La proportion de tissu tumoral dans les biopsies reflète-t-elle l'extension du cancer prostatique localisé?

16 juillet 2001

Mots clés : prostate, Tumeur, Anatomopathologie, Biopsie, histo-pronostic
Auteurs : Ravery V, Schmid HP, Toublanc M, Billebaud T, Hermieu JF, Delmas V, Boccon-Gibod L
Référence : Prog Urol, 1996, 6, 386-391
OBJECTIFS : Evaluer si le pourcentage de tissu biopsique envahi par la tumeur apporte une information supplémentaire aux données biologiques et/ou biopsiques (Gleason, nombre...) dans la stadification pré-opératoire des patients ayant un cancer prostatique localisé (T1-T2).
MATERIEL ET METHODES : 170 patients ont été soumis à une prostatectomie radicale (PR) pour tumeur prostatique T1 T2, d'un âge moyen de 65,05 ± 6,12 ans et de PSA moyen de 22,5 ± 21,4 ng/ml. 110 ont eu une série de 6 biopsies de prostate par voie endorectale pour le diagnostic. Nous avons évalué le pourcentage de tissu biopsique envahi. Ce paramètre, ainsi que le score de Gleason, et le PSA préopératoires, ont été étudiés par rapport aux critères anatomopathologiques de la pièce opératoire (statut capsulaire, marges d'exérèse) et au PSA pré-opératoire.
RESULTATS : Le seuil de 10% du tissu biopsique envahi a été calculé comme le plus discriminant dans la prédiction des marges d'exérèse, du statut capsulaire et de la progression biologique. Lorsque moins de 10% de tissu biopsique est envahi, il y a 31,2% de marges positives (ME+), 28% de capsule franchie (pT3), et 21,7% de progression biologique (P+) contre respectivement 44,1%, 71,4% et 47% lorsque plus de 10% de tissu est envahi. Le score de Gleason biopsique n'améliore pas cette évaluation pronostique. Les quantités moyennes de tissu biopsique envahi sont statistiquement différentes entre les pT3 et les pT2, les ME+ et les ME-, et les P+ et les P-. Si une seule biopsie positive est envahie sur moins de 10% de sa longueur, 87,5% de ces patients opérés sont stables, Me- et pT2.
CONCLUSION : Sur un plan individuel, le pourcentage de tissu envahi ne reflète pas l'extension, ni la progression du cancer localisé de la prostate. Seule une biopsie unipositive envahie sur moins de 10% de sa longueur est statistiquement corrélée au bon pronostic.