Les techniques de neurostimulations dans la prise en charge thérapeutique des douleurs pelvipérinéales chroniques

25 novembre 2010

Auteurs : J. Rigaud, D. Delavierre, L. Sibert, J.-J. Labat
Référence : Prog Urol, 2010, 12, 20, 1116-1123

Introduction

La neuromodulation est un traitement algologique non spécifique dont le mode d’action reste encore inconnu. Le but de cet article a été de faire une mise au point sur les techniques et les résultats des neuromodulations dans la prise en charge des douleurs pelvipérinéales chroniques.

Matériel et méthodes

Une revue exhaustive de la littérature a été réalisée en reprenant les articles publiés dans PUBMED sur les différentes techniques de neuromodulation dans la prise en charge des douleurs pelvipérinéales chroniques.

Résultats

Plusieurs niveaux de neuromodulation du système nerveux somatique ont été évalués dans la prise en charge des douleurs pelviennes : la stimulation nerveuse électrique transcutanée (TENS), la stimulation nerveuse percutanée (PNS), la stimulation tronculaire ou radiculaire, la stimulation médullaire. Globalement le taux d’amélioration a été en moyenne de deux tiers mais avec une diminution de l’efficacité dans le temps. Les problèmes pour comparer les études ont été le manque d’homogénéité des populations et une grande variation des critères de jugement. Des travaux intéressants sur l’intérêt d’agir sur le système végétatif ont été décrits mais sans essai de neuromodulation spécifique.

Conclusion

La neuromodulation a une place dans la prise en charge algologique des douleurs pelvipérinéales chroniques qui reste encore à définir car trop souvent utilisée en dernier recours. Il semble important de développer et d’analyser cette thérapeutique dans des études prospectives et randomisées à plus grande échelle.

   
 
 

 

 

Introduction

La neuromodulation nerveuse est utilisée régulièrement en urologie pour la prise en charge de l'hyperactivité vésicale rebelle. La neuromodulation sacrée a été reconnue avec un marquage CE en Europe depuis 1994 et un marquage par la FDA aux États-Unis depuis 1997. La neuromodulation est également très utilisée dans la prise en charge de la douleur chronique mais essentiellement en stimulation médullaire. Actuellement la neuromodulation n'est pas reconnu dans le traitement spécifique des douleurs pelviennes chroniques. Le problème pour l'interprétation des résultats est une grande disparité dans les critères d'inclusion et de sélection des patients, de même en ce qui concerne les critères de jugement et d'efficacité des traitements. Tout cela rendant donc difficile une interprétation globale de ces traitements.

Il existe différent type de neuromodulation dont le principe de fonctionnement reste encore mal connu mais dont l'efficacité au moins transitoire semble intéressante. Cette article fait le point sur l'ensemble des neuromodulations en fonction des différents niveaux qui sont proposé et réalisé dans la prise en charge des douleurs pelviennes chroniques.

 

Neuromodulation du système nerveux spinal

 

Stimulation nerveuse électrique transcutanée (TENS)

La TENS est une thérapeutique simple, non invasive qui consiste à stimuler les fibres nerveuses périphériques à l'aide d'électrodes collées sur la peau. Le TENS est une option thérapeutique non pharmacologique dans la prise en charge des douleurs chroniques. Il a été proposé dans le traitement des douleurs pelviennes avec une utilisation simple pour le patient qui consiste à coller des électrodes sur la peau puis à connecter ces électrodes à un boitier externe et faire une stimulation de 20 à 30minutes plusieurs fois par jour. La fréquence de stimulation varie de 1 à 100Hz en fonction de la réponse plus ou moins douloureuse avec des valeurs optimales autour de 50Hz. La position des électrodes est variable mais importante en fonction de la zone douloureuse, elles peuvent être situées sur la paroi abdominal en sus-pubien ou au niveau périnéal mais également en inguinal ou en regard de L2. Son principe d'action est équivalent à la théorie du « gate control » avec une stimulation et un recrutement des fibres nerveuses afférentes de gros calibre ayant une conduction rapide et inhibant la douleur au niveau médullaire.

Sikiru et al. [1

Cliquez ici pour aller à la section Références] ont conduit une étude randomisé versus placebo pour évalué la place du TENS dans les douleurs pelvienne chronique de type « prostatite chronique » (CP/CPPS). Ils ont inclus 24 patients ayant les critères du NIH-CP. Une stimulation par TENS a été réalisée cinq fois par semaine pendant quatre semaines pendant 20minutes. La conclusion a été qu'il existait une amélioration des douleurs dans le groupe TENS de manière significative (p <0,005).

Fall et Linsdtrom [2

Cliquez ici pour aller à la section Références] ont rapportée une étude sur 60 patients testant l'intérêt du TENS dans la prise en charge de la « cystite interstitielle ». La fréquence de stimulation a été de 30minutes à deux heures deux fois par jour avec un suivi de neuf mois à 17 ans. Ils ont observé une meilleure efficacité du TENS sur les douleurs que sur la fréquence mictionnelle. De même, l'efficacité du TENS a été de 81 % en cas de cystite interstitielle non ulcéreuse (avec 27 % de rémission) contre 54 % en cas de lésion ulcéreuse (avec 15 % de rémission).

Dionisi et al. [3

Cliquez ici pour aller à la section Références] ont montré un intérêt du TENS dans la prise en charge des « vulvodynies » associée à des séances de kinésithérapie selon la technique du biofeedback chez 145 patientes. Ils ont observés ont amélioration des douleurs dans 75,8 % des cas.

De Angelis et al. [4

Cliquez ici pour aller à la section Références] ont proposé de réaliser des « hystéroscopies » avec un TENS afin de diminuer la douleur. Cette étude prospective randomisée a été réalisée chez 140 patientes ayant une hystéroscopie à la consultation. Le TENS a été positionnée sur la paroi abdominale avant et durant l'hystéroscopie. L'évaluation a été réalisée par le score EVA. Les patientes ont été randomisées dans un groupe avec TENS et un groupe sans TENS. Le groupe de patientes ayant un TENS ont eu moins de douleur avec un score EVA de 3,7 versus 5,1 dans le groupe sans TENS (p <0,0004) sans effet secondaire.

