La surrénalectomie ipsilatérale dans le traitement chirurgical du carcinome rénal.

16 juillet 2001

Mots clés : Rein, Tumeur, Néphrectomie élargie, Surrénalectomie
Auteurs : Marois C, Bedard G, Charrois R, Fradet Y, Naud A, Grégoire M
Référence : Prog Urol, 1995, 5, 961-964
BUTS : Evaluer la pertinence de la surrénalectomie ipsilatérale lors d'une néphrectomie radicale dans le traitement de l'adénocarcinome rénal en fonction des résultats de la tomodensitométrie obtenus en période pré-opératoire. METHODES : Entre mai 1985 et juin 1994, 194 patients ont subi une néphrectomie radicale dans le traitement de l'adénocarcinome rénal en fonction des résultats de la tomodensitométrie obtenus en période pré-opératoire.
RESULTATS : 148 patients ont eu une tomodensitométrie abdominale avant l'intervention chirurgicale. On retrouve 94 surrénalectomies dans ce groupe de patients. Aucun des 77 patients ayant une tomodensitométrie indiquant une surrénale normale n'avait de métastase surrénalienne à l'examen histologique définitif. Dix-sept patients avaient une masse surrénalienne à la tomodensitométrie dont 3 se sont avérées néoplasiques. Nous avons obtenu une sensibilité de 100%, une spécificité de 82%, une valeur prédictive positive de 18% et une valeur prédictive négative de 100%. Des 185 dossiers révisés, on retrouve 114 surrénalectomies, incluant 4 surrénales envahies par l'adénocarcinome rénal (3,5%). Dans ces 4 cas, le plus petit diamètre de la tumeur rénale était de 4 cm et le stade pathologique minimum était T3. CONCLUSIONS : Il apparaît donc qu'en présence d'une tumeur rénale et d'une tomodensitométrie surrénalienne négative, il est justifié de ne pas pratiquer de surrénalectomie lors de la néphrectomie radicale.