Infections urinaires de l’adulte : comparaison des recommandations françaises et européennes. Par le Comité d’infectiologie de l’Association française d’urologie (CIAFU)

14 juin 2020

Auteurs : F. Bruyere, Le Goux, E. Bey, G. Cariou, V. Cattoir, F. Saint, A. Sotto, M. Vallée
Référence : Prog Urol, 2020, 8, 30, 472-481
Introduction

Les infections urinaires (IU) de l’adulte représentent aujourd’hui un enjeu majeur de santé publique à la fois pour leur impact en termes de morbi-mortalité, mais également pour le coût qu’elles représentent pour la société. Les dernières recommandations françaises SPILF-AFU et les recommandations européennes de l’European Association of Urology (EAU) diffèrent sur certains points. L’objectif de cet article est de comparer les recommandations de ces deux sociétés savantes afin de mettre en avant leurs différences, mais également leurs points communs dans la prise en charge des IU.

Matériel et méthode

Une analyse comparative des dernières recommandations de 2018 de l’EAU et des recommandations françaises SPILF-AFU-SFHH de 2014 mise à jour en 2018 a été effectuée. Les auteurs ont défini les sous-parties suivantes : terminologie, pyélonéphrite, infections urinaires masculines, infections urinaires gravidiques et cystites.

Résultats et conclusion

Les recommandations de ces deux sociétés savantes proposent des prises en charge qui diffèrent assez peu en termes d’outils diagnostiques et thérapeutiques. Les différences majeures se situent au niveau de la durée des antibiothérapies où les recommandations françaises continuent de privilégier des traitements longs là où l’EAU ne recommande parfois que 5jours de traitement comme dans le cas de la pyélonéphrite aiguë simple.

Niveau de preuve

3.




 




Introduction


Les infections urinaires (IU) de l'adulte représentent aujourd'hui un enjeu majeur de santé publique à la fois pour leur impact en termes de morbi-mortalité, mais également pour le coût qu'elles représentent pour la société [1]. La part importante prise par les IU dans l'ensemble des maladies infectieuses et l'évolution de l'épidémiologie et des résistances bactériennes de ces infections incitent les sociétés savantes à mettre régulièrement leurs recommandations à jour.


Les dernières recommandations françaises SPILF/AFU de 2014 révisées en 2018 [2] et les recommandations européennes de l'European Association of Urology (EAU) [3] diffèrent sur certains points.


L'objectif de cet article est de comparer les recommandations de ces deux sociétés savantes afin de mettre en avant leurs différences, mais également leurs points communs dans la prise en charge des IU.


Matériel et méthode


Une analyse comparative des dernières recommandations de 2018 de l'EAU et des recommandations françaises (SPILF/AFU) de 2014 mise à jour en 2018 a été effectuée. Les auteurs ont défini les sous-parties suivantes : terminologie, pyélonéphrite, infections urinaires masculines, infections urinaires gravidiques, outils diagnostiques, principes généraux, cystite, autre. Chaque auteur a traité une sous-partie en effectuant une comparaison des recommandations avant de soumettre son travail à l'ensemble des co-auteurs pour corrections. Une analyse de la littérature a été effectuée afin de tenter d'expliquer les différences retrouvées entre les 2 recommandations. Les mots clés en lien avec les différences ont été utilisés sur les moteurs de recherche PubMed et Embase. Les articles cités dans les références bibliographiques ont aussi été analysés afin de tenter d'expliquer les différences.


Résultats


Terminologie


La terminologie est l'ensemble des termes, rigoureusement définis, qui sont spécifiques d'une science, d'une technique ou d'un domaine particulier de l'activité humaine. L'urologie comme toute autre science n'échappe pas à cette règle d'utiliser une terminologie très précise. Cette terminologie peut parfois varier en fonction des pays où des sociétés savantes qui l'utilisent. Il est alors très important de s'assurer que les termes employés dans les différentes publications caractérisent bien des situations identiques. Globalement la SPILF/AFU et l'EAU en 2018 utilisent des terminologies identiques (Tableau 1). Seuls les facteurs de risque de complication de l'infection urinaire aiguë (IUA) diffèrent. En effet, l'âge et l'insuffisance rénale sont associés au risque de complication de l'IUA pour la SPILF/AFU, mais pas pour l'EAU. De la même façon le diabète est un facteur de complication de l'IUA pour l'EAU, mais pas pour la SPILF/AFU. La littérature concernant ces facteurs de risque est abondante et parfois contradictoire. Le diabète [4, 5], l'âge [6, 7] et l'insuffisance rénale [8] sont cependant reconnus comme des facteurs de risque d'infection urinaire aiguë, même si l'interdépendance de ces deux derniers facteurs n'a pas complètement été éliminée. La valeur pronostique de ces facteurs, pour les complications de d'infection urinaire aiguë, est faiblement documentée. Si on peut la comprendre sur le plan intuitif, on peut souligner le faible niveau de preuve ayant validé les choix de la SPILF/AFU comme de l'EAU de ces paramètres comme facteurs de risque des complications de d'infection urinaire aiguë.


