La signature transcriptomique des gènes du tissu conjonctif prédit des caractéristiques péjoratives chez les patients avec un cancer de prostate localisé

25 novembre 2019

Auteurs : P. Treacy, A. Martini, P. Ratnani, S. Nair, A. Horowitz, P. Wiklund, M. Durand, A. Tewari
Référence : Prog Urol, 2019, 13, 29, 661-662
Objectifs

Le stroma réactif joue un rôle dans le démarrage et développement d’un cancer de prostate. L’objectif de l’étude était de comprendre la corrélation entre les caractéristiques génomiques du tissu conjonctif contenu dans le stroma et des caractéristiques clinicopathologiques péjoratives (extension extracapsulaire [ECE], invasion des ganglions lymphatiques [LN+], récidive biochimique précoce [BCR] sur des échantillons de prostatectomie radicale, et leur impact sur la survie sans progression [PFS]).

Méthodes

Étude rétrospective monocentrique incluant tous les patients avec un cancer de prostate localisé ayant eu une prostatectomie et un test génétique pronostique par Decipher. L’expression normalisée transcriptomique par Single-Channel Array de l’ensemble des gènes codants était analysée.

La corrélation entre les résultats de la transcriptomique et les caractéristiques cliniques telles que l’ECE, la LN+ et la BCR précoce était étudiée à l’aide de t -tests multiples avec correction de Benjamin Hochberg (taux de fausse découverte de 0,25 %). L’Atlas du génome du cancer (TCGA) était utilisé pour confirmer le rôle pronostique de ces gènes sur la survie sans progression (PFS) à 5 ans.

Résultats

Au total, 652 patients étaient inclus : 214 patients présentaient une ECE, 33 étaient LN+ et 136 une BCR précoce. Des différences significatives d’expression transcriptomique étaient observées pour chaque caractéristique : 1433 gènes pour ECE (501 surexprimés), 1114 pour LN+ (407 surexprimés) et 7539 pour BCR précoce (1538 surexprimés). COL1A1 et COL1A2 (collagène de type I), COL3A1 (collagène de type III), ASPN (asporine), VCAN (versican), FN1 (fibronectine), LUM (lumican), BGN (biglycan), MAP1B (protéine 1B associée au microtubule) et AEBP1 étaient surexprimés chez les patients présentant une ECE et LN+ (Fig. 1, Fig. 2). Seuls COL1A1 (0,5316 vs 0,006) et ASPN (0,899 vs. 0,82) étaient surexprimés (p <0,001) chez les patients avec BCR précoce. Dans la population TCGA, la surexpression de ces gènes montrait une diminution de la PFS sur 5 ans (52 % vs 74 % [p =0,0121] [Fig. 3]).

Conclusion

La surexpression transcriptomique des gènes du tissu conjonctif est corrélée à des caractéristiques clinicopathologiques péjoratives (extension extracapsulaire, invasion des ganglions lymphatiques et récidive biologique précoce). L’analyse de cohorte de la TCGAp a confirmé les résultats avec une diminution de la PFS chez les patients présentant une surexpression de ces gènes.




 




Fig. 1
Fig. 1. 

Corrélation entre l'expression transcriptomique des principaux gènes du tissu conjonctif et la présence d'une extension extracapsulaire.




Fig. 2
Fig. 2. 

Corrélation entre l'expression transcriptomique des principaux gènes du tissu conjonctif et la présence d'une invasion des ganglions lymphatiques.




Fig. 3
Fig. 3. 

Disease/progression-free Kaplan-Meier estimate.





Déclaration de liens d'intérêts


Industriel






© 2019 
Publié par Elsevier Masson SAS.