Le retentissement des prolapsus génitaux sur le haut appareil urinaire

08 octobre 2001

Mots clés : Prolapsus génital, Insuffisance rénale
Auteurs : AUBERT J, GOUA V, CALAORA D, BAUMERT H, IRANI J, DORÉ B (1)
Référence : Prog Urol, 2000, 10, 107-113
Les auteurs ont étudié cinq observations de prolapsus génital retentissant sur le haut appareil urinaire avec insuffisance rénale.Cas cliniques : Cinq malades âgées de 55 à 75 ans présentaient pour 3 d'entre elles des prolapsus anciens connus des malades depuis 2 ans à 30 ans mais n'ayant pas été pris en compte.Tous avaient entraîné une dilatation bilatérale des cavités urétéro-pyélo-calicielles avec une insuffisance rénale obstructive sévère dans 3 cas, modérée dans 2 cas et associée à une hypertension artérielle pour 2 malades.La cure du prolapsus, précédée d'une dérivation du haut appareil par sondes urétérales et vésicale associées à un pessaire a permis de guérir ou de stabiliser l'insuffisance rénale; une seule a dû être traitée par dialyse en raison de la gravité de l'insuffisance rénale séquellaire.Discussion : La fréquence (4%), les mécanismes étio-pathogéniques (compression urétérale, étirement progressif de l'uretère et bascule trigonale postérieure) sont analysés. L'évolution brutale tardive et les différents stades possibles de gravité d'insuffisance rénale rendent nécessaire le refoulement du prolapsus de stade III en urgence avec une dérivation première du haut appareil par des sondes urétérales actuellement JJ, jusqu'à l'amélioration ou la normalisation de la fonction rénale.Une fois obtenue, la cure chirurgicale du prolapsus est possible selon les règles chirurgicales usuelles.L'urographie intra veineuse conserve encore dans cette situation une indication.Seule une malade âgée ou à risque opératoire élevé pourrait relever d'un traitement palliatif.Le meilleur traitement reste la prévention par le dépistage et le traitement du prolapsus avant qu'il ne se complique de cette évolution heureusement rare.Conclusion : Cette courte casuistique rappelle que le prolapsus méconnu peut encore se compliquer d'un retentissement sur le haut appareil urinaire exposant au risque d'insuffisance rénale.