Les outils diagnostiques


Le Tableau 2 met en évidence la relative comparabilité de celles-ci, avec des recommandations de bon niveau de preuve global et ne différant que sur quelques points précis.


Les seuls points de divergence sont liés à des recommandations françaises moins complètes que celles de l'EAU, notamment sur les outils diagnostics disponibles dans le cadre de la suspicion de prostatite chronique. L'entité clinique que constitue la prostatite chronique est sujette à débat, de nombreuses sociétés savantes considérant qu'elle n'existe tout simplement pas. La terminologie anglo-saxonne propose ainsi trois entités cliniques distinctes dont les frontières restent très floues : la prostatite chronique dans le cadre d'un syndrome douloureux pelvien chronique, la prostatite bactérienne chronique et la prostatite inflammatoire chronique. Une recherche PubMed des publications des 5 dernières années avec le mot clé « Chronic Bacterial Prostatitis » met ainsi en évidence un effort de recherche centré sur l'utilisation de l'homéopathie ou des médecines alternatives bien plus que sur l'usage des antibiotiques dans cette indication (acupuncture, pollen, curcuma, calendula, statines, sélénium, doluxétine...). L'EAU considère donc que l'entité clinique « prostatite chronique bactérienne » existe, la SPILF/AFU non. La suspicion clinique d'épididymite n'est pas abordée dans les recommandations SPILF/AFU 2018. Les recommandations françaises en vigueur sont actuellement toujours les recommandations de la Société française de dermatologie de février 2016 sur les maladies sexuellement transmissibles. Les outils diagnostics concernant l'orchi-épidydimite sont ainsi identiques à ceux de l'urétrite masculine : on recommande la réalisation d'un écouvillon urétral, d'une PCR et d'un examen bactériologique des urines (examen direct+culture) du premier jet, ce qui est similaire aux recommandations EAU.


La conduite à tenir quant à la recherche et au traitement prophylactique d'une bactériurie avant exploration urodynamique, non recommandée dans les travaux de l'EAU 2018, n'est pas abordée dans les recommandations nationales qui n'ont pas encore statué sur ce point. Ceci a fait l'objet d'une publication récente sous forme d'un consensus formalisé paru en 2018 [9].


La performance de la BU est mentionnée par la SPILF/AFU (VPN>95 % chez la femme symptomatique et VPP>90 % chez l'homme symptomatique), mais pas dans l'EAU.


Concernant la bactériurie de la femme, la définition est 1 prélèvement avec≥105CFU/mL pour la SPILF/AFU et 2 prélèvements consécutifs≥105CFU/mL pour l'EAU.


Le seuil de bactériurie significative pour la cystite simple est identique pour les 2 recommandations (≤103UFC/mL).


Les pyélonéphrites aiguës


Les recommandations des deux sociétés savantes diffèrent sur 2 points importants : l'imagerie et la durée de traitement (Tableau 3).


Concernant l'imagerie, les recommandations françaises ne fournissent aucune référence scientifique quant à leur décision. L'EAU recommande systématiquement une imagerie (échographie en première intention) en se basant sur l'étude de van Nieuwkoop et al. [10]. Cette étude prospective et multicentrique portant sur 346 patients avait pour objectif de définir des critères cliniques permettant de différencier les patients nécessitants ou non une imagerie en cas d'UI fébrile. En analyse multivariée, les critères significatifs faisant indiquer une imagerie (échographie ou TDM) étaient : antécédent lithiasique connue, pH urinaire>7 et DFG<40mL/min. Un score entre 0 et 3 a alors été défini. Sur les 336 patients (10 exclus de l'analyse pour décès ou perdus de vue), le score ainsi défini permettait de trouver une anomalie radiologique significative pour 7 % des patients ayant un score de 0, 15 % des patients avec un score à 1 et 79 % des patients avec un score de 2 et plus. Pour un score défini à 1, la VPN était à 93 % et la VPP à 24 %. La VPN était de 99 % IC (97-100 %) lorsque l'on considérait que le critère radiologique mis en évidence relevait de l'urgence clinique (pyonéphrose, abcès rénal ou obstacle des voies urinaires). La conclusion des auteurs était que l'application de ce score avec un « cut-off » à 1 permettrait de réduire de 40 % le nombre d'imageries. Cette étude ne semble donc pas en faveur d'une imagerie systématique.


