L'urologie : une spécialité médicochirurgicale

25 décembre 2009

Auteurs : C. Saussine
Référence : Prog Urol, 2009, 12, 19, 864




 

Dans ce nouveau numéro de Progrès en Urologie destiné aux infirmières, nous avons voulu souligner combien notre spécialité restait médicochirurgicale. Ainsi, dans des articles de mise au point sur des sujets classiques ou en renouveau, seront abordés des aspects très médicaux ou à l’inverse très chirurgicaux de certaines prises en charge.

Certaines des pathologies rencontrées par l’urologue ont des prises en charge très médicales. Qu’il s’agisse de l’insuffisance érectile après prostatectomie radicale, de l’hypertrophie bénigne de la prostate, du traitement préventif des tumeurs vésicales superficielles, voire de certains aspects du traitement de la maladie de Lapeyronie, le recours au traitement pharmacologique représente une option majeure.

À l’inverse, la lithiase urinaire, les tumeurs rénales, les sténoses de l’urètre, le cancer de la vessie ou l’incontinence urinaire féminine à l’effort restent des domaines où la prise en charge chirurgicale reste prédominante et évolue.

Enfin, la pratique des autosondages et le bilan face à une suspicion de cystite interstitielle sont des domaines de l’urologie où l’implication infirmière est très forte.

Bonne lecture à toutes et à tous.




Haut de page



© 2009 
Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.