Le retentissement scintigraphique de la lithotritie extra-corporelle : série prospective de 25 cas.

16 juillet 2001

Mots clés : Lithiase, lithotripsie extra-corporelle, lésion traumatique, complication iatrogène, scintigraphie rénale
Auteurs : Saussine C, Ansieau JP, Helwig JJ, Jaqmin D, Cuvelier G, Delepaul B, Bollack C
Référence : Prog Urol, 1993, 3, 964-970
25 patients traités pour un calcul rénal non compliqué ont été explorés par scintigraphie rénale isotopique avant, 15 jours et 3 mois après une séance de lithotritie extra corporelle avec le Sonolith 3000, un lithotriteur à générateur electrohydraulique. Pour 15 d'entre eux la scintigraphie a été faite au DMSA 99 Tc et pour les 10 autres au DTPA 99 Tc. La clairance glomérulaire du DTPA est apparue inchangée après LEC. Des zones d'hypofixation de DMSA ont été notées à 15 jours chez 40% des patients pour ne persister à 3 mois que chez environ 10% des patients. Ces lésions parenchymateuses post-LEC paraissent moins fréquentes et moins durables qu'après lithotritie piézo-électrique.