Schiotz et al. [5

Cliquez ici pour aller à la section Références] ont traité de manière prospective 21 patientes ayant des « dysménorrhées » avec un TENS. Les patientes ont été évaluées en fonction du score EVA et de la consommation d'analgésique. Ils ont observés une diminution significative du score EVA de 6,7 à 5,18 (p =0,0009) et de la consommation d'analgésiques (p =0,03) sans aucun effet secondaire par ailleurs. Kaplan et al. [6

Cliquez ici pour aller à la section Références] ont également mis en évidence une diminution des douleurs de dysménorrhée chez 61 patientes avec une diminution marquée dans 30 % et modéré dans 60 %. Dawood et Ramos [7

Cliquez ici pour aller à la section Références] ont réalisé une étude randomisée en cross-over pour chercher à évaluer l'intérêt du TENS et de l'ibuprofène dans le traitement des dysménorrhées chez 32 patientes. Ils ont conclu que le groupe ayant le TENS associé à l'ibuprofène a eu les meilleurs résultats. Tugay et al. [8

Cliquez ici pour aller à la section Références] ont réalisé une étude contrôlée randomisée chez 32 patientes ayant des dysménorrhées avec un groupe ayant un TENS et un groupe témoin ayant un courant interférentiel (IFC). Une diminution des douleurs par rapport à la valeur de base a été observée dans les deux groupes mais sans différences entre eux.

Une revue de la Cochrane Database [9

Cliquez ici pour aller à la section Références] a été réalisée en 2002 pour évaluer l'efficacité du TENS et de l'acupuncture dans le traitement des dysménorrhées. Les conclusions ont été que le TENS a haute fréquence a été efficace mais que les effectifs des études ont été de petites tailles. En revanche les preuves pour conclure à l'efficacité du TENS à base fréquence ou de l'acuponcture ont été insuffisantes.

 

Stimulation nerveuse percutanée (PNS)

La stimulation nerveuse peut être réalisée par voie percutanée en stimulant directement les fibres sur le nerf. Cela impose un geste médical en ponctionnant avec une aiguille percutanée directement le nerf qui est ensuite stimulé à l'aide d'un boitier externe. Cette stimulation est réalisée au cabinet médical et ne peut être renouvelée à la maison contrairement au TENS. La stimulation nerveuse réalisée le plus fréquemment pour les douleurs pelviennes est la stimulation du nerf tibial postérieur (ancien nerf sciatique poplité interne [SPI]) aussi appelé stimulation nerveuse tibiale percutanée (PTNS). L'aiguille de stimulation est positionnée le plus souvent sur le nerf tibial postérieur en arrière de la malléole interne. McGuire et al. [10

Cliquez ici pour aller à la section Références] ont été les premiers à proposer une stimulation de ce nerf mais dans le cadre d'instabilité vésicale. Cette technique a également été proposée pour le traitement de l'incontinence fécale. De manière plus récente, elle est utilisée pour le traitement des douleurs pelviennes.

Van balken et al. [11

Cliquez ici pour aller à la section Références] ont publié en 2003 les premières séries de stimulation du nerf tibial postérieur dans la prise en charge des douleurs pelviennes. Ils ont réalisé une étude prospective multicentrique chez 33 patients présentant des douleurs chronique pelvienne. Une réponse subjective a été observée dans 42 % des cas. De manière objective, une réduction du score EVA moins de 50 % a été observée dans 21 % des cas et une diminution du score EVA plus de 25 % dans 18 % des cas. La conclusion a été que l'efficacité a été modeste mais qu'il fallait envisager des études contrôlées. Les mêmes auteurs [12

Cliquez ici pour aller à la section Références] ont publié une autre série cherchant à évaluer les facteurs pronostiques de la réponse à la stimulation nerveuse percutanée. Cent trente-deux patients provenant de huit centres différents ont été inclus : 83 patients pour une hyperactivité vésicale, 16 pour une rétention chronique non-obstructive et 33 pour des douleurs chroniques. Le taux global de succès objectif a été de 32,6 % et subjectif de 51,5 %. Le seul facteur pronostic de réponse objective et subjective a été le mauvais état de santé mental (dépression) apprécié par le score SF-36 total et en particulier SF-36 Mental Component Summary (MCS). Dans un autre article portant sur une sous-population de 121 patients de cette série [13

Cliquez ici pour aller à la section Références], ils ont également mis en évidence une amélioration significative de la fonction sexuelle avec la PTNS.

Kim et al. [14

Cliquez ici pour aller à la section Références] ont également fait une étude ouverte prospective sur 15 patients traités par PTNS intermittente pour des douleurs pelviennes chroniques. Les patients ont eu une stimulation du nerf tibial postérieur pendant 30minutes de manière hebdomadaire pendant 12 semaines. Les conclusions ont été qu'après 12 semaines, une amélioration des douleurs moins de 50 % (apprécié par le score EVA) a été observée dans 60 % des cas et une amélioration plus de 25 % dans 30 % des cas grâce à la PTNS. En revanche, ils n'ont pas observé de variation de la fréquence et du volume mictionnel.

De même Zhao et al. [15

Cliquez ici pour aller à la section Références] ont traité 18 patientes ayant un syndrome de vessie douloureuse/cystite interstitielle par une PTNS deux fois par semaine à raison de 30minutes par séance avec un total de dix séances. Ils n'ont pas observé de différence significative en termes de douleur. Cependant, huit patientes (44 %) ont noté une amélioration du volume mictionnel et ont jugé le traitement efficace.

