L'urétérostomie cutanée trans-jéjunale : une technique originale utilisée chez 29 patients.

16 juillet 2001

Mots clés : dérivation urinaire externe non continente, urétérostomie cutanée trans intestinale
Auteurs : Beurton D, Fontaine E, Grall J, Houlgatte A, Cukier J
Référence : Prog Urol, 1992, 2, 381-390
Les auteurs décrivent une technique originale de dérivation cutanée trans-intestinale utilisant le jéjunum. On prélève un greffon jéjunal court de 10 à 15 cm au niveau de la deuxième anse, qui est abouché à la peau en transpéritonéal. La stomie est déclive par rapport à l'anastomose urétéro-jéjunale, les deux uretères suturés à la façon de Wallace sont implantés en termino-terminal sur le bout proximal et extra-péritonisés à la hauteur du promontoire. 29 patients ont bénéficié de cette technique dans des indications variées : 21 tumeurs de vessie, 5 vessies neurologiques, 1 extrophie vésicale, 1 cancer du col utérin, 1 cancer de prostate. 15 patients (52%) avaient eu une irradiation pelvienne préalable. Le recul moyen est de 47 mois (2-192 mois). La mortalité a été nulle. 4 patients (13,8%) ont présenté des complications précoces : 2 obstructions urinaires et 2 occlusions qui ont nécessité 3 interventions. 6 patients ont présenté 7 complications tardives mineures (24,1%) : 2 pyélonéphrites, 4 lithiases dont une seule a nécessité une intervention et 1 prolapsus de stomie. Aucun patient n'a présenté d'altération de la fonction rénale ni de dilatation de la voie excrétrice supérieure à distance de l'opération. L'adjonction de bicarbonate de soude s'est révélée inutile car aucun patient n'a présenté de trouble métabolique. L'urétérostomie cutanée trans-jéjunale réalise un excellent drainage grâce à un greffon court dont la stomie est déclive par rapport à l'implantation des uretères. En témoigne l'absence de dégradation rénale à long terme malgré l'implantation urétéro-jéjunale à plein canal sans antireflux. De réalisation simple, indiquée dans toutes les circonstances, en particulier après une irradiation du petit bassin, cette dérivation a une faible morbidité, n'est entachée d'aucune mortalité et bénéficie d'un excellent résultat à long terme.