Les tumeurs calcifiées à grandes cellules de Sertoli : à propos d'un cas et revue de la littérature.

16 juillet 2001

Mots clés : testicule, tumeur non germinale, tumeur rare
Auteurs : Game X, Soulie M, Escourrou G, Tollon C, Seguin P, Pontonnier F, Plante P
Référence : Prog Urol, 1999, 9, 756-759
Nous rapportons le cas d'un jeune homme de 22 ans présentant une tumeur du pôle inférieur du testicule gauche, évoluant depuis 4 mois, qui s'est révélée être une tumeur calcifiée à grandes cellules de Sertoli. Il s'agit d'un groupe rarissime de tumeurs des cordons sexuels du testicule présentant des particularités cliniques et anatomopathologiques propres.Ces tumeurs sont habituellement bénignes, surviennent dans les deux premières décades de la vie et peuvent être associées à des complexes dysplasiques ou à des endocrinopathies (complexe de Carney, syndrome de Peutz-Jeghers). Elles se présentent soit sous forme de tumeurs bilatérales et multifocales dans le cadre d'une association pathologique, soit sous forme unilatérale, sans association. Quelques formes malignes avec métastases ont été décrites.Le traitement classique est l'orchidectomie radicale par voie inguinale.