Les infiltrations du système nerveux sympathique dans la prise en charge thérapeutiques des douleurs pelvipérinéales chroniques

25 novembre 2010

Auteurs : J. Rigaud, D. Delavierre, L. Sibert, J.-J. Labat
Référence : Prog Urol, 2010, 12, 20, 1124-1131

Introduction

Le système nerveux sympathique végétatif est la voie de passage de l’influx douloureux entre les viscères et le cerveau. Le but de cet article a été de faire une mise au point sur les infiltrations du système nerveux végétatifs dans la prise en charge des douleurs pelvipérinéales chroniques.

Matériel et Méthodes

Une revue exhaustive de la littérature a été réalisée en reprenant les articles publiés dans PubMed sur les infiltrations et les gestes sur le système nerveux végétatifs dans la prise en charge des douleurs pelvipérinéales chroniques.

Résultats

Dans la prise en charge des douleurs pelvipérinéales chroniques, une action sur le système nerveux sympathique a été proposé à trois principaux niveaux : le ganglion Impar, le plexus hypogastrique et la chaîne sympathique lombaire en L2. L’infiltration d’anesthésiques locaux le long de ce système nerveux a eu un rôle test dans l’évaluation des patients avec une amélioration de la symptomatologie douloureuse dans deux tiers des cas le temps d’action des anesthésiques locaux. Des gestes spécifiques ont été réalisés comme l’alcoolisation, la radiofréquence, la section chirurgicale ou l’infiltration de toxine botulique à ces différents niveaux avec des résultats plus durable dans le temps.

Conclusion

L’infiltration test du système nerveux sympathique végétatif à un intérêt diagnostique dans la prise en charge des douleurs pelvipérinéales chroniques permettant de guider des gestes plus spécifiques pour une prise en charge algologique globale.

   
 
 

 

 

Introduction

L'intérêt du système sympathique dans la prise en charge des douleurs est qu'il est la voie de passage de l'influx douloureux entre les viscères et le cerveau. Au sein du système nerveux autonome, on sait que seul le système orthosympathique, jusqu'à preuve du contraire, possède des fibres sensitives. Par conséquent le but lorsque l'on réalise des infiltrations du système sympathique est de bloquer l'influx douloureux mais il ne traite pas la cause. Cependant en réalisant un effet de désensibilisation, on peut espérer un effet durable dans le temps.

Il existe plusieurs niveaux d'infiltration qui peuvent être réalisés dans la prise en charge des douleurs pelviennes sachant que l'on commence généralement par le plus sélectif en distal pour ensuite remonter vers le cerveau [1

Cliquez ici pour aller à la section Références]. En pratique, il existe trois niveaux accessibles : le ganglion Impar, le plexus hypogastrique et la chaîne sympathique paravertébrale en regard de L2 (Figure 1). Les autres niveaux comme le plexus soléaire, le ganglion cœliaque, les ganglions splanchniques ne sont pas des relais de l'influx douloureux pelviens et ne seront donc pas traités dans ce chapitre.

 
Figure 1
Figure 1. 

Les chaînes sympathiques.

Le but de cet article de revue est de faire une mise au point sur les infiltrations du système nerveux sympathique et les gestes possibles sur ce système nerveux dans la prise en charge des douleurs pelvipérinéales chroniques.

 

Infiltration du ganglion Impar

 

Anatomie

Le ganglion Impar (ou ganglion coccygien ou ganglion de Walther) est un ganglion sympathique situé à la convergence de la terminaison des deux chaînes sympathiques paravertébrales. Il reçoit des afférences sympathiques du périnée par le biais des derniers ganglions sacrés et donne des fibres efférentes pour le coccyx et le nerf coccygien.

Des dissections ont permis de montrer les rapports de proximité du ganglion Impar dans sa loge rétrorectale. Le ganglion Impar envoie des branches pour le glomus coccygien, le coccyx, l'artère sacrée médiane et le plexus sacrococcygien. Ces branches efférentes ne sont pas constantes ni en nombre ni en destination. Des efférences pour le nerf sacré S5 (rejoint par le nerf coccygien) ont été retrouvées constituant le plexus sacrococcygien et le coccyx ce qui pourrait expliquer le rôle du ganglion Impar dans la transmission des douleurs médiées par le système sympathique de cette région anococcygienne. Le nerf coccygien qui rejoint le plexus sacrococcygien, chemine dans un canal inextensible et peut être étiré dans les hyperflexions ou bien même cisaillé dans les luxations. Ces traumatismes peuvent être responsables de coccygodynies. La position du ganglion Impar est variable (située dans un coefficient compris entre 0,1 et 0,6 de la taille du coccyx, en moyenne entre 0,3 et 0,4). Le ganglion Impar se trouve être plus proche de l'articulation médiococcygienne (entre C1 et C2) que de l'articulation sacrococcygienne [2

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 

Indication des infiltrations du ganglion Impar

Les infiltrations du ganglion Impar ont été proposées avant tout dans les douleurs périnéales d'origine cancéreuses (rectum, vulve, prostate) mais également dans les douleurs chroniques non cancéreuses : vestibulodynies [3

Cliquez ici pour aller à la section Références], névralgies herpétiques [4

Cliquez ici pour aller à la section Références], coccygodynies [5

Cliquez ici pour aller à la section Références, 6

Cliquez ici pour aller à la section Références], syndrome douloureux pelvien chronique, syndrome de l'élévator ani...

