La vessie de Studer : résultats fonctionnels et morbidité chez 33 patients

16 juillet 2001

Mots clés : Vessie, Tumeur, iléo-cystoplastie de remplacement, entéro-cystoplastie détubulée
Auteurs : Benhard H, Patard JJ, Salomon L, Pollux C, Chopin D, Abbou CC
Référence : Prog Urol, 1999, 9, 1062-1067
BUTS : Plusieurs entérocystoplasties sont réalisables après cystoprostatectomie pour cancer. Le but de ce travail était d'évaluer notre expérience avec la technique de Studer sur huit ans. PATIENTS ET MÉTHODES : Les dossiers de 33 patients ont été étudiés rétrospectivement. L'âge médian était de 60 ans. Un remplacement était réalisé si l'examen anatomo-pathologique extemporané de la recoupe urétrale était négatif. Le suivi médian était de 41 mois. La continence était évaluée à partir d'un questionnaire. Les patients ne portant pas de protection ou portant une protection par précaution étaient considérés comme continents diurnes, et ceux portant au plus une protection par nuit comme continents nocturnes.
RÉSULTATS : La morbidité chirurgicale post-opératoire était de deux abcès pelviens, deux pyélonéphrites aiguës obstructives, une occlusion, et trois complications pariétales. Huit patients ont eu une sténose urétronéovésicale et sept uretères ont été réimplantés pour sténose (deux droits et cinq gauches). Les taux de continence diurne et nocturne étaient de 67% et de 74% à 12 mois, et de respectivement 80% et 94% à 24 mois. Sept patients ont présenté une pyélonéphrite aiguë, un a aggravé sa fonction rénale (insuffisance rénale pré-opératoire) et un a eu une acidose.
CONCLUSION : La technique de Studer est une technique simple. Elle offre des résultats fonctionnels satisfaisants en préservant le haut appareil grâce à un système anti-reflux simple et original (uretère iléal) sur une période médiane de 41 mois, bien qu'il y ait eu un taux non négligeable de sténoses et de pyélonéphrites.