La néphrolithotomie percutanée chez les patients obèses : évaluation de la sécurité et l’efficacité

05 novembre 2020

Auteurs : A. Sakly, W. Zakhama, H. Tabka, W. Sidhom, Y. Bedoui, A. Mnasser, Y. Binous
Référence : Prog Urol, 2020, 13, 30, 705-706
Objectifs

De nos jours, l’incidence et la prévalence de l’obésité est en nette augmentation dans le monde. Ceci est un facteur majeur de survenue d’évènements cardiovasculaires et de mortalité. Toutefois, l’insulinorésistance dans le cadre de l’obésité favorise la lithogenèse. Le traitement de la lithiase urinaire chez les patients obèses est un véritable challenge pour l’urologue surtout en matière de néphrolithotomie percutanée (NLPC) vu les comorbidités, les difficultés anesthésiques et le long trajet d’accès. L’objectif ce travail était d’évaluer l’influence de l’obésité sur les résultats de la NLPC en matière de sécurité et d’efficacité.

Méthodes

Il s’agit d’une étude rétrospective comparative qui a colligé 203 cas de NLPC réalisées durant la période de 2015 jusqu’à 2020. Toutes les procédures étaient pratiquées en décubitus dorsal modifié par le même chirurgien. On a exclu les patients avec insuffisance rénale, la population pédiatrique, les lithiases sur uropathies malformatives et les troubles d’hémostase.

Ainsi, on a recueilli :

– les données préopératoires concernant les caractéristiques démographiques et la caractérisation des calculs sur le scanner. Notre population a été repartie en 4 groupes en se basant sur la définition de l’obésité par l’organisation mondiale de la santé : groupe 1 (IMC normal :<25kg/m2) - groupe 2 (surpoids : IMC entre 25 et 29,9kg/m2) - groupe 3 (obésité : IMC entre 30 et 34,9kg/m2) - groupe 4 (obésité morbide : IMC ≥ 35kg/m2) ;

– les données per- et postopératoires ont inclus la durée opératoire, le site de ponction, la durée de fluoroscopie, les complications hémorragiques selon la classification de Clavien–Dindo et le taux de « stone free ».

Résultats

L’âge moyen était de 42 ans avec un sex-ratio H/F de 2,7. Les patients étaient subdivisés en 4 groupes : groupe 1 : 83 patients (40,8 %) ; groupe 2 : 66 patients (32,6 %) ; groupe 3 : 41 patients (20,2 %) ; groupe 4 : 13patients(6,4 %). La durée opératoire était plus longue chez les patients obèses, respectivement selon les groupes 83±25min, 112±31min, 109±41min et 121±47min avec une différence statistiquement significative p =0,035. L’échec de ponction était noté dans 3 cas pour le groupe 1 et dans 11 cas pour les autres groupes. La durée moyenne de fluoroscopie était de 12,5min qui était plus longue pour le bras des patients obèses. On n’a pas observé des complications anesthésiques pour tous les groupes. Les complications étaient classées selon le système Clavien–Dindo : 21,2 % de grade 1 ; 27,4 % de grade 2 et 6,3 % de grade 3. On n’a pas noté des complications de grade 4 ou 5. Il n’y avait pas de différence significative entre les 4 groupes (p =0,23). L’embolisation a été nécessaire lors de 5 procédures pour le bras des patients obèses versus aucun cas pour les patients avec IMC normal. Il n’avait pas de différence significative en terme de « stone free » immédiat et à 1 mois qui était respectivement de 79,27 % et 83,42 avec (p =0,08), (p =0,15).

Conclusion

La NLPC garde sa sécurité et son efficacité chez les patients obèses avec un taux de succès pertinent. La durée opératoire et de fluoroscopie augmente avec l’IMC. Chez cette population particulière, la NLPC nécessite une certaine expertise pour minimiser la durée d’exposition aux rayons avec le respect des règles de radioprotection.




 




Déclaration de liens d'intérêts


Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d'intérêts.






© 2020 
Publié par Elsevier Masson SAS.