiment disparu des recommandations des sociétés savantes, dont l’AFU [1] au profit de la seule faisabilité technique, tandis qu’il a été établi qu’elle permet un contrôle carcinologique comparable à la chirurgie non conservatrice [2], même en situation métastatique [3], sans que la présence d’une marge positive n’obère la survie [4]. Alors même que l’utilité d’une chirurgie conservatrice est avérée au long cours [5].

Abouassaly et al. [6] ont revu les statistiques de chirurgie du rein pour cancer de 1995 à 2004 en Ontario. Leur étude a étonnamment montré que le taux de chirurgie partielle a stagné et même décru (Figure 1), tandis que s’est généralisé l’abord cœlioscopique. Cette publication a semblé établir que la simplicité des suites immédiates, le caractère séduisant d’un abord peu invasif risque de faire reculer l’objectif de la préservation néphrotique. Pourtant le choix d’une voie d’abord ne saurait déterminer une indication.


Figure 1
Figure 1. 

Taux de chirurgie radicale à ciel ouvert (rouge) chirurgie radicale cœlioscopique (bleu) et partielle (vert) en Ontario de 1995 à 2004 [6].




Cet écueil pourrait avoir été évité en France si l’on en juge d’après les données issues de l’Agence technique de l’information sur l’hospitalisation (ATIH) (disponibles sur le site www.atih.sante.fr/). En effet, l’interrogation des différents codes de la CCAM de 2006 à 2009 (Tableau 1) montre que la néphrectomie partielle tous abords confondus progresse en valeur absolue mais aussi en taux, et plus vite pour l’abord cœlioscopique que pour la chirurgie à ciel ouvert.




Tableau 1 - Effectifs des néphrectomies pour tumeurs d’après les données de l’ATIH.
Codes CCAM  Intitulés  Années 
    2009  2008  2007  2006 
JAFA019, JAFA008 JAFA030, JAFA024  Néphrectomie partielle open   2190  1866  1765  1367 
JAFC005  Néphrectomie partielle, cœlioscopie ou rétro-péritonéoscopie  848  632  460  341 
 
  Total partiel tous abords  3038  2498  2225  1708 
 
JAFA002, JAFA009 JAFA023  Néphrectomie élargie open   1698  1754  1861  1964 
JAFC006  Néphrectomie totale unilatérale, cœlioscopie ou rétro-péritonéoscopie  1882  1731  1675  1423 
 
  Total toutes néphrectomies  6618  5983  5761  5095 
 
  Ratio partiel tous abords/toutes néphrectomies (%)  45,9  41,8  38,6  33,6 




Haut de page


Références



Méjean A., et al. Tumeurs du rein Prog Urol 2007 ;  17 (6) : 1101-1144
Breau R.H., et al. Outcome of stage T2 or greater renal cell cancer treated with partial nephrectomy J Urol 2010 ;  183 (3) : 903-908 [cross-ref]
Capitanio U., et al. Cytoreductive partial nephrectomy does not undermine cancer control in metastatic renal cell carcinoma: a population-based study Urology 2008 ;  72 (5) : 1090-1095 [inter-ref]
Bensalah K., et al. Positive surgical margin appears to have negligible impact on survival of renal cell carcinomas treated by nephron-sparing surgery Eur Urol 2010 ;  57 (3) : 466-471 [cross-ref]
Thompson R.H., et al. Radical nephrectomy for pT1a renal masses may be associated with decreased overall survival compared with partial nephrectomy J Urol 2008 ;  179 (2) : 468-471 [cross-ref]
Abouassaly R., et al. Unintended consequences of laparoscopic surgery on partial nephrectomy for kidney cancer J Urol 2010 ;  183 (2) : 467-472 [cross-ref]




Haut de page



© 2010 
Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.