 

Les techniques d'infiltration du ganglion Impar

La première description de l'interruption du ganglion Impar a été faite par Plancarte et son équipe [7

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Les auteurs rapportaient que la phénolisation de ce ganglion sympathique pouvait améliorer les douleurs viscérales à projection périnéale d'origine cancéreuse. La technique consistait à placer le patient en décubitus latéral et insérer une aiguille courbée à travers le ligament anococcygien. L'aiguille de 22 G 3 1/2' était orientée suivant un angle de 25 à 30° et guidée par fluoroscopie pour se positionner à la jonction sacrococcygienne en passant à la face ventrale du coccyx. Pour vérifier que l'aiguille se trouvait bien en retropéritonéal, on injectait 2cm3 de produit de contraste (Figure 2).

 
Figure 2
Figure 2. 

Infiltration du ganglion Impar sous scopie.

Suite à cette première description, plusieurs autres méthodes ont été proposées comme l'insertion d'un doigt dans le rectum pour empêcher sa perforation mais elle engendre des risques septiques. La technique de Wemm et Sabersky [8

Cliquez ici pour aller à la section Références] passe directement à travers l'articulation sacrococcygienne, technique efficace pour les personnes qui ont une anatomie normale mais plus délicate pour les patients présentant des calcifications du ligament, du sacrum et du coccyx. Huang [9

Cliquez ici pour aller à la section Références] a proposé quant à lui une approche latérale du ganglion en passant sous le processus transverse du coccyx au niveau de l'articulation sacrococcygienne. Une des dernières méthodes proposée est celle de l'approche paramédiale du ganglion Impar [4

Cliquez ici pour aller à la section Références, 6

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Si le risque de perforation rectale apparaît évident du fait de la proximité anatomique du ganglion Impar et du rectum, aucune complication de ce type n'est rapportée dans la littérature mais les séries sont toujours très courtes. L'apport de l'échographie [10

Cliquez ici pour aller à la section Références, 11

Cliquez ici pour aller à la section Références] et surtout du scanner apparaît plus contraignant mais extrêmement sûr vis-à-vis de ce risque [12

Cliquez ici pour aller à la section Références, 13

Cliquez ici pour aller à la section Références, 14

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 

Les blocs anesthésiques du ganglion Impar

La plupart des praticiens réalisent un bloc anesthésique test avant tout geste plus durable pour ne garder que les patients répondeurs. Le plus souvent le bloc est réalisé avec de la lidocaïne (1mL à 4 %).

Dans l'étude de Reig et al. [15

Cliquez ici pour aller à la section Références], concernant des patients présentant des douleurs périnéales chroniques, non malignes de diverses étiologies, 12/13 patients ont eu un bloc positif à la ropivacaïne avec une amélioration immédiate de plus de 50 % de la douleur évaluée sur une échelle visuelle analogique. Les 16 patients de l'étude indienne de Toshniwal et al., présentant des douleurs périnéales chroniques non malignes ont eu un bloc positif [16

Cliquez ici pour aller à la section Références].

L'injection d'anesthésiques locaux seuls ou associés à des corticoïdes pourrait parfois avoir un effet thérapeutique transitoire. Dans l'étude allemande récente, de Agarwal-Kozlowski et al. concernant des douleurs de toute origine (maligne ou bénigne), 76 patients ont été infiltrés : 48 ont eu un bloc positif dont 20 en ont tiré un bénéfice durable de la procédure anesthésique (jusqu'à quatre mois) [13

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Cependant l'absence d'étude randomisée ne permet pas d'évaluer l'effet placebo des réponses persistantes au-delà de la durée d'action des anesthésiques locaux.

 

Les destructions du ganglion Impar

Les traitements visant à détruire le ganglion Impar ont été utilisés avant tout dans les pathologies cancéreuses à titre palliatif. Il n'y a pas de série conséquente ou randomisée concernant ces thérapeutiques que ce soit dans les pathologies cancéreuses ou non.

 
Alcoolisation

L'alcoolisation du ganglion Impar est la technique la plus courante. La neurolyse s'effectue essentiellement par du phénol à concentration de 5 % à 10 % et de volumes variables (5mL–10mL). L'alcoolisation expose au risque de diffusion vers les racines sacrées, ce que l'on peut constater lors de l'utilisation de produit de contraste sous scanner, alcoolisation dont on connaît la toxicité sur les racines de la queue de cheval. Sur une petite série de neuf patients souffrant de douleurs périnéales en rapport avec un cancer, Basagan Mogol et al. [17

Cliquez ici pour aller à la section Références] ont rapporté une nette amélioration en termes de douleurs, consommation de morphiniques et qualité de vie après réalisation d'un bloc lytique du ganglion Impar.

