La sarcopénie est associée à un pronostic péjoratif pour les tumeurs de vessie infiltrant le muscle traitées par cystectomie totale

25 novembre 2017

Auteurs : E. Xylinas, J. Anract, M. Roumiguié, I. Ouzaid, P. De Sousa, O. Huillard, M. Sibony, M. Zerbib, M. Soulié
Référence : Prog Urol, 2017, 13, 27, 683
Objectifs

La sarcopénie (ou diminution de la masse musculaire lombaire) a été associée dans de nombreuses tumeurs solides à un pronostic grevé. L’objectif de cette étude rétrospective multicentrique était d’évaluer l’impact de la sarcopénie sur le devenir oncologique des patients traités par cystectomie totale pour une tumeur de vessie infiltrant le muscle non métastatique.

Méthodes

Nous avons revu rétrospectivement les dossiers de 201 patients atteints tumeurs de vessie cT2-4aN0-3M0 avec ou sans chimiothérapie néoadjuvante et ayant bénéficié d’une cystectomie totale dans quatre établissements français entre 2010 et 2013. La présence d’une sarcopénie a été mesurée par un logiciel adapté sur un scanner abdominopelvien (niveau L5) réalisé dans le mois avant la chirurgie. Les définitions de sarcopénie utilisées étaient celles du consensus international (Index de muscle lombaire<55cm2/m2 pour les homes et <39cm2/m2 pour les femmes). Un modèle de régression de Cox multivarié ajustant pour les facteurs cliniques et anatomopathologiques standards a évalué l’association de la présence d’une sarcopénie avec la survenue d’une mortalité spécifique et/ou globale.

Résultats

Les patients présentant une sarcopénie étaient significativement plus âgés (p =0,03) et présentaient plus de comorbidités (Eastern Cooperative Oncology Group Performance Status) (p =0,02). En revanche, les deux groupes étaient similaires en termes d’administration de chimiothérapie néo- et adjuvante, stade pathologique T et N (p >0,05). Durant le suivi moyen de 4,7 années, 105 patients sont décédés, dont 81 de la tumeur de vessie. Les patients présentant une sarcopénie présentaient une survie spécifique diminuée (55 % vs 76 % ; p =0,01) ainsi qu’une survie globale diminuée (43 % vs 71 % ; p =0,02) par rapport aux patients ne présentant pas une sarcopénie. Cette association était confirmée en analyse multivariée aussi bien en termes de mortalité spécifique (RR, 2,04 ; p =0,02) que de mortalité globale (RR, 1,73 ; p =0,04).

Conclusion

La présence d’une sarcopénie dans le mois précèdent la cystectomie totale pour tumeur de vessie infiltrant le muscle étaient associée à un devenir oncologique grevé aussi bien en termes de mortalité spécifique que globale.




 




Déclaration de liens d'intérêts


Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d'intérêts.






© 2017 
Publié par Elsevier Masson SAS.