Le bilan urodynamique de l'énurésie de l'adulte jeune est-il justifié?

16 juillet 2001

Mots clés : Énurésie, adulte jeune, Urodynamique
Auteurs : Haddad E, Brunel P, Delmas V, Tiengou L, Chautard D, Soret JY, Boccon-Gibod L
Référence : Prog Urol, 1993, 3, 462-468
Primaire ou secondaire, l'énurésie nocturne de l'adulte (à partir de 15 ans) est rare mais au retentissement psycho-social non négligeable. Le but de cette étude rétrospective est de rechercher si les explorations urodynamiques ont une valeur prédictive de l'efficacité des traitements proposés chez ce patient. L'étude porte sur 20 patients âgés de 15 à 33 ans (23,75 ans en moyenne), 8 femmes et 12 hommes, explorés de 1982 à 1990, avec un recul moyen de 13,35 mois ; l'énurésie est primaire chez 12 patients, secondaire chez les 8 autres. 11 patients avaient déjà bénéficié d'un ou de plusieurs traitements sans succès. Sont exclus les patients présentant une pathologie neurologique clinique patente.Le bilan urodynamique (BUD) comporte une cystomanométrie à eau, une urétromanométrie à eau avec cathéter perfusé et une débitmétrie. Outre la recherche de troubles mictionnels associés, des examens complémentaires sont réalisés : ECBU dans tous les cas, UIV et/ou cystographie (n=18), cystoscopie (n=3), échographie rénale et vésicale (n=1).Les résultats montrent un BUD anormal 16 fois sur 20 : hyperactivité vésicale importante (n=15), défaut de compliance (n=6), instabilité urétrale significative (n=7), besoins précoces isolés (n=1). 15 patients présentent des troubles diurnes associés dominés par pollakiurie (n=13), impériosités (n=9) et incontinence urinaire par impériosités (n=4); une hyperactivité vésicale est toujours retrouvée. Les anomalies constatées sur le BUD ont orienté le traitement qui a permis une disparition de l'énurésie dans 3/4 des cas. Deux patients non améliorés par le traitement pharmacologique ont bénéficié d'un "clam's" avec succès : pour l'un, la compliance vésicale pré-opératoire était très altérée, alors que celle-ci était à la limite inférieure de la normale pour le second. Une étude prospective est envisagée par les auteurs pour tenter d'expliquer notamment les quelques échecs thérapeutiques observés chez les patients avec BUD pathologique.