Le traitement de l'impuissance sexuelle par injections intra-caverneuses de prostaglandine E1. A propos de 180 patients.

16 juillet 2001

Mots clés : andrologie, traitement des dysérections, Injection intra-caverneuse
Auteurs : Amar E, Kobelinsky M, Khoury R, Sarkis P, Bouyer I, Dauphin A, Delmas V, Boccon-Gibod L
Référence : Prog Urol, 1993, 3, 971-978
L' injection intracaverneuse de Prostaglandine E1 entraîne une érection satisfaisante sans effet secondaire grave, ni érection prolongée. Nous avons testé la Prostaglandine E1 à des doses inférieures ou égales à 20 microgrammes, chez 180 patients atteints d'impuissance à prédominance organique. Une érection complète a été obtenue chez 130 patients (72,2%), une rigidité incomplète chez 37 (20,5%); l'érection dans ces 2 groupes (92,7%) est suffisante pour une pénétration. Parmi ces bons résultats, 41 patients avaient déjà reçu des doses élevées de Papavérine sans résultat satisfaisant et 15 patients sont porteurs d'une fuite veineuse authentifiée par cavernométrie et cavernographie dynamiques. 13 patients (7,2%) avaient une tumescence sans rigidité. 95 patients ont choisi l'auto-injection pour le traitement de leur impuissance. Dans notre série, aucune réaction systémique ni d'érection prolongée n'a été signalée; aucune fibrose clinique du corps caverneux n'a été dépistée après 125 injections chez un même patient. Par ailleurs, 19 patients (10,5%) ont signalé des brûlures durant l'érection et un seul patient (0,5%) a présenté un hématome aux sites de l'injection. La prostaglandine El engendre une bonne érection et joue un rôle important dans le diagnostic et le traitement de l'impuissance, elle est actuellement la drogue la plus efficace et la mieux tolérée. La rareté de ses effets secondaires fait qu'elle est la plus utilisée parmi les drogues vaso-actives dans le traitement de l'impuissance.