Les blessures de guerre des organes génitaux externes

16 juillet 2001

Mots clés : testicule, scrotum, Pénis, lésion traumatique, plaie par arme à feu
Auteurs : Lukacevic T, Tucak A, Kuvezdic H
Référence : Prog Urol, 1997, 7, 259-261
Au cours des 18 mois de guerre en Croatie, de mai 1991 à novembre 1992, 4425 blessés ont été soignés à l'hôpital clinique d'Osijek en Croatie. 115 (2,6%) avaient des blessures des organes uro-génitaux dont 32 (27,8%) des lésions génitales. Ces dernières ont été traitées immédiatement après avoir soigné les lésions viscérales associées. En matière de chirurgie, une attitude conservatrice fut adoptée de principe. Ainsi, les testicules blessés ont pu être préservés dans près de la moitié des cas. Une greffe libre d'aponévrose du muscle droit sur la perte de substance de l'albuginée donne de bons résultats immédiats, mais sa distension secondaire altère le résultat esthétique et rend l'érection difficile.