Les tumeurs bilatérales du testicule : place du diagnostic de carcinome in situ dans le dépistage précoce.

16 juillet 2001

Mots clés : testicule, tumeurs bilatérales, cancer in situ
Auteurs : Houlgatte A, Houdelette P, Berlizot P, Fournier R, Bernard O, Schill H
Référence : Prog Urol, 1995, 5, 540-543
Sur une série de 540 patients porteurs d'une tumeur germinale du testicule le diagnostic de tumeur bilatérale a été effectué 9 fois. Deux patients présentaient une tumeur bilatérale synchrone, sept fois il s'agissait d'une tumeur consécutive mise en évidence avec un délai variable de 1 à 16 ans. La survenue souvent tardive de cette atteinte controlatérale nécessite un suivi prolongé de ces patients. Les facteurs de risque, en particulier les anomalies de migration testiculaire, l'hypofertilité, l'atrophie testiculaire et surtout le carcinome in situ sont évoqués. La prévention des tumeurs bilatérales consécutives repose sur la recherche par biopsie testiculaire d'un carcinome in situ controlatéral; une radiothérapie à faible dose permet l'éradication de cette lésion dont le risque d'évolution vers le cancer invasif est particulièrement élevé. Une surveillance rigoureuse de ces patients peut également être envisagée. En l'absence de dépistage, le traitement d'une tumeur bilatérale consécutive nécessite de prendre en considération celui de la tumeur initiale. En cas de diagnostic au stade initial, une surveillance aprés orchidectomie est envisageable sans traitement complémentaire.