Injections périuréthrales de collagène : résultats à 2 ans chez 25 patientes avec incontinence urinaire sévère

04 novembre 2001

Mots clés : incontinence urinaire, collagène, Urèthre, insuffisance sphinctérienne
Auteurs : GAME X, MALAVAUD B, MOUZIN M, RISCHMANN P, SARRAMON JP
Référence : Prog Urol, 2001, 11, 283-287
Objectifs:Etudier l'efficacité et la tolérance des injections périuréthrales de collagène dans le traitement de l'incontinence urinaire sévère . Patientes et Méthodes : De 1994 à 1998, 25 injections périuréthrales de collagène ont été réalisées chez 25 femmes d'âge moyen 65 ans présentant une incontinence urinaire grade III dans 17 cas et grade II dans 8 cas, sous anesthésie locale dans 5 cas, rachianesthésie dans 10 cas et anesthésie générale dans 10 cas. Il s'agissait d'une incontinence récidivée dans 20 cas. Une injection a été réalisée dans 20 cas et deux dans 5 cas. Aucune patiente ne présentait de troubles de la statique pelvienne. Le bilan urodynamique préopératoire n'a retrouvé aucun cas d'instabilité vésicale, une pression de clôture uréthrale moyenne de 35 cm d'eau. Un test cutané a été réalisé dans chaque cas au moins 30 jours avant l'injection. Résultats:La durée moyenne d'hospitalisation a été de 2,75 jours. La quantité moyenne de collagène injecté a été de 5,7 ml. Avec un suivi moyen de 24 mois, 33% des patientes étaient sèches, 39% améliorées et 28% en échec. Aucune complication n'a été à déplorer. Conclusion:Cette méthode, par son innocuité peut-être proposée sans risque, en ambulatoire, avec de bons résultats, chez des patientes de tout âge, aussi bien lors des récidives d'incontinence qu'en première intention, cette technique n'entravant pas en cas d'échec la réalisation d'une autre intervention.