Malformations des organes génitaux masculins issus du canal de Wolff

16 juillet 2001

Mots clés : malformation génitale, voie séminale, déférent, épididyme, agénésie
Auteurs : Mege JL, Sabatier-Laval E, Mure PY, Vargas B, Dubois R, Takvorian P, Dodat H
Référence : Prog Urol, 1997, 7, 262-269
BUTS : Analyser les phénomènes embryologiques et dégager une conduite à tenir pratique. METHODES : Nous avons revu les dossiers de huit garçons porteurs d'une anomalie des organies génitaux issus du canal de Wolff. Il s'agissait de trois agénésies déférentielles dont deux s'accompagnaient d'une agénésie rénale homolatérale, d'une ectopie déférentielle avec agénésie rénale contro-latérale, de trois duplicités déférentielles et d'un kyste congénital de la vésicule séminale avec agénésie rénale. DISCUSSION : Les malformations congénitales de l'épididyme concernent les kystes et les agénésies ou les atrésies partielles. Les kystes posent essentiellement un problème de diagnostic différentiel. Un traitement n'est pratiqué qu'en cas de gêne importante. Les agénésies déférentielles sont les atteintes les plus fréquentes, de découverte fortuite chez l'enfant. Une thérapeutique encore expérimentale est proposée chez l'adulte. Les duplicités, les communications interdéférentielles et les mégalodéférents sont des atteintes beaucoup plus rares. Les kystes des vésicules séminales sont bien explorés par l'échographie endo-rectale. Leur traitement est plutôt chirurgical. Enfin les canaux éjaculateurs peuvent présenter un reflux uréthro-séminal ou une ectopie.
CONCLUSION : En cas d'agénésie rénale unilatérale, il faut penser à l'agénésie ou l'ectopie déférentielle. Une agénésie déférentielle justifie une exploration contro-latérale et doit faire rechercher une agénésie rénale. Les kystes congénitaux de l'épididyme ne justifient une chirurgie que lorsqu'ils sont symptomatiques. En cas de dilatation kystique de la vésicule séminale, il faut rechercher une agénésie rénale ipsilatérale.