 
Cryoablation

D'autres auteurs ont proposé en remplacement du phénol, de réaliser une cryoablation du ganglion Impar par du gaz (CO2 –NO2 ) à raison de deux cycles de trois minutes à −60°C à la face ventrale de l'articulation sacrococcygienne [18

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Cette technique n'a pas eu beaucoup d'adeptes.

 
Radiofréquence

La radiofréquence du ganglion Impar peut sembler plus prometteuse. Le principe est de léser les tissus par une source de fréquence élevée et sur une zone limitée pour éviter la destruction des tissus alentours. L'aiguille mise en place au niveau du ganglion Impar distribue une température de 80°C pendant 80 secondes. Dans leur étude sur des douleurs chroniques non cancéreuses, ayant eu un bloc de l'Impar positif, Reig et al. [15

Cliquez ici pour aller à la section Références] ont constaté après traitement une amélioration moyenne de 50 % des scores EVA. Les variations anatomiques constatées au niveau du ganglion Impar ont rendu obligatoirement aléatoire l'efficacité de la radiofréquence dont le champ doit être limité pour éviter le risque de lésion rectale.

 
Toxine botulique

Lim et al. [19

Cliquez ici pour aller à la section Références] ont été les premiers à publier récemment l'intérêt d'une infiltration du ganglion Impar par de la toxine botulique, comme il peut être fait à d'autre niveau, pour la prise en charge des douleurs périnéales avec une amélioration durable de la symptomatologie.

 

Infiltration du plexus hypogastrique

 

Anatomie

Le plexus hypogastrique est un plexus nerveux sympathique comprenant les fibres orthosympathique et parasympathique. Il est également appelé nerf pré-sacré. Ce plexus nerveux est situé en avant des vaisseaux iliaques. Il est inclus dans les lames sacro-recto-génitopubiennes pour ensuite se diviser en distal en nerfs hypogastriques et nerfs érecteurs. Il joue un rôle dans le fonctionnement des organes pelviens (continence, miction, défécation...) Ce plexus est séparé en deux portions plexus inférieur le long des organes pelviens et le plexus supérieur remontant jusqu'au niveau de la bifurcation aortique [20

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 

Indication

Les infiltrations des plexus hypogastriques ont été proposées dans le cas de douleurs pelviennes d'origine cancéreuse mais également pour la prise en charge de douleurs pelviennes fonctionnelles comme la dysménorrhée par exemple.

L'infiltration à surtout un objectif test avant d'envisager un geste sur le plexus hypogastrique. L'efficacité de l'infiltration est à court terme avec une récidive précoce en cas de douleurs chroniques.

Des sections du plexus hypogastriques (nerf pré-sacré) ont été proposées depuis longtemps pour le traitement des algies pelviennes chroniques avec des résultats très satisfaisant [21

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 

Les techniques d'infiltration du plexus hypogastrique

L'infiltration du plexus hypogastrique a été initialement décrite sous contrôle radioscopique [7

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Il est réalisé préférentiellement de manière bilatérale. Les patients sont installés en décubitus ventral. L'apophyse épineuse de L4-L5 est repérée. L'aiguille de 22 G est placée à 5 à 7cm latéralement à l'axe médian par rapport à ce niveau L4-L5. L'aiguille est insérée avec une direction à 45° en médial et 45° en caudal en longeant l'os. L'aiguille est insérée jusqu'à la face antérolatérale de L5.

Depuis, l'infiltration du plexus hypogastrique est réalisée sous contrôle tomodensitométrique par voie postérieure. La vérification de la bonne position des aiguilles est réalisée suite à une injection de produit de contraste qui doit diffuser le long des vaisseaux iliaques [22

Cliquez ici pour aller à la section Références, 23

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Une infiltration par voie antérieure a également été proposée mais sous contrôle radioscopique [24

Cliquez ici pour aller à la section Références], échographique [25

Cliquez ici pour aller à la section Références] ou tomodensitométrique [26

Cliquez ici pour aller à la section Références] permettant de réaliser le geste même chez des patients douloureux ne pouvant garder la position en décubitus ventral. Un abord trans-sacré à travers un foramen à également été proposé afin d'avoir une meilleur diffusion en pré-sacré [27

Cliquez ici pour aller à la section Références]. De même un abord transdiscal a été proposé pour l'infiltration du plexus hypogastrique supérieur, il qui semblerai plus efficace mais avec un risque de spondylodiscite [28

Cliquez ici pour aller à la section Références, 29

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 

Les gestes sur le plexus hypogastrique

 
Neurectomie du plexus hypogastrique (pré-sacré)

Plusieurs études ont rapportées l'intérêt de réaliser une neurectomie pré-sacrée pour le traitement des douleurs pelviennes chroniques en particulier après endométriose ou dysménorrhée. Le geste est réalisé, soit par chirurgie ouverte, soit par chirurgie laparoscopique [30

Cliquez ici pour aller à la section Références, 31

Cliquez ici pour aller à la section Références, 32

Cliquez ici pour aller à la section Références, 33

Cliquez ici pour aller à la section Références]. L'amélioration sur les douleurs a été observé en moyenne dans près de trois quarts des cas avec tout de même un risque de récidive sur du long terme.

