Intérêt de la lomboscopie dans le traitement des calculs de l’uretère lombaire

25 novembre 2015

Auteurs : M. Rebai, W. Kerkeni, M. Krarti, A. Saadi, H. Ayed, A. Bouzouita, M. Cherif, A. Derouiche, M. Ben slama, M. Chebil
Référence : Prog Urol, 2015, 13, 25, 754
Objectifs

La chirurgie ouverte reste encore indiquée pour le traitement des calculs de l’uretère volumineux et impactés pour lesquels le traitement endoscopique est fastidieux ou après échec de la lithotritie extracorporelle (LEC) ou de l’urétéroscopie. L’urétérolithotomie laparoscopique est une alternative séduisante, moins invasive que la chirurgie à ciel ouvert. Notre objectif est de démontrer l’intérêt de l’approche lomboscopique dans le traitement des calculs de l’uretère lombaire.

Méthodes

Étude rétrospective descriptive monocentrique. Quatre-vingt-dix-neuf patients ont été opérés de 100 calculs urétéraux lombaires par urétérolithotomie lomboscopique entre janvier 2006 et décembre 2014. La technique opératoire consistait en un abord conventionnel à 3 trocarts du rétropéritoine. L’urétérotomie était réalisée de haut en bas sur calcul billot L’uretère était suturé à chaque fois par des points séparés endocorporels extramuqueux au Vicryl™ 4/0. Un drain non aspiratif était mis en place par l’orifice du trocart antérieur en fin d’intervention. Tous les patients ont eu un contrôle échographique ou tomodensitométrique à distance de l’intervention.

Résultats

L’âge moyen des patients était de 45ans [19–80ans]. L’indication opératoire était posée devant un calcul urétéral lombaire obstructif de taille supérieure à 15mm dans 90 % des cas. Le calcul a été complètement enlevé par voie lomboscopique dans 91 % des cas. La durée opératoire moyenne était de 116min [35–360min]. Une conversion chirurgicale a été nécessaire dans 9 % des cas. Un seul patient a nécessité une transfusion sanguine suite à une plaie de l’aorte. La durée moyenne de l’hospitalisation était de 3jours [2–22jours]. Une fistule urinaire nécessitant un drainage par une endoprothèse double J est survenue dans 12 % des cas. Le recul moyen était de 31mois [2–95mois]. L’imagerie de contrôle n’a décelé aucun cas de sténose urétérale secondaire.

Conclusion

L’urétérolithotomie lomboscopique est une excellente alternative technique pour le traitement des calculs volumineux de l’uretère offrant les avantages de l’abord laparoscopique. La fistule urinaire est la principale complication post-opératoire ; elle est évitée par l’acquisition d’une meilleure technique d’urétérorraphie et prévenue par un drainage peropératoire de la voie excrétrice. À distance, la sténose urétérale est la principale complication à dépister.




 




Déclaration d'intérêts


Les auteurs n'ont pas transmis de déclaration de conflits d'intérêts.






© 2015 
Publié par Elsevier Masson SAS.