Le test urinaire PCA3 pour le diagnostic du cancer de la prostate : étude à partir de plus de 1000 patients

25 novembre 2015

Auteurs : V. Vlaeminck-guillem, M. Devonec, D. Champetier, M. Decaussin-petrucci, P. Paparel, P. Perrin, A. Ruffion
Référence : Prog Urol, 2015, 13, 25, 725-726
Objectifs

Le but de notre étude était d’évaluer la capacité du test urinaire PCA3 à prédire le résultat des biopsies prostatiques dans une large cohorte monocentrique française.

Méthodes

Entre 12/2007 et 05/2014, 1029 patients adressés pour biopsies prostatiques du fait d’une suspicion de cancer prostatique (PSA élevé, TR anormal et/ou antécédent familial) ont été inclus. Le score urinaire PCA3 a été déterminé à partir des mesures des nombres de copies des ARN de PCA3 et de PSA (Progensa PCA3®, DTS400 system, Hologic Gen-Probe).

Résultats

Le score PCA3 médian était significativement plus élevé chez les patients avec biopsies positives (47 %). L’AUC était de 0,76, plus élevée que celle du PSA (Fig. 1). Au seuil de 35, la sensibilité était de 68 %, la spécificité de 71 %, les VPP et VPN de 67 et 71 %. En analyse multivariée, le score PCA3 était prédicteur indépendant du résultat des biopsies et son addition à un modèle de base comportant les données clinico-biologiques classiques apportait un gain diagnostique significatif (DCA : Fig. 2). Au seuil de 20, environ la moitié des biopsies, a posteriori inutiles, auraient été évitées tout en ayant ignoré 7 % des cancers avec score de Gleason7. Le score PCA3 n’apparaissait pas corrélé au score de Gleason, mais était bien corrélé au volume tumoral (proportion de carottes envahies).

Conclusion

Le test urinaire PCA3 est un test robuste avec des performances diagnostiques élevées pour le diagnostic précoce du CaP. Sa corrélation avec l’agressivité du cancer s’exprime à travers le volume tumoral plus que par le score de Gleason.




 




Fig. 1
Fig. 1. 

Performances comparées du PSA sérique et du score urinaire PCA3.




Fig. 2
Fig. 2. 

Évaluation comparée du bénéfice clinique net (analyse par courbe décision : DCA) pour un modèle de base (incluant l'âge, les données du toucher rectal, les antécédents de biopsies prostatiques négatives, le volume prostatique et le PSA sérique) et un modèle ajoutant le score PCA3.





Déclaration d'intérêts


Les auteurs n'ont pas transmis de déclaration de conflits d'intérêts.






© 2015 
Publié par Elsevier Masson SAS.