Black [21

Cliquez ici pour aller à la section Références] a rapporté une série de neurectomie pré-sacrée pour le traitement de la dysménorrhée avec des excellent résultats : 70 % de disparition des douleurs et 20 % d'amélioration avec un recul de dix ans.

Cependant il faut rappeler que le plexus hypogastrique permet la commande des organes pelviens. Après section il y a donc un risque de dysfonctionnement avec un risque de rétention, de pollakiurie, de sécheresse vaginale et de constipation non négligeable [21

Cliquez ici pour aller à la section Références, 33

Cliquez ici pour aller à la section Références, 34

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 
Alcoolisation et radiofréquence

Des patients ont été traités avec des neurolyses du plexus hypogastrique par radiofréquence [20

Cliquez ici pour aller à la section Références] ou par alcoolisation [35

Cliquez ici pour aller à la section Références, 36

Cliquez ici pour aller à la section Références] avec une amélioration dans près de 50 % des cas mais avec une récidive à moyen terme.

 
Neuromodulation

Possover et al. ont rapporté dans plusieurs papiers l'intérêt de réaliser chez des patients ayant des douleurs pelviennes chroniques une neuromodulation du plexus hypogastrique avec mise en place de l'électrode au préalable par voie laparoscopique LION [37

Cliquez ici pour aller à la section Références, 38

Cliquez ici pour aller à la section Références]. La série reste avec un petit effectif mais les résultats sont encourageants. Il faut noter qu'ils rapportent également des neurectomies étendues par voie laparoscopique dans la prise en charge de douleurs pelviennes avec des résultats également intéressants (65 % d'amélioration) [39

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 

Infiltration de la chaîne sympathique en L2

 

Anatomie

En cas de douleur pelvienne, le point de départ des voies de la douleur est d'origine pelvienne puis est diffusé dans le maillage diffus du système nerveux végétatif qui est disséminé le long des vaisseaux sanguins. L'influx passe ensuite par les ganglions sympathiques de la chaîne latérovertébrale qu'il rejoint à différents niveaux puis il remonte jusqu'au ganglion sympathique situé en L2. Différents travaux anatomiques ont démontré une fréquence et une variation importantes du nombre de ganglions sympathiques lombaires (en moyenne de 3,9) ainsi qu'une distribution très variable et non segmentaire des rameaux communicants [40

Cliquez ici pour aller à la section Références]. La branche de L2 apparaît largement prédominante avec une richesse particulière des rameaux communicants qui sont le relai entre les deux systèmes (sympathique et somatique), une sorte de point de ralliement utile pour les fibres végétatives qui n'ont accès à l'expression de la douleur portée à la conscience que par le truchement des fibres somatiques. L'influx douloureux gagne ensuite la racine dorsale des nerfs somatiques spinaux de L2 par les rameaux communicants. Enfin, il remonte jusqu'au cerveau par les voies ascendantes somatiques et en particulier par le tractus spinothalamique (Figure 3).

 
Figure 3
Figure 3. 

Voie de la douleur pelvienne via le système nerveux sympathique lombaire.

 

Indication

Différents travaux ont mis en évidence l'implication du système nerveux sympathique lombaire dans la prise en charge des douleurs. Xu et al. [41

Cliquez ici pour aller à la section Références] ont démontré le rôle potentiel du système nerveux lombaire splanchnique et des nerfs sacrés dans la médiation de l'information afférente mécano-sensitive de la vessie vers la moelle épinière. De même Chen et al. [42

Cliquez ici pour aller à la section Références] ont réalisé une section des rameaux communicants en L2 du système nerveux lombaire sympathique chez le rat. Ils ont mis en évidence une diminution de la substance P, témoin de l'influx douloureux, après une section des rameaux communicants. Ces résultats vont dans le sens que les rameaux communicants sympathiques lombaires jouent un rôle important dans l'afférence de l'influx douloureux.

Plus récemment, Ohtori et al. [43

Cliquez ici pour aller à la section Références] ont réalisé une étude randomisée cherchant à démontrer l'efficacité d'un bloc nerveux spinal en L2 qui est le lien avec le système sympathique paravertébral, chez des patients présentant des douleurs lombaires suite à des fractures ostéoporotiques. Ils ont comparé un groupe de 30 patients recevant une infiltration en L2 et 30 patients ayant une infiltration sous-cutanée (groupe contrôle). Les conclusions ont été que l'infiltration en L2 a permis une diminution des douleurs de manières significatives sur une durée de deux semaines mais sans effets durables.

Rigaud et al. [44

Cliquez ici pour aller à la section Références] ont rapporté l'intérêt de l'infiltration des chaînes sympathiques lombaires dans la prise en charge des douleurs pelvipérinéales complexes chez 99 patients. Le pourcentage d'amélioration du score EVA après l'infiltration a été de 55,6±36,8 % (extrême : −16 %–100 %). En revanche aucun effet durable n'a été observé suite à l'infiltration mais juste le temps d'action des anesthésiques locaux. Les auteurs ont conclu que l'infiltration a un intérêt de test diagnostique mais pas thérapeutique. Elle peut permettre de guider la prise en charge algologique axée sur le système végétatif.

