La cytométrie en flux sur liquide de lavage vésical dans le diagnostic et la surveillance des tumeurs de vessie. Résultats préliminaires.

16 juillet 2001

Mots clés : Vessie, Tumeur urothéliale, Anatomopathologie, cytométrie
Auteurs : Rossi D, de Fromont M, Serment G, Rampal M
Référence : Prog Urol, 1992, 2, 604-615
Les auteurs évaluent la fiabilité et les possibilités d'utilisation pratique de la cytométrie en flux sur liquide de lavage vésical (CMF) dans le diagnostic et la surveillance des tumeurs de vessie. L'appareil utilisé est un cytofluorographe Coultronics Epics Profile II. Deux cent quinze prélèvements ont été réalisés avec un rendement de 86%. La conservation du prélèvement est réalisée avec de l'éthanol. La coloration est effectuée sur cellule entière avec conservation du cytoplasme. L'analyse d'un groupe témoin de 45 patients permet de conclure que l'étude de la ploïdie par CMF est spécifique (0,97 pour les vessies normales et 0,8 pour les lésions inflammatoires). Quatre chapitres sont abordés : 1) Corrélation CMF et type histologique de la tumeur : il existe une différence significative entre le groupe témoin, le groupe tumeur infiltrante (p<0,01) et le groupe carcinome in situ (p<0,001). En cas de tumeur PTA et PT1, la significativité apparaît avec les tumeurs de grades élevés. Il n'apparaît pas de différence significative entre la CMF et le cytodiagnostic classique si celui-ci est réalisé par un cytologiste entraîné. 2) Valeur prédictive de la CMF dans la récidive des tumeurs PTA et PT1 : 40 patients ont été suivis avec un recul moyen de 13 mois. Le risque relatif de récidive en cas de tumeur avec CMF anormale est de 2 (p<0,05). 3) CMF et surveillance des tumeurs traitées de manière conservatrice : 30 patients présentant un contrôle endoscopique normal après résection endoscopique d'une tumeur PTA ou PT1 ont eu une analyse cytométrique et un cytodiagnostic. En cas d'anomalie à la cytométrie des biopsies vésicales randomisées et une urographie étaient réalisées. La valeur prédictive positive pour qu'il existe une lésion non diagnostiquée par la cystoscopie est pour la CMF de 0,38 ± 0,26. 4) CMF et chimiothérapie endovésicale : 16 patients porteurs de tumeurs PT1 avec CMF anormale ont été traités par BCG-thérapie (11 patients) ou par instillations d'amétycine (5 patients). Il existe une différence significative (p<0,01) entre les deux traitements sur la normalisation de la cytométrie. Cette technique de réalisation simple est un progrès par rapport à la cytométrie en flux sur coupes tissulaires car elle permet une étude de l'ensemble de la muqueuse vésicale desquamée, et par rapport aux techniques antérieures de cytométrie en flux sur liquide de lavage vésical du fait de la richesse des échantillons et d'une coloration en cellules entières.La CMF est un élément objectif dans l'évaluation du pronostic des tumeurs de vessie et sa réalisation n'alourdit pas le protocole classique de surveillance de ces tumeurs.