La cryopréservation ovocytaire va-t-elle relancer l'intérêt du prélèvement chirurgical de spermatozoïdes synchrone du recueil ovocytaire en cas d'azoospermie non obstructive ?

25 juillet 2012

Auteurs : M. Grynberg, T. Thubert, L. Hesters, R. Frydman, N. Frydman, V. Izard
Référence : Prog Urol, 2012, 9, 22, 553-554




 



Cher Éditeur,


Nous avons récemment rapporté le premier cas de grossesse française obtenu après décongélation d’ovocytes fécondés par un sperme de donneur [1]. La cryopreservation ovocytaire avait été pratiquée suite à l’échec de la biopsie testiculaire (BT) synchrone du recueil ovocytaire, dans un contexte d’azoospermie non obstructive (ANO). En effet, la législation française interdit, lorsqu’une assistance médicale à la procréation est programmée au sein d’un couple, d’avoir dans le même temps, des gamètes d’un tiers donneur disponibles.


Les récents progrès en matière de cryopréservation ovocytaire constituent une avancée majeure en assistance médicale à la procréation. En effet, avec notamment l’apparition de la vitrification, les taux de grossesse rapportés atteignent désormais ceux obtenus avec les ovocytes frais [2]. Ainsi, le champ d’utilisation de la cryopréservation ovocytaire ne cesse de croître.


Bien que la prise en charge des infertilités masculines, notamment en cas d’ANO, ait été considérablement améliorée par les possibilités de recueil chirurgical des spermatozoïdes et l’injection intracytoplasmique de spermatozoïdes (ICSI), il persiste encore un nombre non négligeable d’échec pour ces couples. En effet, des taux de BT négatives allant jusqu‘à 57 % ont été rapportés [3]. Par ailleurs, la spermatogénèse de ces patients est souvent si sévèrement altérée que le peu de spermatozoïdes éventuellement récupérés peuvent ne pas survivre ou rester immobiles après décongélation, compromettant ainsi l’ICSI [3]. Par conséquent, du fait de l’absence de marqueur pronostique fiable, tant clinique que biologique, de la présence de spermatozoïdes dans les testicules, nombreuses sont les équipes qui prônent le recueil chirurgical de spermatozoïdes synchrone de la ponction ovocytaire chez ces patients, en dépit du risque de stimulation ovarienne et de ponction folliculaire « inutile » si la BT devait s’avérer négative. Nous avons récemment rapporté les données d’une étude comparant les résultats en ICSI de 72 patients ANO ayant eu recours à une BT synchrone du recueil ovocytaire, à ceux de 13 hommes prélevés en asynchrone [3]. Aucune différence significative n’était constatée entre les deux groupes en termes de taux de fécondation ou de grossesses cliniques. Par ailleurs, 12 grossesses cliniques ont été obtenues après BT synchrone ayant permis la récupération de spermatozoïdes dont la quantité n’aurait pas été suffisante pour être congelables selon nos critères [3]. Enfin, 13 patients ont eu une BT négative. Si le débat n’est pas encore tranché quant au meilleur moment pour réaliser la BT, les succès de la cryopréservation ovocytaire pourraient mettre en avant l’intérêt du prélèvement testiculaire synchrone, au moins pour les couples ayant opté pour le recours au don de sperme en cas de BT négative. En effet, les données actuelles tendent à laisser penser qu’en cas d’utilisation d’un sperme de donneur, les taux de grossesse en ICSI (ICSI/D) à partir d’ovocytes décongelés surpassent ceux obtenus en insémination intra-utérine.


Nous pensons par conséquent, qu’à l’ère de la cryopréservation ovocytaire, et au regard de la législation française actuellement en vigueur, il convient de réévaluer l’intérêt du prélèvement testiculaire synchrone du recueil ovocytaire en cas d’ANO, chez des couples favorables à un éventuel recours au don de sperme.


Déclaration d’intérêts


Les auteurs déclarent ne pas avoir de conflits d’intérêts en relation avec cet article.



Références



Grynberg M, Hesters L, Thubert T, Izard V, Fanchin R, Frydman R, Frydman N. Oocyte cryopreservation following failed testicular sperm extraction: a French case report with implications for the management of non obstructive azoospermia. Reprod Biomed Online. 2012 Mar 6
Grifo J.A., Noyes N. Delivery rate using cryopreserved oocytes is comparable to conventional in vitro fertilization using fresh oocytes: potential fertility preservation for female cancer patients Fertil Steril 2010 ;  93 : 391-396 [cross-ref]
Grynberg M., Chevalier N., Mesner A., Rocher L., Prisant N., Madoux S., et al. Non obstuctive azoospermia: Option of the testicular sperm extraction performed on the day of oocyte retrieval J Gynecol Obstet Biol Reprod (Paris) 2011 ;  40 : 130-136 [cross-ref]






© 2012 
Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.