Plus récemment Kabay et al. [16

Cliquez ici pour aller à la section Références] ont publié une étude contrôlée comparative chez 89 patients ayant un syndrome douloureux pelvien chronique/prostatite chronique traités par PTNS. Les patients ont été randomisés dans un groupe ayant une stimulation nerveuse (n =45) ou ayant un traitement factice (n =44). Une réponse objective a été notée après 12 semaines de stimulation dans le groupe ayant eu une PTNS avec une amélioration de la douleur dans 40 % des cas et une amélioration des symptômes dans 66,6 % des cas. Aucune variation n'a été observée dans le groupe de patients ayant un traitement factice.

Des stimulations directes du nerf pudendal ont été rapportées par Peters et al. [17

Cliquez ici pour aller à la section Références] pour la prise en charge de 84 patients ayant des symptômes urinaires réfractaires : syndrome douloureux pelvien chronique/cystite interstitielle (n =42), incontinence par urgenturie (n =26), rétention chronique non-obstructive (n =13) et syndrome vessie douloureuse sans cystite interstitielle (n =2). Il est important de noter que 93 % de ces patients étaient en échec d'une stimulation sacrée alors qu'ils ont répondu à la stimulation pudendale. Une réponse positive avec amélioration supérieure à 50 % a été observée dans 71,4 % des cas. L'amélioration a été significative sur la pollakiurie (p <0,0001), le volume mictionnel (p <0,0001), l'incontinence (p <0,0001) et l'urgenturie (p <0,0001), l'amélioration du score Interstitial Cystitis Symptom Index and Problem Indices (ICSI-PI) (p <0,0001) mais pas sur la douleur évaluée par le score EVA (p =0,1336). La stimulation direct du nerf pudendal semble donc intéressante encas d'échec de la stimulation sacrée mais sa place reste encore à définir. Cependant, les mêmes auteurs ont mis en évidence dans les troubles fonctionnels urinaires une meilleure efficacité de la stimulation tronculaire pudendal par rapport à la stimulation radiculaire sacrée [18

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 

Neuromodulation tronculaire

Peu d'étude existe sur ce principe de stimulation direct d'un nerf. Possover et al. [45

Cliquez ici pour aller à la section Références] ont décrit une technique chez sept patients ayant des douleurs pelviennes réfractaires de pose directe par voie laparoscopique (LION) d'une électrode sur un nerf somatique (majoritairement le nerf pudendal) avec des résultats encourageants. De même, Groen et al . [46

Cliquez ici pour aller à la section Références] ont décrit une technique de stimulation direct du nerf pudendal avec un mini-neurostimulateur (BION) positionné sur le nerf pudendal dans le canal d'Alcock pour le traitement de l'hyperactivité vésicale.

 

Neuromodulation radiculaire sacrée

La neuromodulation des racines sacrées est un traitement validé pour la rétention d'urine non-obstructive, la pollakiurie, l'incontinence urinaire par hyperactivité vésicales. Elle a débuté dans les années 1980 avec les travaux de Schmidt et Tanagho [19

Cliquez ici pour aller à la section Références] et est reconnue en France depuis 1994 avec le marquage CE. Son mode d'action précis reste encore assez mal connu. Le principe de la neuromodulation sacrée consiste à mettre une électrode par voie percutanée, sous contrôle radioscopique, sur la racine nerveuse, le plus souvent S3, afin de créer une stimulation du tronc commun pour recruter les afférences sensitives en créant ainsi un équivalent de « gate control ». L'électrode est positionnée de manière temporaire avec un boîtier externe. L'efficacité du test est jugée ensuite en fonction des paramètres mictionnels et/ou douloureux. Si la période test montre une amélioration de la symptomatologie supérieure à 50 %, une implantation définitive du neuromodulateur (boîtier définitif) sous la peau est réalisée.

Beaucoup d'études ont rapporté l'efficacité de la neuromodulation des racines sacrées pour le traitement de l'incontinence urinaire ou fécale ou pour des troubles mictionnels, en revanche les études évaluant la neuromodulation dans la prise en charge des douleurs chroniques sont plus rares. De plus les problèmes pour l'évaluation de ces études sont une grande discordance dans les critères de sélections et les critères de jugement.

La durée de la phase test est classiquement de quatre à sept jours pour le neuromodulation avant d'envisager une implantation définitive. Cependant, on sait que pour la douleur chronique ce laps de temps peut être insuffisant. Kessler et al. [20

Cliquez ici pour aller à la section Références] ont réalisé une étude prospective sur 44 patients, ayant des troubles fonctionnels urinaires ou des douleurs, avec des phases de test d'au moins 14 jours afin d'avoir une meilleure évaluation. La durée moyenne de la phase test a été de 30 jours (allant de 21 à 36 jours). Trente-deux patients (73 %) ont eu une phase test positive avec une amélioration des symptômes dont 31 (soit 97 % des patients répondeurs) ont eu une implantation définitive du boitier. Le suivi moyen a été de 31 mois, avec 5 % de complications durant la phase test et 16 % durant le suivi. Aucune des complications n'a été en rapport avec la prolongation de la phase test.

De même, le plus souvent, la neuromodulation est réalisée à l'aide d'une électrode stimulant une seule racine nerveuse. Pham et al. [21

Cliquez ici pour aller à la section Références] ont comparé les résultats en fonction d'une stimulation unilatérale ou bilatérale dans le traitement des troubles urinaires réfractaires. Ils ont revu de manière rétrospective 124 patients ayant eu une neuromodulation : 55 patients (44 %) ont eu une stimulation unilatérale et 69 (56 %) une stimulation bilatérale. Le taux de succès de la neuromodulation a été de 58 % dans le groupe unilatérale versus 76 % dans le groupe bilatérale (p =0,03). Il n'y a pas eu de différence en termes de complication en particulier infectieuse entre les deux groupes (3,6 % dans le groupe unilatérale versus 4,3 % dans le groupe bilatéral). Il est également à noter que Zabihi et al. [22

Cliquez ici pour aller à la section Références] ont fait des stimulations caudales bilatérales de S2 à S4 avec des excellents résultats (taux de succès de 77 %) même si pas comparatif avec des stimulations unilatérales. De même Feler et al. [23

Cliquez ici pour aller à la section Références] ont traité 40 patients avec un positionnement antégrade d'une électrode quadripolaire soit en S2 soit en S3-S4. Ils ont obtenu une amélioration des symptômes douloureux dans 55 % des cas.