L'autre différence concerne la durée de traitement en cas de l'utilisation de la lévofloxacine. L'EAU recommande 5jours sans citer de référence là où la SPILF/AFU considère que les données scientifiques [11, 12] sont pour l'heure insuffisante pour recommander moins de 7jours de traitement. Ces deux études de non-infériorité, randomisées semblent pourtant plaider pour le raccourcissement de la durée de traitement.


Les différences entre les 2 sociétés savantes sont ici moins marquées comme le montre le Tableau 4. La réelle différence se situe sur le choix des molécules. Les recommandations « ouvertes » de l'EAU concernant le choix probabiliste du traitement antibiotique semblent s'expliquer davantage par la nécessité de devoir s'adapter à l'ensemble de l'écologie bactérienne européenne (bien différente selon les pays) plutôt que par le résultat d'une analyse de la littérature scientifique différente de la SPILF/AFU.


Le Tableau 5 compare pyélonéphrite aiguë grave versus urosepsis et retrouve là aussi peu de différences. Là encore l'EAU semble être plus large sur ses propositions de traitement probabiliste et autorise une durée minimale de traitement de 7jours, là où la SPILF/AFU place le curseur à 10jours sans qu'aucune des deux sociétés ne donnent d'argument pour son choix. L'EAU relève néanmoins l'intérêt potentiel de la réalisation d'une procalcitonine (PCT) et des lactates afin de mieux évaluer la gravité du sepsis initial.


Cystite


Cystites simples


Pour l'EAU, la cystite « non compliquée » est définie comme une cystite aiguë, sporadique ou récurrente limitée aux femmes non enceintes et préménopausées n'ayant aucune anomalie anatomique ni fonctionnelle des voies urinaires ni d'autres comorbidités. Cette définition se rapproche de la définition française, en sachant que la cystite récidivante n'entre pas vraiment dans cette définition, sa prise en charge thérapeutique pouvant différer de la cystite aiguë simple en fonction de la fréquence des épisodes.


Le diagnostic de cystite simple ou non compliquée est évoqué, avec une probabilité élevée, devant des signes urinaires de type dysurie, pollakiurie, urgenturie et l'absence de signes en faveur d'une mycose génitale, d'une urétrite ou d'une sécheresse cutanéo-muqueuse.


Le Tableau 6 montre qu'il n'y a pas de différence sur le plan du diagnostic concernant la cystite. Pour ce qui est du traitement probabiliste de la cystite simple, le choix proposé par l'EAU est plus large. Les niveaux de preuve sont élevés dans les deux cas. Il existe également une différence dans la durée du traitement pour le pivmécillinam positionné en 2e choix pour les recommandations françaises et en 1er choix pour les recommandations de l'EAU. Néanmoins, l'analyse de la littérature ne permet pas de trancher entre telle ou telle attitude.


Cystites à risque de complication


Cette entité n'est pas développée par l'EAU.


Cystites récidivantes


Pour l'EAU, il n'y a pas de chapitre individualisé pour les cystites récidivantes. La notion de récidives inclue cystite et pyélonéphrite. Il n'est du reste pas fait mention dans ce chapitre d'infections urinaires récidivantes chez l'homme et il faut donc supposer que les recommandations de l'EAU s'adressent ici aux récidives chez la femme.


Il existe une différence de définition entre les deux recommandations, celles de l'EAU retenant une moindre fréquence sur la période d'une année. Néanmoins, parler de 3 ou 4 épisodes par an n'apporte aucune différence sur la prise en charge. Les recommandations prophylactiques hors anti-infectieux, sont détaillées dans les recommandations françaises en ce qui concerne les mesures générales d'hygiène avec un niveau de preuve qui reste faible. Elles ne le sont pas dans les recommandations de l'EAU probablement liées à la faiblesse de la littérature sur le sujet. La prescription de canneberge est un point de divergence. Pour les recommandations française, la mise en place d'une antibioprophylaxie nécessite une forte fréquence des épisodes dans un souci de protection de l'écologie bactérienne. Aucune étude publiée ne permet de trancher entre les deux attitudes. Le bon sens parfois non étayé par des articles a poussé les recommandations françaises à cette épargne antibiotique potentielle. Les recommandations françaises ne retiennent pas la nitrofurantoïne dans cette indication en raison de la survenue de fibroses pulmonaires et d'hépatites fulminantes corrélées à la durée d'utilisation (IV-C). Il est également noté une différence de fréquence de prise de la fosfomycine-trométamol. Là encore les recommandations françaises ont peu collé à la littérature pauvre sur ce sujet.


