Morbidité des antiagrégants plaquettaires lors de la néphrectomie partielle pour tumeur du rein

25 novembre 2016

Auteurs : H. Ricard, X. Tillou, F. Alharbi, C. Chahwan, K. Guleryuz, G. Léon, A. Doerfler
Référence : Prog Urol, 2016, 13, 26, 693
Objectifs

L’objectif de cette étude était de déterminer l’impact des antiagrégants plaquettaires (APP) sur la morbidité de la néphrectomie partielle (NP).

Méthodes

Il s’agit d’une étude rétrospective, monocentrique, observationnelle, réalisée de 2010 à 2015. Tous les patients opérés de NP ont été recensés puis séparés en trois groupes : traitement AAP suspendu, traitement AAP maintenu (aspirine ou thyénopyrodine relié par aspirine 10jours avant l’intervention) en périopératoire, et absence de traitement APP. Les données démographiques, clinico-pathologiques et les complications ont été comparées dans les 3 groupes. Nous avons alors pu évaluer leur influence sur l’apparition de complications hémorragiques (pertes sanguines, taux de transfusion, pseudo-anévrysmes et fistules artério-veineuses, hématome, embolisation), urinaire (fistule urinaire) ainsi que la fréquence des événements cardiovasculaires en cas de suspension des APP.

Résultats

Parmi 111 patients, 8 traitements AAP ont été interrompus, 18 ont été maintenus et 85 (76,6 %) n’avaient pas de traitement. Il n’y avait pas de différence significative quant au RENAL score (p =0,12). Il n’a pas été noté de différence significative de durée opératoire (p =0,3) ni de pertes sanguines (p =0,5). Le taux de transfusion postopératoire dans chaque groupe était de 0 %, 22 % et 1,2 % (p =0,007). Le taux de fistule urinaire et d’hématome symptomatique (loge rénale ou paroi) n’était pas significativement différent dans chaque groupe (p =0,5 et p =0,3). Il a été réalisé plus d’embolisation post-chirurgicale dans le groupe sous AAP (p =0,05). Il n’y a aucune différence en termes de marge chirurgicale dans les différents groupes. Un seul évènement cardiovasculaire a été colligé dans le groupe APP arrêté sans décès rapporté.

Conclusion

Le maintien des AAP semble associé à une augmentation du taux de transfusion et d’embolisation postopératoire lors de la néphrectomie partielle, sous réserve d’études de plus grande envergure.




 




Déclaration de liens d'intérêts


Les auteurs n'ont pas précisé leurs éventuels liens d'intérêts.






© 2016 
Publié par Elsevier Masson SAS.