Doi et al. [45

Cliquez ici pour aller à la section Références] ont mis en évidence une diminution des douleurs, chez des patientes présentant un tableau de cystite interstitielle chez deux patients, après un bloc du système nerveux sympathique lombaire. De même Rigaud et al. ont également démontré l'efficacité de ce traitement dans la prise en charge du syndrome de vessie douloureuse chez 14 patients [46

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Irwin et al. [47

Cliquez ici pour aller à la section Références] ont réalisé des séries de block épidural lombaire, qui agit sur le système sympathique, chez 13 patients présentant un syndrome de vessie douloureuse (cystite interstitielle). Ils ont réalisé un total de 55 infiltrations avec une diminution des douleurs (au moins 24h 00) dans 75 % des cas durant en moyenne 15 jours (2–75). Ils n'ont pas observé d'amélioration de la pollakiurie ou de la capacité vésicale.

 

Les techniques d'infiltration de la chaîne sympathique en L2

L'infiltration de la chaîne sympathique doit toujours être bilatérale et correspond à une infiltration des rameaux communicants en regard de L2. Ce geste est réalisé sous tomodensitométrie. Les patients sont placés en décubitus ventral. Une première série de coupes horizontales tomodensitométriques permet de repérer les processus transverses de L2. Le trajet idéal des aiguilles droite et gauche, passant juste au-dessus des processus transverses et se rendant à la partie moyenne de la face latérale des corps vertébraux, est tracé sur la console de tomodensitométrie. Après désinfection cutanée et anesthésie locale sur le point de ponction cutanée, les aiguilles sont positionnées au niveau du siège escompté des rameaux communicants. Un contrôle de la position des aiguilles est réalisé par une série de coupes tomodensitométriques et après avoir injecté du produit de contraste diffusant au niveau de l'extrémité des aiguilles témoignant de la bonne position de celles-ci en regard de la chaîne sympathique (Figure 4, Figure 5).

 
Figure 4
Figure 4. 

Position des aiguilles sur la chaîne sympathique en regard de L2.

 
Figure 5
Figure 5. 

Injection d'anesthésique locaux et de produit de contraste pour vérifier le bon site d'infiltration.

Lors des stimulations du système nerveux somatique, il est possible d'évaluer rapidement la bonne position des aiguilles et de l'infiltration, soit par le fait d'une décharge électrique, soit par l'anesthésie locale, qui est produite dans le territoire du nerf. À l'inverse, il est difficile d'avoir une réponse clinique lors des infiltrations du système sympathique. Schmid et al. [48

Cliquez ici pour aller à la section Références] ont mis en évidence une variation, lors des infiltrations de la chaîne sympathique lombaire, de la réponse sympathique cutanée (SSR) qui est mesurée avec des électrodes placées sur les faces plantaire et dorsale du pied, et réalisé à l'aide d'un EMG. La variation est observée à six à sept minutes avec une excellente fiabilité (94 %) témoignant d'une bonne position des aiguilles pour l'infiltration.

 

Les gestes sur la chaîne sympathique L2

 
Infiltration continue

L'infiltration continue est une option thérapeutique pour essayer de désensibiliser les patients du cercle vicieux de la douleur. Elle permet également d'avoir une efficacité plus longue qu'une simple infiltration ce qui permet de mieux évaluer les patients sur plusieurs jours ce qui est plus fiable en particulier pour les patients douloureux.

Des infiltrations continues sur un à huit jours de la chaîne sympathique ont été réalisées avec la pose de cathéters sous tomodensitométrie en cas de syndrome douloureux régional complexe et de douleur neuropathique non spécifique. L'efficacité de ce traitement avec une diminution franche des douleurs a été de 65 % des cas à court terme avec un résultat durable au long terme seulement dans 7 % des cas [49

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Rigaud et al. ont démontré également l'efficacité de l'infiltration continue en L2 sur quatre jours pour la prise en charge du « syndrome de vessie douloureuse » chez 14 patients. L'efficacité a été évaluée avant, pendant et après l'infiltration. Une amélioration significative avec une diminution du score EVA a été noté dans huit cas (57 %) mais qui est de courte durée c'est-à-dire le temps d'efficacité des anesthésiques locaux puis qui réapparaît à l'arrêt de l'infiltration [46

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Ils n'ont pas observé d'amélioration de la pollakiurie et du volume vésical.

 
Alcoolisation

L'alcoolisation de la chaîne sympathique a été réalisée chez des patients ayant un cancer associé à des douleurs pelviennes [36

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Une réduction significative de la douleur et de la consommation d'opioïdes et une meilleure qualité de vie ont été observées par rapport à un groupe de patient contrôle.

 
Radiofréquence

De la radiofréquence pulsée du ganglion L2 a été réalisé chez 127 patients présentant des lombalgies chroniques [50

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Une amélioration des douleurs a été observé dans près de la moitié des cas avec une diminution d'au moins 50 % du score EVA avec une efficacité durant pendant trois mois en moyenne.