Cystites masculines


Cette entité n'est pas individualisée dans les recommandations françaises. Elle est incluse dans la notion d'infections urinaires masculines.


Les infections urinaires masculines


Dans les recommandations de l'EAU, il est précisé que la cystite chez l'homme sans atteinte de la prostate est rare. Par conséquent, un traitement avec des antimicrobiens pénétrant dans le tissu prostatique est nécessaire chez les hommes ayant des signes d'infection urinaire. Ainsi, il est préconisé cotrimoxazole ou fluoroquinolone. Cependant, les recommandations de l'EAU n'envisagent pas la séquence « traitement probabiliste » puis « traitement adapté » à l'antibiogramme. La durée minimale de traitement proposée par l'EAU est très nettement inférieure à celles des recommandations françaises (Tableau 7). Probablement que les résultats de l'étude Prostashort pas encore publiée pourra confirmer cette attitude de réduction de la durée.


L'analyse met en évidence plusieurs divergences entre les 2 sociétés savantes : le cadre nosologique, la stratégie thérapeutique, la voie d'administration et la durée du traitement.


Le cadre nosologique : les recommandations françaises remplacent le terme « prostatite » par infections urinaires (IU) masculines. En effet, les IU masculines sont très hétérogènes, depuis les formes pauci-symptomatiques (« cystite like ») aux formes parenchymateuses fébriles jusqu'au choc septique.


L'EAU garde la classification du National Institute of Health (NIH) distinguant la prostatite aiguë de la prostatite chronique, définie comme étant symptomatique pendant au moins 3 mois. LA SPILF/AFU ne faisant aucune recommandation pour les prostatites chroniques, cette comparaison ne prend en compte que les prostatites aiguës bactériennes en ce qui concerne l'EAU.


La BU chez l'homme infecté est ici retenue pour sa valeur prédictive positive. L'ECBU est systématiquement recommandé.


L'échographie n'est pas utilisée en routine pour l'EAU et n'est recommandée par la SPILF/AFU qu'en cas de sepsis grave, de suspicion de rétention aiguë d'urine ou de calcul.


La stratégie thérapeutique : pour la SPILF le traitement tient compte de l'intensité des formes cliniques : le traitement des formes pauci-symptomatiques peut être différé jusqu'à l'antibiogramme dans l'optique de proposer d'emblée le traitement le mieux adapté. En cas de mauvaise tolérance ou de fièvre : antibiothérapie probabiliste calquée sur celle des PNA à risque de complication sans élément de gravité en privilégiant les fluoroquinolones systémiques. En cas d'EBLSE l'antibiogramme guidera le choix du traitement en excluant les molécules à faible diffusion prostatique : céfixime, amoxiciline-acide clavulanique, furanes.


Voie d'administration : pour l'EAU, la voie d'administration doit être parentérale jusqu'à disparition des signes infectieux puis orale. Pour la SPILF elle est fonction du statut hospitalisé ou non, du tableau clinique et de la tolérance digestive.


Durée du traitement : pour l'EAU : 2 à 4 semaines. Pour la SPILF : 2 semaines en cas d'utilisation de fluoroquinolones ou de trimétoprime-sulfamétoxazole, au moins 3 semaines en cas de troubles mictionnels préexistants, lithiase, abcès, facteur de risque ou utilisation d'autres molécules.


En cas de rétention aiguë d'urine, le drainage vésical peut se faire aussi bien par cathétérisme urétral que sus-pubien ; l'EAU note cependant que la voie sus-pubienne diminuerait le risque de passage à la chronicité.