Maher et al. [24

Cliquez ici pour aller à la section Références] ont évalué les premiers de manière prospective l'efficacité de la stimulation sacrée chez 15 patientes présentant une cystite interstitielle en échec de traitement standard. Ils ont observé de manière significative une amélioration du volume mictionnel (p <0,0001), de la fréquence mictionnelle diurne (p =0,012), de la nycturie (p =0,007) et des douleurs vésicales (p <0,001). Une implantation permanente a été réalisée dans 73 % des cas.

Siegel et al. [25

Cliquez ici pour aller à la section Références] ont réalisé chez dix patients une neuromodulation sacré pour des douleurs pelviennes chroniques réfractaires. Neuf patients (soit 90 %) ont eu une diminution des douleurs en termes de sévérité, de fréquence et d'intensité. Avec un recul moyen de 19 mois, six patients (soit 60 %) ont noté une amélioration significative des douleurs pelviennes.

Everaert et al. [26

Cliquez ici pour aller à la section Références] ont rapporté une série de 111 patients pris en charge pour des douleurs pelviennes chroniques. Un test de neuromodulation a été réalisé dans 26 cas du fait d'un échec aux traitements standards. Le test a été efficace dans 16 cas (61,5 %) mais seulement 11 ont eu une implantation d'un boîtier définitif. Avec un recul de 32 mois, neuf des 11 patients implantés ont été satisfaits avec une réduction des douleurs.

Comiter [27

Cliquez ici pour aller à la section Références] a réalisé une étude prospective chez 25 patients présentant une cystite interstitielle réfractaire traités par neuromodulation sacrée. Une implantation du boîtier a été réalisé dans 17 cas soit 68 % des cas. Avec un suivi de 17 mois, ils ont observé une amélioration significative de la pollakiurie diurne et nocturne (p <0,01) ainsi qu'une diminution des douleurs avec un score EVA moyen passant de 5,8 à 1,6 (p <0,01) et une amélioration du score symptômes (ICSI-PI) (p <0,01).

Peters et al. [28

Cliquez ici pour aller à la section Références] ont également réalisé un test de neuromodulation sacrée chez 26 patients présentant une cystite interstitielle réfractaire traitée par implantation d'un boitier de neuromodulation des racines sacrées. Une réduction de la pollakiurie a été observée dans 51 % des cas ainsi qu'une amélioration des douleurs dans 71 % des cas. Les mêmes auteurs dans une autre étude [29

Cliquez ici pour aller à la section Références] ont également mis en évidence une diminution de l'utilisation de narcotique chez 21 patients après l'implantation d'un neuromodulateur des racines sacrées pour une cystite interstitielle réfractaire avec un recul de 15 mois.

Kessler et al. [30

Cliquez ici pour aller à la section Références] ont rapporté les résultats du registre national Suisse de neuromodulation sacrée pour dysfonction du bas appareil urinaire. Au total, 209 patients ont eu un test entre 2000 et 2005 avec une efficacité (amélioration supérieure à 50 %) dans 102 cas (49 %) et une implantation du boîtier définitif dans 91 cas (44 %). Sur les 91 patients implantés, sept présentaient des douleurs pelviennes chroniques avec une amélioration subjective de 65 % avec la neuromodulation.

Zabihi et al. [22

Cliquez ici pour aller à la section Références] ont évalué l'efficacité dune stimulation sacrée épidurale caudale bilatérale allant de S2 à S4 chez 30 patients ayant des douleurs pelviennes chroniques de type cystite interstitielle et syndrome de vessie douloureuse. Le taux de succès du test et d'implantation définitif a été de 77 %. Avec un recul de 15 mois, ils ont notés une amélioration du score ICSI et ICPI (p =0,005 et 0,007) et une amélioration du score EVA plus de 40 % (p =0,04). Les mêmes auteurs [31

Cliquez ici pour aller à la section Références] ont également rapporté une amélioration de la fonction sexuelle féminine de 157 % (p =0,004) chez 36 patientes ayant une stimulation caudale S2-S4 pour un dysfonctionnement mictionnel. Cette amélioration de la fonction sexuelle a également été mise en évidence dans d'autres études après neuromodulation pour des troubles du bas appareil urinaire [32

Cliquez ici pour aller à la section Références, 33

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Whitmore et al. [34

Cliquez ici pour aller à la section Références] ont réalisé une étude prospective multicentrique chez 33 patients ayant une cystite interstitielle traitée par neuromodulation des racines sacrées. L'évaluation a été réalisée à la fin de la période test de 14 jours. Ils ont noté une amélioration significative de la pollakiurie (p <0,05), de la douleur (p <0,05) et du volume mictionnel (p <0,05) et des score symptômes (ICSI-PI) mais pas de l'urgenturie (p =0,09). L'amélioration subjective de plus de 50 % a été observée dans 23 cas soit 76,7 %.

Powell et Kreder [35

Cliquez ici pour aller à la section Références] ont publié dernièrement une série de 39 patients traités par neuromodulation sacrée pour un syndrome de vessie douloureuse. Le taux d'implantation a été de 56,4 % (22/39). Les patients ont été comparés en fonction du type de pose de l'électrode : soit avec une électrode test positionnée en percutanée puis remplacé par une électrode définitive si le test a été positif soit avec une électrode quadripolaire définitive positionnée directement lors de la phase test. Ils ont observé une différence en termes de résultat du test en fonction du type d'électrode : 39,4 % de succès en cas d'électrode test versus 81,8 % en cas d'électrode définitive (p =0,015). En revanche après l'implantation, le résultat à long terme avec un recul moyen de 59 mois a été équivalent 92,3 % versus 77,8 % (p =0,329).

