Les profils hormonaux préopératoires et les caractéristiques pathologiques du cancer de la prostate localisé sont liés à la testostérone totale et biodisponible

25 novembre 2017

Auteurs : Y. Neuzillet, H. Botto, M. Schneider, M. Rouprêt, S. Drouin, M. Galiano, X. Cathelineau, T. Taouil, V. Molinie, C. Radulescu, E. Comperat, F. Giton, J. Fiet, J. Raynaud, T. Lebret
Référence : Prog Urol, 2017, 13, 27, 672-673
Objectifs

Dans le cancer localisé de la prostate (PCa), l’impact de l’hypogonadisme biochimique sur l’émergence du cancer et la progression est encore controversé. Nous avons comparé les profils sériques préopératoires des hormones sexuelles et les caractéristiques pathologiques chez les patients atteints de PCa localisés selon leur statut gonadique évalué par la testostéronémie totale (TT) et biodisponible (BT).

Méthodes

Une nouvelle grande étude de cohorte prospective de 1125 patients (âge : 63,9 ans) ayant un PCa localisé, recrutés dans 4 centres urologiques en France, de 6/2013 à 6/2016. Les paramètres du syndrome métabolique (SM) ont été recueillis. Le dosage des stéroïdes sexuels ont été effectué par spectrométrie de masse en phase gazeuse. Une évaluation centralisée des données pathologiques (prédominance du grade de Gleason 4 [PrdGP4], stade) a été effectuée. La cohorte a été divisée en 4 groupes ; le 1er se composait de patients ayant une TT et BT normales (≥3ng/mL et BT0,8ng/mL), une TT diminuée dans le 2e, une BT diminuée dans le 3e et une TT et BT diminuées dans le 4e.

Résultats

Les pourcentages de PrdGP4 et de pT3a étaient d’un tiers chez les patients eugonadiques, augmentant significativement jusqu’à la moitié des hypogonadiques. Une augmentation de poids de 10 %, due à la masse grasse, était observée chez les patients à la TT diminuée, alors qu’aucun changement ne s’est produit en cas de BT diminuée, ce qui indique une dichotomie à l’action de TT et BT. Une différence significative dans la concentration de SHBG entre les patients à BT diminuée et ceux à TT diminuée a été observée, conférant à la SHBG un rôle clé dans la sélection des patients à haut risque d’un PCa agressive. En effet, lorsque les patients hypogonadiques sont définit uniquement par un seuil de TT3ng/mL, 90 patients (8 %) qui avaient une BT diminuée en raison d’une SHBG élevée, pas de SM, mais un taux de PrdG4 élevé étaient ignorés (Tableau 1).

Conclusion

Une diminution de la BT définie une population à risque de PCa agressif mais ne présentant pas plus d’obésité. Par conséquent, pour la prise de décision thérapeutique, en plus de la TT et de l’obésité, la BT devrait être évaluée pour la prise en charge du PCa localisé.




 




Déclaration de liens d'intérêts


Bourse de Fondation Foch, organisme à but non lucratif et bourse du Ministère Français de la Santé/DGOS/CRC3F.




Tableau 1 - Caractéristiques clinico-pathologique et concentrations sériques peropératoires des hormones sexuelles chez les patients atteints de PCa localisés selon leur statut gonadique évalué par la testostéronémie totale (TT) et biodisponible (BT).









© 2017 
Publié par Elsevier Masson SAS.