Infections urinaires de la femme enceinte


Les 2 sociétés savantes s'accordent à recommander qu'il faut dépister et traiter les bactériuries asymptomatiques chez la femme enceinte (Tableau 8). Le risque d'évolution d'une colonisation vers une pyélonéphrite est relativement faible de l'ordre de 2,4 % [13]. Le risque d'une menace d'accouchement prématurée suite à la survenue d'une pyélonéphrite aiguë fait aujourd'hui recommander le traitement systématique de toute colonisation urinaire chez la femme enceinte bien que ce risque absolu soit faible. Ceci a récemment été rappelé dans les recommandations de l'IDSA [14]. Les recommandations de l'EAU ne précisent pas la hiérarchie des antibiotiques à prescrire. Concernant les recommandations de la SPILF, elles privilégient en 1er lieu les antibiotiques ayant le spectre le plus étroit avec le moindre impact sur le microbiote intestinal et la meilleure tolérance materno-fÅ“tale. Les recommandations de l'EAU se sont plutôt attelées à déterminer la durée optimale de traitement entre dose unique, traitement court et traitement jusqu'à l'accouchement. La durée optimale de traitement des colonisations urinaires gravidiques a été discutée. Il n'est pas démontré que les traitements en prise unique ou de durée courte soient aussi efficaces que les traitements prolongés [15, 16], mais une durée de traitement plus courte entraînerait moins d'effets secondaires [18, 17]. À noter que le SMX-TMP est à éviter durant les deux premiers mois de la grossesse (C).


Conclusions


Il existe des différences entre les recommandations nationales et les recommandations internationales concernant la prise en charge des infections urinaires. Ces différences sont liées autant à des interprétations de la littérature qu'aux spécificités locales en partie dues aux résistances. Néanmoins, les recommandations européennes donnent des choix plus larges afin de laisser la possibilité aux pays une adaptation. Il semble que les experts préconisent de suivre les recommandations nationales plus que les recommandations internationales.


Déclaration de liens d'intérêts


Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d'intérêts.




Tableau 1 - Tableau comparatif des recommandations européennes et françaises concernant la terminologie employée.
Société savante  SPILF/AFU 2018  EAU 2018 
Colonisation urinaire  Bactériurie asymptomatique ; pas de manifestation clinique ; ±leucocyturie associée ; pas de seuil de bactériurie sauf pour la grossesse ; grossesse>ou=105CFU/mL  Bactériurie asymptomatique ; pas de manifestation clinique ; ±leucocyturie associée ; seuil de bactériurie>ou=105CFU/mL (deux prélèvements pour la femme ; un prélèvement pour homme) 
Infection urinaire (IU) aiguë  Signes cliniques (locaux, généraux) : cystite aiguë ; pyélonéphrite aiguë ; prostatite aiguë ; autres IU aiguës de l'homme  Signes cliniques (locaux, généraux) : cystite aiguë ; pyélonéphrite aiguë ; prostatite aiguë ; autres IU aiguës de l'homme 
  Signes biologiques  Signes biologiques 
IU aiguë simple  Toutes les IU  Toutes les IU 
  Sans facteur de risque de complication  Sans facteur de risque de complication 
IU aiguë à risque de complications  Avec facteur de risque de complication : anomalie organique ou fonctionnelle de l'arbre urinaire (RPM, reflux, lithiase, tumeur, acte urologique récent) ; terrain (sexe masculin, grossesse, immunodepression grave [−diabète], insuffisance rénale sévère [<30mL/mn], âge+75 ans, âge+65 ans avec 3 critères de Fried [perte de poids involontaire, vitesse de marche lente, faible endurance, activité physique réduite])  Avec facteur de risque de complication : anomalie organique ou fonctionnelle de l'arbre urinaire (RPM, reflux, obstruction urinaire, acte urologique récent, SV à demeure) ; terrain (sexe masculin, grossesse, immunodépression [+diabète], infection liée aux soins) 
IU récidivantes  4IU par an  3IU par an 
    2UI dans les 6 mois 
Urosepsis  IU avec signes systémiques : sepsis grave=qSOFA score>or=2 (fréquence respiratoire>or=22/mn, troubles de la conscience, pression systolique<or=100mmHg) ; choc septique (amines vasopressives pour PA>or=65mmHg, lactates>or=2mmol/L)  Syndrome systémique inflammatoire (SIRS) : fièvre/hypothermie ; leucocytose/leucopénie ; tachycardie/tachypnée ; qSOFA score>or=2 (fréquence respiratoire>or=22/mn, troubles de la conscience, pression systolique<or=100mmHg) ; choc septique (amines vasopressives pour PA>or=65mmHg, lactates>or=2mmol/L) 