Aboseif et al. [36

Cliquez ici pour aller à la section Références] ont évalué la neuromodulation sacré chez 64 patients présentant un « dysfonctionnement du plancher pelvien » réfractaire aux traitements standards. Parmi ces patients, 41 avaient des douleurs pelvipérinéales chroniques associées à leur symptomatologie. Tous les patients ont eu une phase de test avec une implantation en cas d'amélioration supérieure à 50 % des symptômes. Quatre-vingt pour cent des patients ont eu une amélioration de la symptomatologie avec un recul de 24 mois. Dans le groupe des 41 patients ayant des douleurs chroniques, une diminution du score EVA a été observée de 5,8 en préopératoire versus 3,7 en postopératoire mais pas de manière significative (p >0,05). Le score de douleur moyen a diminué de 8 à 1. Tous les patients ont été améliorés avec un recul de 24 mois.

Falleto et al. [37

Cliquez ici pour aller à la section Références] ont réalisé une étude sur le neuromodulation sacrée pour le traitement des « douleurs anales idiopathique » chez 12 patients. Avec un suivi moyen de 15 mois, ils ont notés une amélioration du score EVA de 8,2 à 2,2 (p <0,001) et du score SF-36 (p <0,02). Ils n'ont pas notés de modification significative de la manométrie anorectale mais avec cependant une diminution du seuil sensitif. Govaert et al. [38

Cliquez ici pour aller à la section Références] ont également rapporté neuf cas de patients traités par neuromodulation sacrée pour des douleurs chroniques fonctionnel anorectale (proctalgie fugace). La période test a été de 20 jours et quatre patients (44 %) ont répondu et ont eu une implantation définitive du boitier. Avec un recul de 24 mois, ces quatre patients ont été améliorés.

Ramsay et al. [39

Cliquez ici pour aller à la section Références] ont rapporté un cas de patiente traitée et améliorée avec un recul de deux ans par une neuromodulation sacrée pour des « vulvodynies ».

Globalement le taux d'implantation après la phase de test a été d'environ 60–70 % avec une amélioration de la symptomatologie (douleur et fréquence mictionnelles) dans 65 % des cas avec un recul de 12 à 18 mois. Soit un résultat jugé efficace sur près de 40 % de la population initial chez qui a été porté l'indication d'une neuromodulation sacrée. De plus le problème de ces études est une grande disparité des critères de jugement et d'efficacité avec également près de 25 % de complications à distance (douleur sur le boîtier, infection).

 

Neuromodulation médullaire

La neuromodulation médullaire ou spinale a été décrite en 1967 par Shealy et al. [40

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Le principe de la neuromodulation médullaire reste encore mal connu, il consiste à produire un courant électrique directement sur la corne dorsale de la moelle épinière afin de modifier ou de filtrer la transmission du message douloureux en activant le système inhibiteur par l'intermédiaire d'un « gate control ». La stimulation est ressentie par le patient comme une sensation agréable de paresthésie plutôt que de douleur.

La neuromodulation médullaire est largement utilisée et la seule validée avec un marquage CE dans la prise en charge de la douleur au sens général. L'électrode de stimulation est positionnée de manière chirurgicale directement sur la face dorsale de la moelle épinière puis elle est reliée à un boîtier externe de test. Si le test est significatif, un boîtier définitif est alors implanté sous la peau.

Des études ont mis en évidence l'intérêt d'une stimulation médullaire dans le cadre des douleurs pelviennes. Cependant, il existe peu de série dans la littérature sur la stimulation médullaire et les douleurs pelviennes, il s'agit plus de cas clinique avec des résultats encourageant pour des douleurs viscérales digestives [41

Cliquez ici pour aller à la section Références], les vulvodynies [42

Cliquez ici pour aller à la section Références], les coccycodynies [43

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Kapural et al. [44

Cliquez ici pour aller à la section Références] ont montré l'efficacité de la stimulation médullaire au niveau de Th11-Th12 dans la prise en charge des douleurs pelviennes avec une amélioration de la symptomatologie de plus de 50 % chez six patients.

 

Stimulation corticale

Aucune étude n'a été décrite dans la littérature sur l'intérêt de la stimulation corticale dans la prise en charge des douleurs pelviennes même si ce type de stimulation est réalisé pour certaines pathologies neurologiques ou douleur chronique.

 

Neuromodulation du système végétatif

La neuromodulation du système nerveux spinal est utilisée en pratique courante même si son mode d'action, comme nous l'avons dit ci-dessus, reste encore mal connu et où l'hypothèse principale est celle d'une action sous forme de « gate control » par stimulation des fibres afférentes. Cependant, cette hypothèse n'est probablement pas la seule pour expliquer le fonctionnement de la neuromodulation. En effet, la neuromodulation des racines nerveuses est largement utilisée en urologie pour le traitement de l'instabilité vésicale qui n'est pas une pathologie douloureuse et dont le « gate control »' n'a pas d'action puisque la neuromodulation permet de calmer les contractions désinhibées de la vessie. De même, la neuromodulation médullaire est une indication reconnue pour le traitement du syndrome douloureux régional complexe (algodystrophie) qui n'implique que le système nerveux végétatif et non du système nerveux spinal.

Quelques études ont mis en évidence une action de la neuromodulation spinale sur le système nerveux végétatif. Wu et al. [47

Cliquez ici pour aller à la section Références] ont fait une revue de la littérature sur l'action de la stimulation médullaire sur le système vasculaire avec apparition d'une vasodilatation et d'une augmentation du flux sanguin aux différents niveaux de stimulation. Cette action est médiée par le système nerveux sympathique. Dans le même principe, Fricke et al. [48

Cliquez ici pour aller à la section Références] ont démontré l'intérêt d'une neurostimulation médullaire chez les patients coronariens avec une amélioration du débit vasculaire coronarien régulé par le système sympathique et non spinal.

