Limites des informations obtenues par la base de l’ATIH en ligne : à propos de l’article « Évolution des pratiques de la chirurgie rénale avant et après les recommandations de l’AFU de 2010 »

25 juin 2014

Auteurs : H. Bensadoun
Référence : Prog Urol, 2014, 7, 24, 477-478




 



L'article de Ouzaid et al. [1] permet d'analyser l'évolution des pratiques de la néphrectomie en France ces 4 dernières années.


Quelques remarques cependant sont nécessaires pour le lecteur pas toujours familier des arcanes des chiffres du programme de médicalisation des systèmes d'information (PMSI).


La base mise en ligne de l'ATIH a des limites, et en particulier ne permet pas de faire des requêtes croisées, par exemple entre diagnostics et actes.


Ainsi, les chiffres présentés dans l'article concernent toutes les exérèses rénales, quel que soit le diagnostic principal (DP) ou l'âge.


Cela n'aurait guère d'importance pour un acte tel que les vésiculoprostatectomies dont on sait qu'elles correspondent quasiment toutes à un DP de cancer de la prostate.


Par contre, concernant les néphrectomies, il y a de nombreuses indications que ce soit chez l'adulte ou l'enfant.


Cette insuffisance de précision de l'extraction des données à partir de la base en ligne a conduit l'Association française d'urologie à acheter, après accord de la CNIL, l'intégralité des bases 2010, 2011, 2012, afin de générer des requêtes adaptées.


Qui plus est les données publiées par certains organismes ne font pas toujours le distinguo entre tumeur maligne primitive du rein (C64) et tumeurs de la voie excrétrice supérieure (C65, tumeur maligne du bassinet).


Ainsi, si on étudie les données concernant les exérèses rénales avec comme DP C64 tumeur maligne du rein et comme limite d'âge supérieur à 17ans, les résultats sont singulièrement revus à la baisse :


Environ 9000 exérèses sont réalisées chaque année, avec effectivement une augmentation régulière du taux de chirurgie conservatrice et de chirurgie coelioscopique, robot-assisté ou non (Tableau 1, Figure 1).


Figure 1
Figure 1. 

Évolution des pratiques de néphrectomies pour cancer du rein chez l'adulte en France.




Ces chiffres concordent avec les données d'incidence 2012 (#11 000) avec les réserves exprimées plus haut.


Le nombre de séjours pour DP C64 et âge supérieur à 17ans est pour 2012 de 13 703 dont 4253 médicaux, à différencier du nombre de patients concernés, forcément inférieur en raison des séjours multiples pour un même malade.


En résumé, si les conclusions de l'article de notre collègue sont exactes en termes de pratique chirurgicale, le mot-clé cancer du rein peut prêter à confusion et le lecteur pressé pourrait conclure à tort que 14 000 exérèses pour cancer du rein chez l'adulte sont réalisées chaque année alors qu'il n'est « que de » 9000.


Déclaration d'intérêts


L'auteur déclare ne pas avoir de conflits d'intérêts en relation avec cet article.




Tableau 1 - La non-concordance des sommations est liée au fait que certains séjours comportent plusieurs actes (totalisation, conversion ?).
  Toutes
exérèses 
Dont
ouvertes 
Dont
coelio 
Totales
ou élargies 
Dont
ouvertes 
Dont
coelio 
Toutes
partielles 
Dont
ouvertes 
Dont
coelio 
2010  8724  5664  3080  5893  3745  2156  2847  1930  923 
2011  9069  5687  3403  5806  3512  2298  3284  2195  1094 
2012  9156  5383  3794  5699  3241  2462  3482  2161  1332 




Référence



Ouzaid I., Hermieu J.-F., Hupertan V., Dominique S., Delmas V., Ravery V. Évolution des pratiques de la chirurgie rénale avant et après les recommandations de l'AFU de 2010 Prog Urol 2013 ; 10.1016/j.purol.2013.09.027[(in press) on line].






© 2013 
Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.