Tableau 2 - Tableau comparatif des recommandations européennes et françaises concernant les outils diagnostiques.
Pathologie  Outil diagnostique  SPILF/AFU 2018  EAU 2018 
Cystite simple  BU  Oui  Oui (s) 
  ECBU  Non  Non (s) 
Cystite à risque de complications  BU  Oui  Oui (s) 
  ECBU  Oui si : suspicion de PNA, non résolution des symptômes 2 à 4 semaines après le début du traitement, symptômes atypiques, femme enceinte, IU masculine  Oui (s) 
Cystite récidivante  BU  Oui  Oui (s) 
  ECBU  Oui  Oui aux premiers évènements, non nécessaire par la suite (S) 
  Autodiagnostic et autotraitement minute possible  Oui  Oui à réévaluer 2 fois par an (W) 
IU avec matériel endo-urinaire à demeure  BU  Non  Non (s) 
  ECBU  Oui  Oui (s) 
Pyélonéphrite simple ou compliquée  BU  Oui  Oui (s) 
  ECBU  Oui+antibiogramme  Oui+antibiogramme (S) 
IU masculine (prostatite aiguë)  BU  Oui  OUI (S) 
  ECBU  Oui+antibiogramme  Oui+antibiogramme (S) 
  Spermoculture  Non  Non (w) 
IU masculine (prostatite chronique)  BU  Non statué  Non (w) 
  ECBU  Non statué  Oui (w) 
  PCR Chlamydia +Mycoplasme   Non statué  Oui (w) 
  2 verres de Stamey  Non statué  Oui (s) 
Prébiopsie de prostate  BU  Non  Non (s) 
  ECBU  Non  Non (s) 
Épididymite  BU  Oui  Oui (s) 
  ECBU  Oui  Oui (s) 
  Autre  Non statué  Oui PCR Chlamydia et gonocoque sur urines mi-jet+écouvillon urétral si écoulement purulent (S) 
Prophylaxie  BU dans le contexte de prophylaxie  Non  Non (s) 
  ECBU avant cystoscopie diagnostique  Non  Non (s) 
  ECBU avant exploration urodynamique  Non statué  Non (w) 
  ECBU préopératoire urologique (effraction muqueuse)  Oui  Oui (w) 
  ECBU chez la femme enceinte asymptomatique  Oui  Oui (w) 



Légende :
Entre parenthèse le niveau de preuve de chaque recommandation ABC ou AP pour SPILF-AFU ; fort (S) ou faible (W) pour l'EAU.



Tableau 3 - Tableau comparatif des recommandations européennes et françaises concernant les pyélonéphrites simples.
Société savante  SPILF/AFU  EAU 
Recommandations     
BU  Conseillée (C)  Avec GB, nitrites ET GR (S) 
ECBU  (B)  (S) 
Biologie  Non (C)  Non précisé 
imagerie  Non si simple avec bonne évolution clinique sinon échographie ou uro-TDM (B)  Échographie et si mauvaise évolution uro-TDM (S) 
Lieu de prise en charge  Ambulatoire dès que possible (B)  Ambulatoire ou hospitalier 
Traitement probabiliste si ambulatoire  FQ en 1re intention (A)  FQ en 1re intention (S) 
  Alternative : C3G IV  Alternative : C3G IV 
Traitement probabiliste si hospitalier  C3G IV  IV (S) : 1re intention : FQ ou C3G IV 
    2e intention : aminoside seul (ou avec ampicilline) ou pénicilline avec inhibiteur 
Durée de traitement  7jours si FQ ou C3G IV sinon 10j (B) ; 5j si aminoside seul (AP)  5jours (lévofloxacine à 750mg/j) à 14jours (cotrimoxazole) selon la molécule 



Légende :
Entre parenthèse le niveau de preuve de chaque recommandation ABC ou AP pour SPILF-AFU ; fort (S) ou faible (W) pour l'EAU.



Tableau 4 - Tableau comparatif des recommandations européennes et françaises concernant les pyélonéphrites à risque de complication.
Société savante  SPILF/AFU  EAU 
Recommandations     
Facteurs de risques de complications  Similaires  Similaires 
BU  Conseillée (C)  Non précisé 
ECBU  Oui (B)  Oui 
Biologie  Oui (C)  Non précisé 
imagerie  Uro-TDM (B)  Non précisé 
Lieu de prise en charge  Ambulatoire si possible (B)  Hospitalier préféré 
Traitement probabiliste si ambulatoire  C3G IV en 1re intention (AP)  FQ per os si résistances locales<10 % 
  Alternative : FQ per os   
Traitement probabiliste si hospitalier  C3G IV (AP)  1re intention : amoxicilline/C2G+aminoside ou C3G±aminoside si sepsis (S) 
  Alternative si allergie : aztréonam ou aminoside  2e intention : FQ si allergie et résistances locales<10 % et patient ne relevant pas de l'urologie et pas dans les 6 derniers mois 
Ne pas utiliser    Nitrofurantoïne, fosfomycine ou pivmécillinam (S) 
Durée de traitement  10 à 14j (B)  7 à 14jours selon la molécule 