L'effet de la neurostimulation des fibres afférentes des racines sacrées sur le sphincter anal du chat par électromyogramme a été analysé par Vitton et al. [49

Cliquez ici pour aller à la section Références] afin de comprendre son mode d'action dans le traitement de l'incontinence anale. Ils ont mis en évidence que la stimulation des racines sacrées entraînait une inhibition de l'activité colique et une augmentation de l'activité du sphincter anal via un reflexe somato-sympathique. De même, Cai et al. [50

Cliquez ici pour aller à la section Références] ont mis en évidence une variation du flux sanguin vaginal après une stimulation du nerf pudendal mettant donc en jeu le système nerveux sympathique.

Par conséquent une des options thérapeutiques peut être d'agir directement sur le système nerveux sympathique qui est la voie de passage de la douleur. Différents travaux ont mis en évidence l'implication de ce système nerveux sympathique lombaire dans la prise en charge des douleurs. Xu et Gebhart [51

Cliquez ici pour aller à la section Références] ont démontré le rôle potentiel du système nerveux lombaire splanchnique et des nerfs sacrés dans la médiation de l'information afférente mécano-sensitive de la vessie vers la moelle épinière. De même Chen et al. [52

Cliquez ici pour aller à la section Références] ont réalisé une section des rameaux communicants en L2 du système nerveux lombaire sympathique chez le rat. Ils ont mis en évidence une diminution de la substance P, témoin de l'influx douloureux, après une section des rameaux communicants. Ces résultats vont dans le sens que les rameaux communicants sympathiques lombaires jouent un rôle important dans l'afférence de l'influx douloureux.

Doi et al. [53

Cliquez ici pour aller à la section Références] ont mis en évidence une diminution des douleurs, chez deux patientes présentant un tableau de cystite interstitielle, après un bloc du système nerveux sympathique lombaire. Rigaud et al. [54

Cliquez ici pour aller à la section Références] ont également démontré l'efficacité des infiltrations continues d'anesthésiques locaux sur quatre jours du système sympathique paravertébral dans la prise en charge du « syndrome de vessie douloureuse » mais qui est de courte durée c'est-à-dire le temps d'efficacité des anesthésiques locaux puis qui réapparaît à l'arrêt de l'infiltration.

Par conséquent, l'ensemble de ces études apporte des arguments dans le fait que la neuromodulation nerveuse ou spinale n'agit pas que par un « gate-control », il y a très probablement un recrutement du système nerveux végétatif dans le mode d'action. Une seule étude a cherché à évalué l'intérêt d'une neuromodulation sympathique mais dans le cadre du syndrome d'hématurie de douleur d'échine (LPHS) chez quatre patients avec des résultats encourageants [55

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Cependant, il n'existe pas d'étude dans la littérature qui a cherché à stimuler le système nerveux sympathique de manière isolée dans la prise en charge des douleurs pelviennes chroniques.

 

Conclusion

Le mode d'action des neuromodulations reste encore mal connu. Cependant, on sait qu'elles sont efficace mais avec une diminution dans le temps. Plusieurs études ont mis en évidence une amélioration des douleurs en cas de neuromodulation externe, radiculaire ou médullaire dans la prise en charge des douleurs pelvi-périnéales chroniques. Le problème est que la majorité de ces études a un faible effectif et qu'elles ne sont pas comparatives. Cependant, ce traitement est souvent proposé en dernier recours et il permet d'améliorer un certain nombre de patients même si transitoirement alors qu'ils sont considérés en échec thérapeutique. Il semble donc important de développer et d'analyser ces techniques de neuromodulation dans des études prospectives et randomisées à plus grande échelle.

 

Conflit d'intérêt

Aucun.

   

 

 
 
 

Références

 

Sikiru L., Shmaila H., Muhammed S.A. Transcutaneous electrical nerve stimulation (TENS) in the symptomatic management of chronic prostatitis/chronic pelvic pain syndrome: a placebo-control randomized trial Int Braz J Urol 2008 ;  34 (6) : 708-713[discussion 714].
 
Fall M., Lindstrom S. Transcutaneous electrical nerve stimulation in classic and nonulcer interstitial cystitis Urol Clin North Am 1994 ;  21 (1) : 131-139
 
Dionisi B., Anglana F., Inghirami P., Lippa P., Senatori R. Use of transcutaneous electrical stimulation and biofeedback for the treatment of vulvodynia (vulvar vestibular syndrome): result of 3 years of experience Minerva Ginecol 2008 ;  60 (6) : 485-491
 
De Angelis C., Perrone G., Santoro G., Nofroni I., Zichella L. Suppression of pelvic pain during hysteroscopy with a transcutaneous electrical nerve stimulation device Fertil Steril 2003 ;  79 (6) : 1422-1427 [cross-ref]
 
Schiotz H.A., Jettestad M., Al-Heeti D. Treatment of dysmenorrhoea with a new TENS device (OVA) J Obstet Gynaecol 2007 ;  27 (7) : 726-728 [cross-ref]
 
Kaplan B., Peled Y., Pardo J., Rabinerson D., Hirsh M., Ovadia J., et al. Transcutaneous electrical nerve stimulation (TENS) as a relief for dysmenorrhea Clin Exp Obstet Gynecol 1994 ;  21 (2) : 87-90
 
Dawood M.Y., Ramos J. Transcutaneous electrical nerve stimulation (TENS) for the treatment of primary dysmenorrhea: a randomized crossover comparison with placebo TENS and ibuprofen Obstet Gynecol 1990 ;  75 (4) : 656-660
 
Tugay N., Akbayrak T., Demirturk F., Karakaya I.C., Kocaacar O., Tugay U., et al. Effectiveness of transcutaneous electrical nerve stimulation and interferential current in primary dysmenorrhea Pain Med 2007 ;  8 (4) : 295-300 [cross-ref]
 
Proctor M.L., Smith C.A., Farquhar C.M., Stones R.W. Transcutaneous electrical nerve stimulation and acupuncture for primary dysmenorrhoea Cochrane Database Syst Rev 2002 ; CD002123
 
