Influence de la technique de prise en charge de l'uretère distal sur les résultats oncologiques de la néphro-urétérectomie pour tumeurs de la voie excrétrice supérieure

25 novembre 2012

Auteurs : E. Xylinas, M. Rink, V. Margulis, Y. Lotan, M. Zerbib, S. Shariat
Référence : Prog Urol, 2012, 13, 22, 755




 

Objectifs. – Les carcinomes urothéliaux du haut appareil (TVEUS) représentent une entité rare correspondant à 5 % des carcinomes urothéliaux. Le traitement de référence des TVEUS est la néphro-urétérectomie totale (NUT), avec réalisation d’une collerette vésicale. À ce jour, il n’existe pas de consensus sur la méthode à adopter pour la prise en charge de l’uretère distal durant la NUT. Le but de notre étude était de comparer les résultats oncologiques de trois techniques de prise en charge de l’uretère distal durant la NUT (transvésical, extravésical et endoscopique).


Méthodes. – Une étude rétrospective multicentrique a été menée entre 1987 et 2007. Tous les cas de TVEUS traités par NUT ont été inclus. Les données cliniques et anatomopathologiques ont été recensées rétrospectivement. Aucun patient n’avait reçu de chimiothérapie néoadjuvante. Une analyse univariée et multivariée ont évalué l’influence de la technique utilisée pour l’uretère distal sur la survenue d’une récidive vésicale, à distance, la survie spécifique et globale.


Résultat .– Au total 2681 patients ont été inclus dans l’étude, 1811 (67,5 %) ont eu une approche transvésicale, 785 (29,3 %) une approche extravésicale et 85 (3,2 %) la technique endoscopique. Il n’a pas été mis en évidence de différence entre les trois groupes en termes de survie sans récidive, survie spécifique et globale. Les patients ayant eu l’approche endoscopique étaient à plus haut risque de récidive vésicale comparés à ceux ayant eu une approche transvésicale (p =0,02) ou extravésicale (p =0,02), qui ne présentaient pas de différence entre elles (p =0,40). La survie sans récidive vésicale était à deux et cinq ans après la NUT de 69/58 %, 69/51 % et 61/42 % pour la technique transvésicale, extravésicale et endoscopique, respectivement. En analyse multivariée, la technique de prise en charge de l’uretère distal demeurait un facteur pronostic indépendant de récidive vésicale. Cette association demeurait vraie après exclusion de patients avec antécédent de tumeur de vessie préalable à la NUT.


Conclusion. – La voie endoscopique de prise en charge de l’uretère distal durant la NUT était associé avec un risque augmenté de récidive vésical. Le choix de technique pour la prise en charge de l’uretère distal n’influençait pas la survie sans récidive à distance, la survie spécifique et la survie globale. Les patients ayant eu une technique endoscopique devraient bénéficier d’un suivi rapproché (cytologie et cystoscopie).




Haut de page



© 2012 
Publié par Elsevier Masson SAS.