L’utilisation du protoxyde d’azote durant l’anesthésie générale modifie-t-elle l’efficacité d’un traitement par HIFU Focal One

25 novembre 2017

Auteurs : E. Potiron, J. Lacoste, T. Rousseau, P. Nevoux
Référence : Prog Urol, 2017, 13, 27, 680-681
Objectifs

Rapporter les modifications engendrées par l’utilisation du protoxyde d’azote (N2 O) durant l’anesthésie générale dans le cadre d’un traitement par HIFU (Focal One) en première intention chez des patients présentant un cancer de prostate localisé. Les données quantitatives ont été analysées par un test t de Student.

Méthodes

De septembre 2015 à décembre 2016, 99 patients ont été traités en première intention par HIFU avec le système Focal One pour un adénocarcinome prostatique. L’intervention a été réalisée soit avec l’utilisation d’un mélange de protoxyde d’azote/oxygène (N2 O/O2  : 50 %/50 %), soit sans utilisation de N2 O. Nous avons analysé les différents paramètres du traitement par HIFU : durée d’intervention et vitesse du traitement (volume traité par heure), nombre et durée des pauses, et variation du PSA postopératoire à 1, 3 et 6 mois. Les données quantitatives ont été analysées par un test t de Student.

Résultats

Les caractéristiques de la population et du traitement sont présentées dans le Tableau 1. À volume prostatique similaire, la durée moyenne d’intervention était significativement plus courte en l’absence de N2 O et la vitesse de traitement était significativement plus élevée en l’absence d’utilisation de N2 O (p <0,05). De même, le nombre moyen de pause et la durée moyenne de pause étaient moins élevés dans le groupe sans utilisation de N2 O (p <0,05). La diminution du PSA à un, trois et six mois était significativement plus importante dans le groupe sans N2 O (0,27 vs 1,84ng/mL, p <0,05) (Figure 1).

Conclusion

L’utilisation du N2 O semble diminuer l’efficacité du traitement par HIFU, en augmentant les phénomènes de cavitation, entraînant l’augmentation de la durée du traitement, le nombre et la durée des pauses. Il semble exister une moins grande efficacité du traitement par HIFU sur le plan carcinologique avec diminution moins importante du PSA postopératoire.




 





Figure 1
Figure 1. 

Évolution après traitement par HIFU à 1, 3 et 6 mois avec ou sans utilisation de N2 O.





Déclaration de liens d'intérêts


Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d'intérêts.




Tableau 1 - Caractéristiques de ma population et des traitements HIFU.









© 2017 
Publié par Elsevier Masson SAS.