Influence du niveau d’expérience de l’interne sur les résultats péri- et postopératoire de la néphrectomie partielle robot assistée

25 novembre 2016

Auteurs : Z. Khene, B. Peyronnet, E. Bosquet, B. Pradere, T. Fardoun, G. Berquet, M. Chatenet, R. Huet, G. Verhoest, M. Thoulouzan, S. Vincendeau, A. Manunta, R. Mathieu, N. Rioux-Leclercq, K. Bensalah
Référence : Prog Urol, 2016, 13, 26, 691
Objectifs

La chirurgie robotique confère au chirurgien une précision et une liberté de mouvement plus satisfaisantes que la chirurgie conventionnelle. Cependant le chirurgien intervient à distance du patient. L’assistant est sur le champ opératoire et veille au bon déroulement de l’opération. L’objectif de cette étude était d’évaluer l’influence du niveau d’expérience de l’assistant sur les résultats péri- et postopératoire de la néphrectomie partielle robotique (NPRA).

Méthodes

Un total de 221 patients opérés par NPRA par un seul opérateur expérimenté ont été inclus. Les patients étaient divisés en 2 groupes en fonction du niveau de l’assistant opératoire. Les internes d’urologie de 1re, 2e, 3e années et les internes non-urologues étaient considérés comme des aides inexpérimentés. Les internes d’urologie en 4e et 5e année étaient considérés comme des aides opératoire expérimentés. Les données péri- et postopératoire ont été comparées entre les 2 groupes. Les facteurs prédictifs de complication péri- et postopératoire ont été recherchés par une analyse univariée (test de Student, Chi2, Mann-Whitney) puis multivariée (régression logistique binaire, régression linéaire multiple).

Résultats

Nous avons identifié 106 procédures dans le groupe IE et 115 procédures dans le groupe E. Les caractéristiques démographiques des patients étaient comparables dans les deux groupes. La durée opératoire était plus longue dans le groupe IE (165 vs 146min ; p =0,003). Le taux de marge chirurgicale positive (MCP) était plus important dans le groupe IE (9 vs 2 % ; p =0,03). Il n’y avait pas de différences entre les 2 groupes pour le temps d’ischémie (16,4 vs 15,8min, p =0,288), les pertes sanguine (386 vs 417mL, p =0,73), le taux de conversion (3,7 vs 6,96 % ; p =0,37) et les complications postopératoires (11,3 vs 6 % ; p =0,35). En analyse multivariée l’expérience de l’aide restait associée à la durée opératoire (=0,23 ; p =0,001) et au taux de MCP (OR=10,8 ; p =0,009)

Conclusion

Le niveau d’expérience d’un interne en chirurgie semble influencer les résultats péri- et postopératoires de la NPRA.




 




Déclaration de liens d'intérêts


Les auteurs n'ont pas précisé leurs éventuels liens d'intérêts.






© 2016 
Publié par Elsevier Masson SAS.