Le dépistage du cancer de la prostate : réalités algériennes et impact de la formation initiale

25 novembre 2013

Auteurs : K. Chettibi, H. Chouakria, F. Yassi., B. Mokhtari, M. Nouacer, M. Atoui, K. Atoui, A. Kouachi, A. Kadi
Référence : Prog Urol, 2013, 13, 23, 1030-1031




 



Objectifs/Introduction .- L'efficacité dans le diagnostic précoce du cancer de la prostate demeure relative dans notre contexte malgré un progrès significatif et confirmé durant les 10 dernières années. Quelle serait alors la part de la formation initiale dans l'apport du médecin généraliste au diagnostic précoce du cancer de la prostate indépendamment de l'organisation globale des soins ?


Objectifs .- Démontrer l'impact de la formation initiale au toucher rectal (TR). Situer le rôle du médecin généraliste.


Méthodes .- Approche basée sur une enquête d'évaluation des pratiques à deux niveaux : en situation d'apprentissage : étudiants en médecine 5e année (N=210) +(7e année(N=375) Par le test au TR sur une maquette à 4 aspects anatomiques palpatoires de la prostate. Le test ayant été réalisé deux fois par étudiant. En situation de pratique : médecins généralistes (MG)(N=98). Par un questionnaire auto-administré dont les items principaux sont :


- adhésion spontanée du MG au dépistage ;


- freins au TR ;


- indications et interprétations du PSA.


Résultats .- En situation d'apprentissage : au premier test : 33,4 % des étudiants connaissent les 4 aspects proposés ; 2/3 touchent correctement une prostate normale et une prostate franchement néoplasique. trente-six pour cent : 1 réponse juste sur 4 32,29 % ne localisent pas le nodule prostatique. Au deuxième test : nombre de réponses justes a doublé, l'identification de HBP et de la prostate normale à été rapidement acquise. En situation de pratique : 62 % des MG ont reçu une formation initiale au TR. En présence des troubles urinaires, indépendamment de leur expérience professionnelle ; 53 % pratiquent le TR rarement, la majorité étant MG femmes. Le PSA n'est demandé qu'en présence de troubles urinaires dans 41,30 %.


Conclusion .- Les facteurs intervenants dans le retard diagnostique du cancer de la prostate en Algérie sont liés en partie à la formation initiale qui doit être entretenue par une formation continue destinée au MG. L'apprentissage du TR sur mannequin semble aussi efficace et rapide, peut être une bonne alternative pour surmonter l'engouement des terrains de stages dans notre cas.






© 2013 
Publié par Elsevier Masson SAS.