La définition de la continence précoce « parfaite » après prostatectomie radicale est-elle la même pour l'urologue et pour son patient ?

25 novembre 2012

Auteurs : J.-M. Herve, Y. Neuzillet, H. Botto, T. Lebret
Référence : Prog Urol, 2012, 13, 22, 742-743




 



Objectifs.– Comparer l’évaluation des résultats en termes de récupération précoce (≤1 mois) de la continence après prostatectomie radicale selon qu’elle soit faite par l’urologue ou par le patient lui-même.


Méthodes.– Étude prospective menée entre janvier 2010 et mars 2012. Patient évalué, par le même opérateur senior. Évaluation de la continence, d’une part, par autoquestionnaire ICS préopératoire, et postopératoire à un mois, trois mois, six mois et un an et, d’autre part, par l’urologue, la continence ayant été définie :


– comme parfaite en l’absence de toute perte urinaire ET par l’absence de toute protection dans les sous-vêtements ;


– proche du normal en présence de micro fuites relevant du port d’une protection au maximum par jour ;


– imparfaite en cas de nécessité du port d’au moins deux protections jour.


Une analyse statistique a été réalisée pour définir l’effet de l’âge, du stade pathologique, du volume prostatique et de la préservation des bandelettes neurovasculaires (BNV) sur la continence postopératoire.


Résultat.– Cent-dix neuf patients ont été inclus. L’âge moyen des patients était de 63±6ans. Les stades pathologiques des cancers ont été pT2b, pT2c, pT3a dans 21 (18 %), 67 (56 %) et 31 (26 %) cas respectivement. Les bandelettes neurovasculaires ont été préservées de façon bilatérale, unilatérale ou non-préservée dans 74 (62 %), 26 (22 %), 19 (16 %) respectivement. La continence précoce a été considérée comme parfaite par 73,11 % et 66,39 % des cas selon qu’elle ait été évaluée par l’urologue ou par le patient lui même respectivement (p >0,05).


Conclusion.– L’évaluation de la continence précoce par l’urologue en fonction des pertes urinaires et du nombre de protection correspond à celle faite par les patients eux-même. Ces critères sont donc fiables pour estimer le ressenti du patient.






© 2012 
Publié par Elsevier Masson SAS.