McGuire E.J., Zhang S.C., Horwinski E.R., Lytton B. Treatment of motor and sensory detrusor instability by electrical stimulation J Urol 1983 ;  129 (1) : 78-79
 
van Balken M.R., Vandoninck V., Messelink B.J., Vergunst H., Heesakkers J.P., Debruyne F.M., et al. Percutaneous tibial nerve stimulation as neuromodulative treatment of chronic pelvic pain Eur Urol 2003 ;  43 (2) : 158-163[discussion 163].  [cross-ref]
 
van Balken M.R., Vergunst H., Bemelmans B.L. Prognostic factors for successful percutaneous tibial nerve stimulation Eur Urol 2006 ;  49 (2) : 360-365 [cross-ref]
 
van Balken M.R., Vergunst H., Bemelmans B.L. Sexual functioning in patients with lower urinary tract dysfunction improves after percutaneous tibial nerve stimulation Int J Impot Res 2006 ;  18 (5) : 470-475[discussion 476].  [cross-ref]
 
Kim S.W., Paick J.S., Ku J.H. Percutaneous posterior tibial nerve stimulation in patients with chronic pelvic pain: a preliminary study Urol Int 2007 ;  78 (1) : 58-62 [cross-ref]
 
Zhao J., Bai J., Zhou Y., Qi G., Du L. Posterior tibial nerve stimulation twice a week in patients with interstitial cystitis Urology 2008 ;  71 (6) : 1080-1084 [cross-ref]
 
Kabay S., Kabay S.C., Yucel M., Ozden H. Efficiency of posterior tibial nerve stimulation in category IIIB chronic prostatitis/chronic pelvic pain: a Sham-Controlled Comparative Study Urol Int 2009 ;  83 (1) : 33-38 [cross-ref]
 
Peters K.M., Killinger K.A., Boguslawski B.M., Boura J.A. Chronic pudendal neuromodulation: expanding available treatment options for refractory urologic symptoms Neurourol Urodyn 2010 ;  29 (7) : 1267-1271
 
Peters K.M., Feber K.M., Bennett R.C. Sacral versus pudendal nerve stimulation for voiding dysfunction: a prospective, single-blinded, randomized, crossover trial Neurourol Urodyn 2005 ;  24 (7) : 643-647 [cross-ref]
 
Schmidt R.A., Tanagho E.A. Feasibility of controlled micturition through electric stimulation Urol Int 1979 ;  34 (3) : 199-230 [cross-ref]
 
Kessler T.M., Burkhard F.C., Madersbacher H., Kofler A., Poewe W., Kiss G. Safety of prolonged sacral neuromodulation tined lead testing Curr Med Res Opin 2008 ;  24 (2) : 343-347 [cross-ref]
 
Pham K., Guralnick M.L., O'Connor R.C. Unilateral versus bilateral stage I neuromodulator lead placement for the treatment of refractory voiding dysfunction Neurourol Urodyn 2008 ;  27 (8) : 779-781 [cross-ref]
 
Zabihi N., Mourtzinos A., Maher M.G., Raz S., Rodriguez L.V. Short-term results of bilateral S2-S4 sacral neuromodulation for the treatment of refractory interstitial cystitis, painful bladder syndrome, and chronic pelvic pain Int Urogynecol J Pelvic Floor Dysfunct 2008 ;  19 (4) : 553-557 [cross-ref]
 
Feler C.A., Whitworth L.A., Fernandez J. Sacral neuromodulation for chronic pain conditions Anesthesiol Clin North America 2003 ;  21 (4) : 785-795 [cross-ref]
 
Maher C.F., Carey M.P., Dwyer P.L., Schluter P.L. Percutaneous sacral nerve root neuromodulation for intractable interstitial cystitis J Urol 2001 ;  165 (3) : 884-886 [cross-ref]
 
Siegel S., Paszkiewicz E., Kirkpatrick C., Hinkel B., Oleson K. Sacral nerve stimulation in patients with chronic intractable pelvic pain J Urol 2001 ;  166 (5) : 1742-1745 [cross-ref]
 
Everaert K., Devulder J., De Muynck M., Stockman S., Depaepe H., De Looze D., et al. The pain cycle: implications for the diagnosis and treatment of pelvic pain syndromes Int Urogynecol J Pelvic Floor Dysfunct 2001 ;  12 (1) : 9-14 [cross-ref]
 
Comiter C.V. Sacral neuromodulation for the symptomatic treatment of refractory interstitial cystitis: a prospective study J Urol 2003 ;  169 (4) : 1369-1373 [cross-ref]
 
Peters K.M., Carey J.M., Konstandt D.B. Sacral neuromodulation for the treatment of refractory interstitial cystitis: outcomes based on technique Int Urogynecol J Pelvic Floor Dysfunct 2003 ;  14 (4) : 223-228[discussion 228].  [cross-ref]
 
Peters K.M., Konstandt D. Sacral neuromodulation decreases narcotic requirements in refractory interstitial cystitis BJU Int 2004 ;  93 (6) : 777-779 [cross-ref]
 
Kessler T.M., Buchser E., Meyer S., Engeler D.S., Al-Khodairy A.W., Bersch U., et al. Sacral neuromodulation for refractory lower urinary tract dysfunction: results of a nationwide registry in Switzerland Eur Urol 2007 ;  51 (5) : 1357-1363 [cross-ref]
 
Zabihi N., Mourtzinos A., Maher M.G., Raz S., Rodriguez L.V. The effects of bilateral caudal epidural S2-4 neuromodulation on female sexual function Int Urogynecol J Pelvic Floor Dysfunct 2008 ;  19 (5) : 697-700 [cross-ref]
 
Lombardi G., Mondaini N., Macchiarella A., Cilotti A., Del Popolo G. Clinical female sexual outcome after sacral neuromodulation implant for lower urinary tract symptom (LUTS) J Sex Med 2008 ;  5 (6) : 1411-1417 [cross-ref]
 
Pauls R.N., Marinkovic S.P., Silva W.A., Rooney C.M., Kleeman S.D., Karram M.M. Effects of sacral neuromodulation on female sexual function Int Urogynecol J Pelvic Floor Dysfunct 2007 ;  18 (4) : 391-395 [cross-ref]
 
Whitmore K.E., Payne C.K., Diokno A.C., Lukban J.C. Sacral neuromodulation in patients with interstitial cystitis: a multicenter clinical trial Int Urogynecol J Pelvic Floor Dysfunct 2003 ;  14 (5) : 305-308[discussion 308–309].
 