Manjunath et al. [51

Cliquez ici pour aller à la section Références] ont réalisé une étude randomisée chez 20 patients pour comparer l'efficacité de la radiofréquence comparé à l'alcoolisation de la chaîne lombaire dans le cadre de syndrome douloureux régional complexe. L'efficacité de la radiofréquence a été comparable à l'alcoolisation mais avec l'avantage de ne pas détruire les fibres nerveuses.

Rozen et Parvez [52

Cliquez ici pour aller à la section Références] ont réalisé des séances de radiofréquence pulsée sur la chaîne sympathique lombaire chez cinq patients présentant des douleurs inguinales après une cure de hernie et après avoir répondu favorablement à une infiltration test de la chaîne sympathique. Tous les patients ont notés une amélioration de 75 % à 100 % des douleurs avec six à neuf mois de recul.

 
Toxine

Carroll et al. [53

Cliquez ici pour aller à la section Références] ont réalisé des blocks de la chaîne sympathique avec de la toxine botulique chez neuf patients ayant un syndrome douloureux régional complexe (algodystrophie). Les patients ont été randomisés dans une étude pilote en double insu avec cross-over entre injection de toxine botulique (75 unités) et injection d'anesthésique locaux (bupivacaïne) versus injection d'anesthésique locaux (bupivacaïne) seul. Les auteurs ont conclu en une efficacité sur les douleurs plus longue en cas d'injection de toxine botulique (71 jours versus dix jours [p <0,02]).

 

Conclusion

Le système végétatif sympathique est le système nerveux qui véhicule le message douloureux des organes. Il existe trois niveaux accessibles pour la prise en charge des douleurs pelvipérinéales chroniques : le ganglion Impar, le plexus hypogastrique et la chaîne sympathique paravertébrale en regard de L2. L'action sur ces voies de la douleur permet une prise en charge algologique non spécifique mais plus global touchant l'ensemble des organes pelviens. L'infiltration d'anesthésiques locaux le long de ce système nerveux a un rôle test dans l'évaluation des patients. Des gestes spécifiques peuvent être réalisés comme l'alcoolisation, la radiofréquence ou l'infiltration de toxine botulique afin d'espérer un effet plus durable avec des résultats satisfaisants.

 

Conflit d'intérêt

Aucun.

   

 

 
 
 

Références

 

Chaturvedi A., Dash H.H. Sympathetic blockade for the relief of chronic pain J Indian Med Assoc 2001 ;  99 (12) : 698-703
 
Oh C.S., Chung I.H., Ji H.J., Yoon D.M. Clinical implications of topographic anatomy on the ganglion Impar Anesthesiology 2004 ;  101 (1) : 249-250 [cross-ref]
 
Michalek P., Dolecek L., Stadler P. Ganglion Impar block in noncancer perineal pain: what drugs, what strategy? Anesthesiology 2005 ;  103 (1) : 212[author reply 212–213].  [cross-ref]
 
McAllister R.K., Carpentier B.W., Malkuch G. Sacral postherpetic neuralgia and successful treatment using a paramedial approach to the ganglion Impar Anesthesiology 2004 ;  101 (6) : 1472-1474 [cross-ref]
 
Foye P.M. Ganglion Impar injection techniques for coccydynia (coccyx pain) and pelvic pain Anesthesiology 2007 ;  106 (5) : 1062-1063[author reply 1063].  [cross-ref]
 
Foye P.M., Patel S.I. Paracoccygeal corkscrew approach to ganglion Impar injections for tailbone pain Pain Pract 2009 ;  9 (4) : 317-321 [cross-ref]
 
Plancarte R., Amescua C., Patt R.B., Aldrete J.A. Superior hypogastric plexus block for pelvic cancer pain Anesthesiology 1990 ;  73 (2) : 236-239 [cross-ref]
 
Wemm K., Saberski L. Modified approach to block the ganglion Impar (ganglion of Walther) Reg Anesth 1995 ;  20 (6) : 544-545
 
Huang J.J. Another modified approach to the ganglion of Walther block (ganglion of Impar) J Clin Anesth 2003 ;  15 (4) : 282-283 [cross-ref]
 
Gupta D., Jain R., Mishra S., Kumar S., Thulkar S., Bhatnagar S. Ultrasonography reinvents the originally described technique for ganglion Impar neurolysis in perianal cancer pain Anesth Analg 2008 ;  107 (4) : 1390-1392 [cross-ref]
 
Plancarte R., Gonzalez-Ortiz J.C., Guajardo-Rosas J., Lee A. Ultrasonographic-assisted ganglion Impar neurolysis Anesth Analg 2009 ;  108 (6) : 1995[author reply 1995–1996].  [cross-ref]
 
Ho K.Y., Nagi P.A., Gray L., Huh B.K. An alternative approach to ganglion Impar neurolysis under computed tomography guidance for recurrent vulva cancer Anesthesiology 2006 ;  105 (4) : 861-862 [cross-ref]
 
