Les tumeurs testiculaires à cellules de Leydig - A propos de 10 observations

16 juillet 2001

Mots clés : andrologie, testicule, tumeur non germinale, dysérection, infertilité
Auteurs : Kalfon A, Abram F, Kirsch-Noir F, Tchovelidze C, Arvis G.
Référence : Prog Urol, 1999, 9, 299-304
BUTS : Dégager les caractéristiques cliniques, biologiques et évolutives des tumeurs à cellules de Leydig de façon à définir une conduite à tenir générale.
MATÉRIEL ET MÉTHODES : Les dossiers de 10 patients opérés pour une tumeur du testicule à cellules de Leydig entre 1982 et 1996 ont été étudiés de manière rétrospective.
RÉSULTATS : Le mode de révélation était neuf fois sur dix en rapport avec une gynécomastie, une insuffisance érectile ou une infertilité. Dans tous les cas, la testostérone était normale ou basse et l'estradiol normal ou élevé. Huit patients ont bénéficié d'une orchidectomie, et deux d'une énucléation. L'évolution a été favorable 9 fois sur 10 sans autre traitement. Un seul des patients avait d'emblée une forme maligne qui a conduit au décès.
CONCLUSION : Bien que de nombreuses équipes préfèrent l'orchidectomie totale, en raison de la difficulté diagnostique avec les formes malignes, l'énucléation simple devrait pouvoir devenir le traitement de première intention, si elle est est suivie d'une étroite surveillance ultérieure, car elle permet de préserver au mieux la fertilité, et le pronostic de ces tumeurs est habituellement favorable.