Intérêt d'une combinaison des biomarqueurs ERG et TFF3 dans le diagnostic et la caractérisation du cancer de prostate

25 novembre 2012

Auteurs : V. Basset, F. Semprez, Y. Allory, A. De La Taille, S. Terry
Référence : Prog Urol, 2012, 13, 22, 835




 

Objectifs.– Le peptide Trefoil factor 3 (TFF3), naturellement sécrété par la muqueuse intestinale normale, a été proposé comme nouveau marqueur de l’adénocarcinome prostatique. Des travaux récents suggèrent que la protéine ERG, surexprimée dans 40 à 50 % des cancers prostatiques, peut réguler de façon négative l’expression de TFF3. La combinaison de ces deux marqueurs pourrait être utilisée comme outil pour la détection et la caractérisation moléculaire de ces cancers. Le but de cette étude était d’étudier l’intérêt diagnostique d’une combinaison des marquages TFF3 et ERG sur une cohorte représentative de patients porteurs de cancers localisés ou localement avancés.


Méthodes.– L’expression tissulaire de TFF3 et ERG a été étudiée par immuno-histochimie sur puces tissulaires dans 257 cas d’adénocarcinome prostatique traités par prostatectomie totale. Les cas présentant des tissus détériorés ou montrant une sous-représentation (ou une absence) du contingent tumoral ont été exclus.


Résultat.– Cent soixante-quatorze cas étaient interprétables et constitués de tumeurs T1 (65,5 %), T2 (25,8 %) et T3 (8,6 %). L’âge moyen était de 64,2ans (47,1–75), et le PSA moyen de 13,8ng/mL (1,35–99). L’analyse immuno-histochimique a révélé une localisation nucléaire pour ERG et cytoplasmique pour TFF3 au niveau des cellules adénocarcinomateuses. Une absence totale de marquage était constatée dans 31 cas (17 %). Soixante-dix-neuf cas ont montré une positivité pour ERG (45,4 %), et 82 cas pour TFF3 (46 %). Seuls 18 cas (10 %) présentaient une positivité pour les deux marqueurs. Au total, 83 % des cancers prostatiques analysés étaient positifs pour au moins un des deux marqueurs. Les différences observées étaient significatives (test de Fisher, p <0,0001).


Conclusion.– L’expression observée de TFF3 et/ou ERG dans plus de 80 % des cas étudiés suggèrent l’intérêt du double marquage TFF3/ERG comme biomarqueur diagnostic du cancer de la prostate. Ces résultats devront être confirmés sur des cohortes indépendantes de patients, incluant notamment des séries biopsiques prostatiques représentatives des patients actuellement diagnostiqués. Enfin, le pronostic des différents sous-groupes de cancer identifiés devra être étudié.


Type de financement .– Bourse de l’AFU.




Haut de page



© 2012 
Publié par Elsevier Masson SAS.