La néphrostomie percutanée de drainage chez le patient âgé de plus de 70 ans. A propos de 98 néphrostomies chez 74 patients.

16 juillet 2001

Mots clés : néphrostomie, personne âgée, obstruction de la voie urinaire supérieure
Auteurs : Fournier G, Delavierre D, Le Coat R, Philippe P, Mangin P
Référence : Prog Urol, 1994, 4, 362-370
De 1985 à 1992, 98 néphrostomies de drainage ont été mises en place par voie percutanée échoguidée chez 74 patients âgés de 77 ans en moyenne (extrêmes: 70-88 ans). La dérivation a été mise en place pour obstruction du haut appareil urinaire (87% des cas), fistule urinaire (4%), ou déplacement secondaire de la première NPC (9%). La maladie initiale était bénigne chez 29 patients (42,5% - dont 48% de lithiases réno-urétérales), maligne dans 39 cas (53% - dont 79% de cancers pelviens), et non précisée 6 fois (4,5%). La NPC a été mise en place avec succès chez 93% des patients, et a permis l'amélioration de l'insuffisance rénale et/ou le traitement du syndrome infectieux initial dans la majorité des cas. Les complications sont les suivantes: déplacement secondaire du drain (13 cas), infection (3 cas), hématome sous capsulaire rénal (1 cas). L'évolution des patients est directement liée à la maladie initiale: 28 des 29 patients dérivés pour maladie bénigne sont vivants et l'ablation du drain de NPC a pu être effectuée dans 96% des cas après traitement curatif; 95% des patients dérivés pour cancer sont décédés dans un intervalle de 13 mois après la NPC. Les patients atteints de cancer prostatique non préalablement traités ont le meilleur pronostic, le sevrage androgénique permettant dans certains cas l'ablation de la NPC sans geste complémentaire.Le drainage du haut appareil urinaire par néphrostomie percutanée, réalisable sous anesthésie locale, avec une morbidité réduite et un faible taux d'échecs apparaît donc comme une technique de choix, en particulier chez les patients âgés.