La lithotripsie extra-corporelle pour calcul urinaire : une technique non invasive? A propos de 150 patients traités avec le lithotripteur Nova

16 juillet 2001

Mots clés : Lithiase, Calcul, lithotripsie extra-corporelle.
Auteurs : Corbel L, Staerman F, Cipolla B, Guillé F, Lobel B
Référence : Prog Urol, 1994, 4, 700-709
La machine NOVA est un lithotripteur à générateur électro-hydraulique non encore implanté en France. Nous présentons une évaluation des 150 premiers patients traités. 92,2% des 185 calculs traités ont été fragmentés. 141 patients ont été revus à 1 mois et 3 mois si nécessaire après une première séance; 4 patients sur 24 et un sur 3 n'ont pas été revus après respectivement leur deuxième et troisième séance. Au terme de l'évaluation des 177 séances réalisées (16% de seconde séance et 2% de troisième séance), 69,11% des patients n'ont aucun calcul résiduel . Le taux de succès est de 52% pour les calculs rénaux, 93% pour les calculs de l'uretère lombaire et 50% pour les calculs pelviens. La morbidité est faible (10% de coliques néphrétiques, 5% d'empierrements) mais associée aux séances itératives elle génère un risque pour le patient d'être réhospitalisé après sa première séance de 26%. Si on additionne les interventions sous anesthésie réalisées avant et après la LEC (en dehors des séances itératives) le risque pour un patient donné de subir cette anesthésie supplémentaire est de 18,66%. Enfin, le risque de subir une nouvelle anesthésie après sa 1ère LEC est de 33%. Ces données montrent les limites du caractère "non invasif" d'un lithotripteur moderne et efficace.