Agarwal-Kozlowski K., Lorke D.E., Habermann C.R., Am Esch J.S., Beck H. CT-guided blocks and neuroablation of the ganglion Impar (Walther) in perineal pain: anatomy, technique, safety, and efficacy Clin J Pain 2009 ;  25 (7) : 570-576 [cross-ref]
 
Datir A., Connell D. CT-guided injection for ganglion Impar blockade: a radiological approach to the management of coccydynia Clin Radiol 2010 ;  65 (1) : 21-25 [cross-ref]
 
Reig E., Abejon D., del Pozo C., Insausti J., Contreras R. Thermocoagulation of the ganglion Impar or ganglion of Walther: description of a modified approach. Preliminary results in chronic, nononcological pain Pain Pract 2005 ;  5 (2) : 103-110 [cross-ref]
 
Toshniwal G.R., Dureja G.P., Prashanth S.M. Transsacrococcygeal approach to ganglion Impar block for management of chronic perineal pain: a prospective observational study Pain Physician 2007 ;  10 (5) : 661-666
 
Basagan Mogol E., Turker G., Kelebek Girgin N., Uckunkaya N., Sahin S. Blockade of ganglion Impar through sacrococcygeal junction for cancer-related pelvic pain Agri 2004 ;  16 (4) : 48-53
 
Loev M.A., Varklet V.L., Wilsey B.L., Ferrante F.M. Cryoablation: a novel approach to neurolysis of the ganglion Impar Anesthesiology 1998 ;  88 (5) : 1391-1393 [cross-ref]
 
Lim S.J., Park H.J., Lee S.H., Moon D.E. Ganglion Impar block with botulinum toxin type a for chronic perineal pain -a case report Korean J Pain 2010 ;  23 (1) : 65-69
 
Bosscher H. Blockade of the superior hypogastric plexus block for visceral pelvic pain Pain Pract 2001 ;  1 (2) : 162-170 [cross-ref]
 
Black W.T. Use of presacral sympathectomy in the treatment of dysmenorrhea: a second look after twenty-five years Am J Obstet Gynecol 1964 ;  89 : 16-22
 
Waldman S.D., Wilson W.L., Kreps R.D. Superior hypogastric plexus block using a single needle and computed tomography guidance: description of a modified technique Reg Anesth 1991 ;  16 (5) : 286-287
 
Cariati M., De Martini G., Pretolesi F., Roy M.T. CT-guided superior hypogastric plexus block J Comput Assist Tomogr 2002 ;  26 (3) : 428-431 [cross-ref]
 
Kanazi G.E., Perkins F.M., Thakur R., Dotson E. New technique for superior hypogastric plexus block Reg Anesth Pain Med 1999 ;  24 (5) : 473-476 [cross-ref]
 
Mishra S., Bhatnagar S., Gupta D., Thulkar S. Anterior ultrasound-guided superior hypogastric plexus neurolysis in pelvic cancer pain Anaesth Intensive Care 2008 ;  36 (5) : 732-735
 
Michalek P., Dutka J. Computed tomography-guided anterior approach to the superior hypogastric plexus for noncancer pelvic pain: a report of two cases Clin J Pain 2005 ;  21 (6) : 553-556 [cross-ref]
 
Schultz D.M. Inferior hypogastric plexus blockade: a transsacral approach Pain Physician 2007 ;  10 (6) : 757-763
 
Erdine S., Yucel A., Celik M., Talu G.K. Transdiscal approach for hypogastric plexus block Reg Anesth Pain Med 2003 ;  28 (4) : 304-308 [cross-ref]
 
Gamal G., Helaly M., Labib Y.M. Superior hypogastric block: transdiscal versus classic posterior approach in pelvic cancer pain Clin J Pain 2006 ;  22 (6) : 544-547 [cross-ref]
 
Chang C.Y., Chang W.C., Hung Y.C., Ho M., Yeh L.S., Lin W.C. Comparison of a new modified laparoscopic presacral neurectomy and conventional laparoscopic presacral neurectomy in the treatment of midline dysmenorrhea Int J Gynaecol Obstet 2007 ;  99 (1) : 28-32 [cross-ref]
 
Jedrzejczak P., Sokalska A., Spaczynski R.Z., Duleba A.J., Pawelczyk L. Effects of presacral neurectomy on pelvic pain in women with and without endometriosis Ginekol Pol 2009 ;  80 (3) : 172-178
 
Nezhat C.H., Seidman D.S., Nezhat F.R., Nezhat C.R. Long-term outcome of laparoscopic presacral neurectomy for the treatment of central pelvic pain attributed to endometriosis Obstet Gynecol 1998 ;  91 (5 Pt. 1) : 701-704 [cross-ref]
 
Chen F.P., Soong Y.K. The efficacy and complications of laparoscopic presacral neurectomy in pelvic pain Obstet Gynecol 1997 ;  90 (6) : 974-977
 
Candiani G.B., Fedele L., Vercellini P., Bianchi S., Di Nola G. Presacral neurectomy for the treatment of pelvic pain associated with endometriosis: a controlled study Am J Obstet Gynecol 1992 ;  167 (1) : 100-103
 
