Les sténoses post-traumatiques de l'urètre : résultats à dix ans et facteurs pronostiques d'échec

25 novembre 2012

Auteurs : A. Benchikh El Fegoun, R. El Atat, T. Culty, V. Hupertan, V. Ravery
Référence : Prog Urol, 2012, 13, 22, 764




 

Objectifs.– La prise en charge des traumatismes de l’urètre bulbaire et membraneux étant variable selon le centre, nous avons recherché les facteurs associés à un échec d’uretroplastie après un suivi à long terme. L’objectif de cette étude était d’évaluer les résultats à dix ans des patients atteints de sténose post-traumatique de l’urètre pris en charge dans notre institution.


Méthodes.– De janvier 1988 à août 2005, 180 interventions chirurgicales ont été réalisées chez 105 patients pour traitement de lésions post-traumatiques de l’urètre bulbo-membraneux après fracture du bassin (79 %) et après traumatisme périnéal (21 %). Parmi les 180 interventions pratiquées, on dénombrait 99 urétroplasties (54 urétroplasties anastomotiques, 39 urétroplasties en deux temps et six urétroplasties d’élargissement en un temps) et 81 gestes endoscopiques (74 urétrotomies endoscopiques, deux réalignements endoscopiques, cinq mises en place d’endoprothèses). La médiane du suivi était de 9,5ans. Les taux de succès ont été calculés par la méthode de Kaplan-Meier.


Résultat.– Les taux de résultats satisfaisants des urétroplasties à un, cinq et dix ans, étaient respectivement de 84 %, 81 % et 76 % après urétroplastie anastomotique et de 78 %, 53 % et 50 % après urétroplastie en deux temps. Les meilleurs résultats étaient obtenus lorsque l’urétroplastie anastomotique était pratiquée avant toute manipulation endo-urétrale (95 % de résultats satisfaisants à dix ans). Les urétrotomies réalisées pour récidive après urétroplastie présentaient 70 % de résultats satisfaisants à dix ans.


Conclusion.– L’urétroplastie anastomotique pour sténose traumatique de l’urètre membraneux ou bulbaire donne des résultats d’autant plus satisfaisants et stables dans le temps qu’elles sont réalisées sur un urètre vierge de toute manipulation urétrale antérieure. Afin de limiter ces manœuvres, les patients présentant un traumatisme de l’urètre bulbaire ou membraneux doivent être adressés à des centres experts.




Haut de page



© 2012 
Publié par Elsevier Masson SAS.