Légende :
Entre parenthèse le niveau de preuve de chaque recommandation ABC ou AP pour SPILF-AFU ; fort (S) ou faible (W) pour l'EAU.



Tableau 5 - Tableau comparatif des recommandations européennes et françaises concernant la pyélonéphrite aiguë avec sepsis.
Société savante  SPILF/AFU  EAU 
Recommandations     
Critères de gravité  Sepsis avec qSOFA>2 ou choc septique ou obstacle des voies urinaires  Sepsis avec qSOFA>2 (S) ou choc septique 
BU  Non précisé  Non précisé 
ECBU  Oui (C)  Oui avant traitement (S) 
Biologie  Hémocultures, NFS, CRP, urée, créatininémie (C)  2 séries d'hémocultures (S) 
    PCT et lactates 
imagerie  Uro-TDM à défaut échographie (C)  Échographie ou uro-TDM le plus tôt possible 
Traitement probabiliste si absence d'argument pour une EBLSE  C3G IV (aztréonam si allergie)+amikacine (B)  IV et large spectre dans la première heure après le début des signes de gravité (S) 
Traitement probabiliste si FdR d'une EBLSE  Carbapénème (AP) (aztréonam si allergie)+amikacine  IV et large spectre dans la première heure après le début des signes de gravité (S) 
Mesures autres  Non précisé  Drainage des voies urinaires si obstacle (S) 
    Unité de soins intensifs (S) 
Durée de traitement  10j (C)  7 à 10j selon la molécule 



Légende :
Entre parenthèse le niveau de preuve de chaque recommandation. ABC ou AP pour SPILF-AFU ; fort (S) ou faible (W) pour l'EAU.



Tableau 6 - Tableau comparatif des recommandations européennes et françaises concernant la cystite.
Société savante  SPILF/AFU  EAU 
Recommandations     
BU  Recommandée  Recommandée (W) 
ECBU  Pas en 1re intention  Lorsque le diagnostic est incertain ou en cas d'échec (S) 
  Indiqué en cas d'échec   
Biologie  Non précisé  Non précisé 
Imagerie  Non précisé  Non précisé 
Lieu de prise en charge  Non précisé  Non précisé 
Traitement probabiliste  1er choix : fosfomycine-trométamol (I-A)  1er choix : fosfomycine-trométamol, pivmécillinam ou nitrofurantoine (S) 
  2e choix : pivmécillinam (I-A)  Alternative : éphalosporine (cefadroxil par exemple) ; i résistance de E . coli <20 % : cotrimoxazole ou triméthoprime 
Durée de traitement  1 jour (dose unique) : fosfomycine-trométamol, 5jours : pivmécillinam  1 jour (dose unique) : fosfomycine-trométamol ; 5jours : nitrofurantoine ; 3-5jours : pivmécillinam ; 3jours : cotrimoxazole ; 5jours : triméthoprime 



Légende :
Entre parenthèse le niveau de preuve de chaque recommandation. ABC ou AP pour SPILF-AFU ; fort (S) ou faible (W) pour l'EAU.



Tableau 7 - Tableau comparatif des recommandations européennes et françaises concernant l'infection urinaire fébrile de l'homme.
Recommandations  SPILF/AFU : IU masculines  EAU : « acute bacterial prostatitis » 
BU  Conseillée pour sa VPP>85 %  Conseillée pour sa VPP>95 % 
ECBU  Systématique  Systématique 
Imagerie  Échographie non systématique sauf sepsis grave, RAU, suspicion de lithiase  Échographie non systématique 
Lieu de prise en charge  Ambulatoire sauf sepsis grave, drainage, immunodépression grave  Non précisé 
Traitement différé  Dans les formes paucisymptomatiques  Systématique 
Traitement probabiliste  FQ en 1re intention alternative : C3G  C3G ou FQ±aminoside 
Traitement documenté  Privilégier FQ et TMP-SMX  Non précisé 
Voie d'administration  Orale sauf impossibilité  Parentérale jusqu'à régression des signes infectieux puis orale 
Durée du traitement  14j si FQ ou TMP-SMX  14 à 28
  ≥21j si TUBA préexistants, lithiase, abcès, facteur de risque, utilisation d'autres molécules   
EBLSE  Selon ATBG, sauf céfixime, amox-clav, furanes  Non précisé 