Kitoh T., Tanaka S., Ono K., Ohfusa Y., Ina H., Otagiri T. Combined neurolytic block of celiac, inferior mesenteric, and superior hypogastric plexuses for incapacitating abdominal and/or pelvic cancer pain J Anesth 2005 ;  19 (4) : 328-332 [cross-ref]
 
de Oliveira R., dos Reis M.P., Prado W.A. The effects of early or late neurolytic sympathetic plexus block on the management of abdominal or pelvic cancer pain Pain 2004 ;  110 (1–2) : 400-408 [cross-ref]
 
Possover M., Baekelandt J., Chiantera V. The laparoscopic approach to control intractable pelvic neuralgia: from laparoscopic pelvic neurosurgery to the LION procedure Clin J Pain 2007 ;  23 (9) : 821-825 [cross-ref]
 
Possover M., Chiantera V. Neuromodulation of the superior hypogastric plexus: a new option to treat bladder atonia secondary to radical pelvic surgery? Surg Neurol 2009 ;  72 (6) : 573-576 [cross-ref]
 
Possover M. Laparoscopic management of neural pelvic pain in women secondary to pelvic surgery Fertil Steril 2009 ;  91 (6) : 2720-2725 [cross-ref]
 
Murata Y., Takahashi K., Yamagata M., Takahashi Y., Shimada Y., Moriya H. Variations in the number and position of human lumbar sympathetic ganglia and rami communicantes Clin Anat 2003 ;  16 (2) : 108-113 [cross-ref]
 
Xu L., Gebhart G.F. Characterization of mouse lumbar splanchnic and pelvic nerve urinary bladder mechanosensory afferents J Neurophysiol 2008 ;  99 (1) : 244-253
 
Chen J, Hou S, Peng B, Wu W, Shi Y, Li L, et al. Effect of the L2 ramus communicans on the nociceptive pathway in lumbar intervertebral discs in rats. Eur J Pain 2008;12(6):798–803.
 
Ohtori S., Yamashita M., Inoue G., Yamauchi K., Suzuki M., Orita S., et al. L2 spinal nerve-block effects on acute low back pain from osteoporotic vertebral fracture J Pain 2009 ;  10 (8) : 870-875 [cross-ref]
 
Rigaud J., Riant T., Labat J.J., Le Normand L., Guérineau M., Robert R. Efficacité des infiltrations du système nerveux sympathique lombaire en L2 dans l'évaluation et la prise en charge des douleurs pelvipérinéales complexes Prog Urol 2008 ;  18 (11) : 755
 
Doi K., Saito Y., Nikai T., Morimoto N., Nakatani T., Sakura S. Lumbar sympathetic block for pain relief in two patients with interstitial cystitis Reg Anesth Pain Med 2001 ;  26 (3) : 271-273 [cross-ref]
 
Rigaud J., Labat J.J., Riant T., Guérineau M., Robert R. Traitement du « syndrome de vessie douloureuse » par infiltration du système nerveux sympathique lombaire : étude de faisabilité Prog Urol 2008 ;  18 (11) : 755
 
Irwin P.P., Hammonds W.D., Galloway N.T. Lumbar epidural blockade for management of pain in interstitial cystitis Br J Urol 1993 ;  71 (4) : 413-416 [cross-ref]
 
Schmid M.R., Kissling R.O., Curt A., Jaschko G., Hodler J. Sympathetic skin response: monitoring of CT-guided lumbar sympathetic blocks Radiology 2006 ;  241 (2) : 595-602 [cross-ref]
 
Wechsler R.J., Frank E.D., Halpern E.H., Nazarian L.N., Jalali S., Ratner E.R. Percutaneous lumbar sympathetic plexus catheter placement for short- and long-term pain relief: CT technique and results J Comput Assist Tomogr 1998 ;  22 (4) : 518-523 [cross-ref]
 
Tsou H.K., Chao S.C., Wang C.J., Chen H.T., Shen C.C., Lee H.T., et al. Percutaneous pulsed radiofrequency applied to the L-2 dorsal root ganglion for treatment of chronic low-back pain: 3-year experience J Neurosurg Spine 2010 ;  12 (2) : 190-196
 
Manjunath P.S., Jayalakshmi T.S., Dureja G.P., Prevost A.T. Management of lower limb complex regional pain syndrome type 1: an evaluation of percutaneous radiofrequency thermal lumbar sympathectomy versus phenol lumbar sympathetic neurolysis--a pilot study Anesth Analg 2008 ;  106 (2) : 647-649[table of contents].  [cross-ref]
 
Rozen D., Parvez U. Pulsed radiofrequency of lumbar nerve roots for treatment of chronic inguinal herniorraphy pain Pain Physician 2006 ;  9 (2) : 153-156
 
Carroll I., Clark J.D., Mackey S. Sympathetic block with botulinum toxin to treat complex regional pain syndrome Ann Neurol 2009 ;  65 (3) : 348-351 [cross-ref]
 
   
 
 
   

 

© 2010  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.