Powell C.R., Kreder K.J. Long-term outcomes of urgency-frequency syndrome due to painful bladder syndrome treated with sacral neuromodulation and analysis of failures J Urol 2010 ;  183 (1) : 173-176 [cross-ref]
 
Aboseif S., Tamaddon K., Chalfin S., Freedman S., Kaptein J. Sacral neuromodulation as an effective treatment for refractory pelvic floor dysfunction Urology 2002 ;  60 (1) : 52-56 [cross-ref]
 
Falletto E., Masin A., Lolli P., Villani R., Ganio E., Ripetti V., et al. Is sacral nerve stimulation an effective treatment for chronic idiopathic anal pain? Dis Colon Rectum 2009 ;  52 (3) : 456-462
 
Govaert B., Melenhorst J., van Kleef M., van Gemert W.G., Baeten C.G. Sacral neuromodulation for the treatment of chronic functional anorectal pain: a single center experience Pain Pract 2010 ;  10 (1) : 49-53 [cross-ref]
 
Ramsay L.B., Wright J., Fischer J.R. Sacral neuromodulation in the treatment of vulvar vestibulitis syndrome Obstet Gynecol 2009 ;  114 (2 Pt 2) : 487-489 [cross-ref]
 
Shealy C.N., Mortimer J.T., Reswick J.B. Electrical inhibition of pain by stimulation of the dorsal columns: preliminary clinical report Anesth Analg 1967 ;  46 (4) : 489-491
 
Kapural L., Rakic M. Spinal cord stimulation for chronic visceral pain secondary to chronic non-alcoholic pancreatitis J Clin Gastroenterol 2008 ;  42 (6) : 750-751 [cross-ref]
 
Nair A.R., Klapper A., Kushnerik V., Margulis I., Del Priore G Spinal cord stimulator for the treatment of a woman with vulvovaginal burning and deep pelvic pain Obstet Gynecol 2008 ;  111 (2 Pt 2) : 545-547
 
Kothari S. Neuromodulatory approaches to chronic pelvic pain and coccygodynia Acta Neurochir Suppl 2007 ;  97 (Pt 1) : 365-371
 
Kapural L., Narouze S.N., Janicki T.I., Mekhail N. Spinal cord stimulation is an effective treatment for the chronic intractable visceral pelvic pain Pain Med 2006 ;  7 (5) : 440-443 [cross-ref]
 
Possover M., Baekelandt J., Chiantera V. The laparoscopic approach to control intractable pelvic neuralgia: from laparoscopic pelvic neurosurgery to the LION procedure Clin J Pain 2007 ;  23 (9) : 821-825 [cross-ref]
 
Groen J., Amiel C., Bosch J.L. Chronic pudendal nerve neuromodulation in women with idiopathic refractory detrusor overactivity incontinence: results of a pilot study with a novel minimally invasive implantable mini-stimulator Neurourol Urodyn 2005 ;  24 (3) : 226-230 [cross-ref]
 
Wu M., Linderoth B., Foreman R.D. Putative mechanisms behind effects of spinal cord stimulation on vascular diseases: a review of experimental studies Auton Neurosci 2008 ;  138 (1–2) : 9-23 [cross-ref]
 
Fricke E., Eckert S., Dongas A., Fricke H., Preuss R., Lindner O., et al. Myocardial sympathetic innervation in patients with symptomatic coronary artery disease: follow-up after 1 year with neurostimulation J Nucl Med 2008 ;  49 (9) : 1458-1464 [cross-ref]
 
Vitton V., Abysique A., Gaige S., Leroi A.M., Bouvier M. Colonosphincteric electromyographic responses to sacral root stimulation: evidence for a somatosympathetic reflex Neurogastroenterol Motil 2008 ;  20 (4) : 407-416 [cross-ref]
 
Cai R.S., Alexander M.S., Marson L. Activation of somatosensory afferents elicit changes in vaginal blood flow and the urethrogenital reflex via autonomic efferents J Urol 2008 ;  180 (3) : 1167-1172 [cross-ref]
 
Xu L., Gebhart G.F. Characterization of mouse lumbar splanchnic and pelvic nerve urinary bladder mechanosensory afferents J Neurophysiol 2008 ;  99 (1) : 244-253
 
Chen J., Hou S., Peng B., Wu W., Shi Y., Li L., et al. Effect of the L2 ramus communicans on the nociceptive pathway in lumbar intervertebral discs in rats Eur J Pain 2008 ;  12 (6) : 798-803 [cross-ref]
 
Doi K., Saito Y., Nikai T., Morimoto N., Nakatani T., Sakura S. Lumbar sympathetic block for pain relief in two patients with interstitial cystitis Reg Anesth Pain Med 2001 ;  26 (3) : 271-273 [cross-ref]
 
Rigaud J., Labat J.J., Riant T., Guérineau M., Robert R. Traitement du « syndrome de vessie douloureuse » par infiltration du système nerveux sympathique lombaire : étude de faisabilité Prog Urol 2008 ;  18 (11) : 755[abstract O139].
 
Goroszeniuk T., Khan R., Kothari S. Lumbar sympathetic chain neuromodulation with implanted electrodes for long-term pain relief in loin pain haematuria syndrome Neuromodulation 2009 ;  12 (4) : 284-291 [cross-ref]
 
   
 
 
   

 

© 2010  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.