Les recommandations ou guidelines de la lithiase urinaire

06 décembre 2008

Mots clés : Lithiase urinaire, recommandations
Auteurs : C. Saussine, E. Lechevallier, O. Traxer
Référence : Prog Urol, 2008, 18, 12, 841-843

La chronologie des recommandations concernant la lithiase urinaire publiée dans la littérature internationale est rappelée. Ces recommandations sont illustrées par celles du comité lithiase de l’Association française d’urologie sur le traitement des calculs du rein et de l’uretère.

Les américains ont, les premiers, publiés des recommandations sur la lithiase urinaire et, en particulier, sur le calcul coralliforme. La méthodologie de ces recommandations était basée sur une étude de la littérature médicale par un panel d’experts pour faire ressortir des recommandations assorties de niveaux de preuve. Après le calcul coralliforme, de nouvelles recommandations ont été publiées sur le calcul de l’uretère .
Peu de temps après la publication de recommandations italiennes , les européens ont fait paraître leurs propres recommandations sur l’ensemble des sujets de la lithiase urinaire, allant du diagnostic au traitement en passant par l’ensemble du bilan clinique radiologique, biologique ou métabolique .
En se basant sur l’étude de ces différentes recommandations américaines et européennes, le comité lithiase de l’Association française d’urologie (CLAFU) a également établi des recommandations sur le traitement des calculs du rein et de l’uretère à destinée des urologues français . Ces recommandations sont résumées dans les Tableaux 1 et 2. Ces recommandations tenaient compte de la classification pour la topographie des calculs proposée par le CLAFU et représentées ci-dessous.
Tableau 1 : Recommandations de traitement des calculs du rein.
Hors nature du calcul Calcul rein
< 20 mm P1 ou T ou C s, m ou i
Calcul rein
> 20 mm P2 ou T ou C s, m ou i
Complexes ou coralliformes
P2 Tsmi Csmi
S LEC ± JJ selon taille NLPC ± LEC NLPC ± LEC
Surveiller ≤ 5 mm
 
O (1) NLPC (1) LEC ± JJ (1) NLPC + LEC + NLPC
(1) URS souple (2) Cœlioscopie (2) LEC + NLPC + LEC
(2) Chirurgie ouverte
 
R Pas plus de 2 séances à 3 semaines d’intervalle Pas de LEC seule Si NLPC pas plus de 2 tunnels dans la même séance
Après PNA : délai de 3 semaines Si NLPC attendre en général 4 à 6 semaines avant LEC secondaire Coralliforme complexe : chirurgie ouverte
S : standard ; O : options ; R : remarques ; 1, 2, 3… : hiérarchie du choix pour l’option ; P1 : calcul pyélique de 2cm ou moins ; P2 : calcul pyélique de plus de 2cm ; T : calcul de la tige calicielle ; C : calcul caliciel ; S : supérieur ; M : moyen ; I : inférieur ; PNA : pyélonéphrite aiguë.
Tableau 2 : Recommandations pour le traitement des calculs de l’uretère.
Hors nature du calcul Calcul lombaire (Ul) Calcul iliaque (Ui) Calcul pelvien (Up)
S LEC in situ LEC in situ LEC
Surveiller si ≤ 6 mm URS ± souple URS (surtout si > 10 mm)
Surveiller si ≤ 6 mm Surveiller si ≤ 6 mm
 
O (1) JJ + LEC différée (1) JJ + LEC différée (1) JJ + LEC différée
(1) URS ± souple (2) Flush + LEC (2) JJ puis URS
(2) NLPC antérograde (3) Chirurgie/cœlioscopie
(3) Chirurgie/cœlioscopie ou rétropéritonéoscopie (3) NLPC ± URS antérograde
 
R LEC possible dès le lendemain LEC possible dès le lendemain LEC possible dès le lendemain
LEC urgence si colique néphrétique JJ préalable si URS difficile Si URS simple : drainage non obligatoire
LEC urgence si colique néphrétique LEC urgence si colique néphrétique
S : standard ; O : options ; R : remarques ; 1, 2, 3… : hiérarchie du choix pour l’option ; Ul : uretère lombaire ; Ui : uretère iliaque ; Up : uretère pelvien ; URS : urétéroscopie.
Classification des calculs du rein proposée par le CLAFU en 1999, pour décrire leur topographie ().
Fig. 1 : Classification des calculs du rein.
Calculs du bassinet : P1 si<2 cm ; P2 si≥2cm.
T : calculs situé dans une tige calicielle ; s : supérieure ; m : moyenne ; i : inférieure. C : calculs situés dans un calice ; s : supérieur ; m : moyen ; i : inférieur. U : calculs de l’uretère ; l : lombaire ; i : iliaque ; p : pelvien.
Après ces recommandations faites par le CLAFU, sont parues d’autres recommandations dans la littérature internationale. Ce sont à nouveau les américains qui ont mis à jour leurs recommandations sur la prise en charge du calcul coralliforme . Les Allemands ont ensuite publié des recommandations concernant la cystinurie de l’enfant et de l’adolescent ainsi que sur le diagnostic et la prophylaxie de la maladie lithiasique urinaire .
En 2007, un comité regroupant les experts européens et américains a publié des recommandations conjointes EAU/AUA publiées conjointement dans European Urology et Journal of Urology et concernant les calculs urétéraux.
Enfin, citons les recommandations du Comité australien de l’insuffisance rénale [12–18].