La prise d’inhibiteurs de recapture de la sérotonine influence-t-elle le risque de complications chirurgicales après intervention pour une hyperplasie bénigne de prostate ? Étude française sur base de données médico-administratives (étude SC...

25 novembre 2019

Auteurs : L. Scailteux, K. Zorn, F. Balusson, K. Tikkinen, H. Charbonneau, E. Oger, V. Misrai
Référence : Prog Urol, 2019, 13, 29, 711
Objectifs

L’hématurie et le caillotage vésical font partie des complications chirurgicales attendues après résection transurétrale de la prostate (RTUP). Plusieurs médicaments dont les anticoagulants et antiagréagants plaquettaires sont connus pour influencer le risque de complications périopératoires. Les inhibiteurs de recapture de sérotonine (SRI), modifiant l’agrégation des plaquettes et l’hémostase primaire, pourraient également être à l’origine de ces complications.

Méthodes

Nous avons mené une étude pilote afin d’évaluer l’impact d’un traitement par SRI sur la morbi-mortalité à partir de 4 groupes : SRI seul (≥1 remboursement dans les 3 mois avant la chirurgie) ; SRI+ aspirine100mg ; aspirine100mg seule et patients sans traitement (groupe contrôle). Via la base EGB (échantillon représentatif au 1/97e de la population française) ont été identifiés tous les patients avec chirurgie endoscopique de l’HBP entre 2012–2016. Étaient exclus les patients avec traitement anticoagulant, antiagrégant plaquettaire autre que l’aspirine, insuffisance rénale et/ou hépatique modérée ou sévère, cancer ou hémopathie et trouble congénital de la coagulation.

Résultats

Sur cette période, 1127 patients d’âge moyen 69,5 ans (± 9,4 ans) ont été inclus (95,6 % RTUP, 2,8 % laser 1,6 % photovaporisation). Dans cette population, 80 % n’avait aucun traitement, 15 % était sous aspirine seule, 4 % était sous SRI seuls et 1 % était sous SRI+aspirine. Les analyses descriptives, par groupe de traitement, sur le critère de jugement principal et secondaires (taux de ré-hospitalisation à 30 j, transfusion, reprise chirurgicale pour décaillotage et décès à 30 j) sont en cours. En raison d’un effectif trop faible dans les groupes et d’un manque de puissance, les analyses statistiques comparatives n’ont pu être réalisées sur la base EGB. Nous prévoyons d’utiliser le Système national de données de santé (SNDS) pour assurer une puissance suffisante pour les comparaisons envisagées.

Conclusion

L’influence des SRI sur les troubles de l’hémostase périopératoire a été rapportée en chirurgie orthopédique et cardiaque mais reste débattue. Cette étude permettra d’évaluer la morbi-mortalité des SRI en périopératoire de la chirurgie de l’HBP.




 




Déclaration de liens d'intérêts


Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d'intérêts.






© 2019 
Publié par Elsevier Masson SAS.