L’ECBU préopératoire polymicrobien est-il un facteur prédictif de la survenue d’une infection urinaire après urétéro-rénoscopie souple ?

25 novembre 2019

Auteurs : B. Gondran-Tellier, M. Baboudjian, R. Boissier, E. Di Crocco, P. Sichez, S. Gaillet, A. Akram, V. Delaporte, G. Karsenty, E. Lechevallier
Référence : Prog Urol, 2019, 13, 29, 767
Objectifs

Une revue de la littérature (Vallée et al., 2019) rapporte qu’un ECBU polymicrobien préopératoire pourrait être associé à une augmentation du risque de complications infectieuses. Depuis 2015, une gestion centralisée des ECBU préopératoires a été mise en place dans notre service afin d’améliorer la gestion du risque infectieux. L’objectif était d’évaluer si un ECBU préopératoire polymicrobien était associé à la survenue d’une infection urinaire après URSS.

Méthodes

Étude rétrospective incluant les URSS consécutives réalisées dans notre centre entre janvier 2015 et mars 2019. Les critères d’exclusion étaient : utilisation d’un urétéroscope rigide et URSS antégrade. Les ECBU étaient recueillis 10jours avant l’intervention par un prestataire de service indépendant. Un protocole standardisé a été mis en place :

– ECBU stérile, une antibioprophylaxie était administrée au bloc opératoire selon le protocole de la SFAR ;

– ECBU polymicrobien (UFC>103), antibiothérapie par Ceftriaxone I. V 48heures avant l’intervention ;

– ECBU préopératoire positive, une antibiothérapie adaptée aux données de l’antibiogramme était prescrite 5jours avant l’intervention.

Le critère de jugement principal était la survenue d’une infection urinaire dans les 15jours suivant l’URSS.

Résultats

Six cent URSS consécutives ont été finalement inclus. L’âge médian (IQ) de la cohorte était de 61 (48–68) ans, 266 femmes étaient inclues (44,3 %) et le score de Charlson médian (IQ) était de 2 (1–4). Les ECBU préopératoires étaient : stériles (n =398, 66,1 %), polymicrobiens (n =100, 16,6 %), colonisés à une souche multi-sensible (n =81, 13,5 %) et colonisés à un bactérie multi-résistante (n =23, 3,8 %). Une infection urinaire est survenue dans 41 cas (6,8 %) après URSS. En comparaison aux ECBU stériles, il existait un risque significativement augmenté d’infection postopératoire en cas d’ECBU polymicrobien (OR : 5,61 [IC95 % : 2,77–11,36], p <0,0001) et ECBU colonisé à une souche multi-sensible (OR : 4,48 [IC95 % : 2,05–9,80], p =0,0004). Chez les patients infectés avec ECBU préopératoire positive (n =16), seuls trois cas d’infection postopératoire présentaient le même micro-organisme que sur l’ECBU préopératoire (18,7 %).

Conclusion

Malgré une couverture antibiotique, un ECBU préopératoire polymicrobien était significativement associé aux complications infectieuses. Ces résultats témoignent d’un échec de nos mesures préventives et d’une grande méconnaissance de cette situation pourtant fréquente en urologie. Il est communément admis que les souches multi-résistantes sont peu agressives en comparaison aux souches multi-sensibles et nos résultats rapportent un risque comparable aux ECBU stériles.




 




Déclaration de liens d'intérêts


Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d'intérêts.






© 2019 
Publié par Elsevier Masson SAS.