Les perforations vésicales au cours d’une résection de tumeur vésicale nécessitant une réparation chirurgicale : caractéristiques cliniques et résultats oncologiques

25 novembre 2016

Auteurs : S. Rekik, I. Mejdoub, A. Chaabouni, M. Fourati, H. Fourati, N. Rebai, M. Hadj Slimen, M. Mhiri
Référence : Prog Urol, 2016, 13, 26, 675
Objectifs

La perforation vésicale au cours de la résection transurétrale de tumeur de vessie est une complication largement sous-estimée. Si un simple drainage par sonde vésicale suffit dans la majorité des cas, le recours à la conversion chirurgicale reste rare.

Méthodes

Nous rapportons 19 cas de perforation vésicale nécessitant une conversion chirurgicale par laparotomie. Il s’agit d’une perforation intrapéritonéale ou sous-péritonéale importante. Les caractéristiques cliniques, les résultats oncologiques à long terme, l’incidence et le temps d’apparition de la localisation extra-vésicale ainsi que la survie des patients présentant cette complication ont été étudié. La survie globale a été mesurée par la méthode de Kaplan-Meier.

Résultats

L’âge moyen est de 65ans. Un antécédent de résection noté dans 12 cas, la taille moyenne de la tumeur est de 4,9cm. La perforation est intrapéritonéale chez 15 patients et extrapéritonéale chez les 4 autres. Elle intéressait la face latérale dans 14 des cas. Le diagnostic est peropératoire dans 17 cas. Deux plaies grêliques étaient diagnostiquées. La majorité des tumeurs était de haut grade (15 cas) et classée au moins pt1 dans 15 cas. La progression était observée dans 5 cas. Deux récidives extra-vésicales étaient notées (paroi antérieure et psoas) survenant respectivement à 5 et 15 mois. La survie moyenne est de 41 mois, respectivement de 75 %, 50 % et 25 % à 1, 3 et 5ans. Cette survie chute de façon significative dans le groupe des TVIM.

Conclusion

La perforation vésicale au cours d’une RTUV nécessitant une réparation chirurgicale semble être plus fréquente chez les patients âgés présentant une tumeur de la face latérale sur une vessie déjà réséquée. Le taux de récidive et de progression seraient augmenté contre une baisse de la survie globale. Le taux de dissémination métastatique est faible mais précoce imposant une surveillance rapprochée.




 




Déclaration de liens d'intérêts


Les auteurs n'ont pas précisé leurs éventuels liens d'intérêts.






© 2016 
Publié par Elsevier Masson SAS.