Les valves de l'urèthre postérieur chez le nouveau-né et le nourrisson. Traitement et évolution

16 juillet 2001

Mots clés : malformation de la voie urinaire inférieure, valves de l'urèthre, nouveau-né, Nourrisson
Auteurs : Davody AP, Amaro JW, Cukier J
Référence : Prog Urol, 1992, 2, 901-907
Les formes graves des valves de l'urèthre postérieur sont l'apanage du nouveau-né et du nourrisson. Chez 6 nouveau-nés, âgés de moins de 3 mois, l'atteinte de l'état général et l'insuffisance rénale étaient au premier plan. La section endoscopique des valves, différée après un drainage urinaire d'un mois en moyenne, a permis dans tous les cas de restaurer la liberté du bas-appareil. Tous sont insuffisants rénaux, 4 à des degrés moyens ou sévères. Chez 6 nourrissons âgés de 3 à 11 mois, les signes infectieux dominaient le tableau clinique. La section de la valve a pu être réalisée plus précocément, avec une fois la survenue ultérieure d'un rétrécissement uréthral. Cinq nourrissons, insuffisants rénaux au départ, ont gardé une insuffisance rénale modérée. C'est l'intensité de l'obstruction qui rend compte de la gravité de l'uropathie et de sa révélation précoce. Le pronostic rénal est mauvais, tant lié aux conséquences urétérorénales de la valve qu'à la dysplasie rénale associée.