Le bon critère de jugement en cancérologie n’est pas toujours celui qu’on pense

25 novembre 2013

Auteurs : C. Bastide
Référence : Prog Urol, 2013, 15, 23, 1224
   
 
 

 

Le critère de jugement principal d'un essai thérapeutique de phase III en cancérologie doit être cliniquement pertinent. En pratique, la survie globale est souvent considérée comme l'étalon or.

En dehors de l'aspect purement méthodologique des études : nombre de patients inclus, type de randomisation, type d'essai (supériorité, non infériorité). Il faut toujours garder à l'esprit cette notion de pertinence clinique dans le choix du critère de jugement principal.

Ce critère évolue donc en fonction du type et du stade du cancer mais aussi de l'espérance de vie du patient.

Dans l'étude PIVOT publiée en 2012 avec un suivi médian de dix ans, les auteurs ne mettaient pas en évidence de différence significative pour la survie globale entre la surveillance et la prostatectomie totale chez les patients atteints d'un cancer localisé. Cependant, la survenue de métastases était 2,3 fois plus importante dans le groupe de patients non opérés. Ainsi, un grand nombre des patients opérés n'auront pas à subir durant les dernières années de leur existence, toute une série de traitements de rattrapage extrêmement morbides (radiothérapie, chimiothérapie, hormonothérapie, bisphosphonates).

On peut donc considérer que s'agissant du cancer de la prostate, la survie sans métastases est probablement un critère de jugement thérapeutique aussi important que la survie globale dans certaines circonstances.

À l'inverse, pour le cancer du testicule qui touche des patients très jeunes sans comorbidité, il ne fait aucun doute que la survie globale est le bon critère de jugement.

Il faut donc toujours garder un regard critique sur les critères de jugement retenus par les études thérapeutiques à haut niveau de preuve, car c'est à la faveur de leurs résultats que nos pratiques cliniques changent.

 

Déclaration d'intérêts

L'auteur déclare ne pas avoir de conflits d'intérêts en relation avec cet article.

   

 

 
   
   
 
 
   

 

© 2013  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.