Tableau 8 - Tableau comparatif des recommandations européennes et françaises concernant l'infection chez la femme enceinte.
Société savante  SPILF/AFU 2018  EAU 2018 
Recommandations     
BU  Pour le dépistage (B)  Non précisé 
ECBU  1bactérie≥105  Idem 
Biologie  Non  Idem 
Imagerie  Non  Idem 
Prise en charge  Ambulatoire  Idem 
Traitement adapté à l'antibiogramme  1 : amoxicilline  Non précisé 
  2 : pivmécillinam (C)   
  3 : fosfomycine-trométamol (B)   
  4 : nitrofurantoine ou TMP ou SMX-TMP ou amox-acide clavulanique ou céfixime   
Durée de traitement  DU pour fosfomycine-trométamol  DU pour fosfomycine-trométamol 
  7jours pour les autres schémas (B)  Traitement court : 2-7jours pour les autres schémas (W) 
Surveillance  ECBU à j8-10 de la fin du traitement puis mensuel jusqu'à l'accouchement  ECBU de contrôle (moment non précisé) 



Légende :
Entre parenthèse le niveau de preuve de chaque recommandation ABC ou AP pour SPILF-AFU ; fort (S) ou faible (W) pour l'EAU.


Références



Foxman B. Epidemiology of urinary tract infections: incidence, morbidity, and economic costs Dis Mon 2003 ;  49 (2) : 53-70 [inter-ref]
Caron F., Galperine T., Flateau C., Azria R., Bonacorsi S., Bruyère F., et al. Practice guidelines for the management of adult community-acquired urinary tract infections Med Mal Infect 2018 ;  48 (5) : 327-358 [inter-ref]
Bonkat G., Pickard R., Bartoletti R., Cai T., Bruyère F., Geerlings S.E., et al. EAU guidelines on urological infections  :  (2018). 
Zhanel G.G., Harding G.K., Nicolle L.E. Asymptomatic bacteriuria in patients with diabetes mellitus Rev Infect Dis 1991 ;  13 (1) : 150-154 [cross-ref]
Nicolle L.E., Friesen D., Harding G.K., Roos L.L. Hospitalization for acute pyelonephritis in Manitoba, Canada, during the period from 1989 to 1992; impact of diabetes, pregnancy, and aboriginal origin Clin Infect Dis 1996 ;  22 (6) : 1051-1056 [cross-ref]
Eriksson I., Gustafson Y., Fagerström L., Olofsson B. Prevalence and factors associated with urinary tract infections (UTIs) in very old women Arch Gerontol Geriatr 2010 ;  50 (2) : 132-135 [cross-ref]
Caljouw M.A.A., den Elzen W.P.J., Cools H.J.M., Gussekloo J. Predictive factors of urinary tract infections among the oldest old in the general population. A population-based prospective follow-up study BMC Med 2011 ;  9 : 57 [cross-ref]
McDonald H.I., Thomas S.L., Nitsch D. Chronic kidney disease as a risk factor for acute community-acquired infections in high-income countries: a systematic review BMJ Open 2014 ;  4 (4) : e004100
Egrot C., Dinh A., Amarenco G., Bernard L., Birgand G., Bruyère F., et al. Antibioprophylaxie et bilan urodynamique : recommandations de bonne pratique par consensus formalisé Prog En Urol 2018 ;  28 (17) : 943-952 [inter-ref]
Van Nieuwkoop C., Hoppe B.P.C., Bonten T.N., Van't Wout J.W., Aarts N.J.M., Mertens B.J., et al. Predicting the need for radiologic imaging in adults with febrile urinary tract infection Clin Infect Dis 2010 ;  51 (11) : 1266-1272 [cross-ref]
Dinh A., Davido B., Etienne M., Bouchand F., Raynaud-Lambinet A., Aslangul-Castier E., et al. Is 5 days of oral fluoroquinolone enough for acute uncomplicated pyelonephritis? The DTP randomized trial Eur J Clin Microbiol Infect Dis 2017 ;  36 (8) : 1443-1448 [cross-ref]
Klausner H.A., Brown P., Peterson J., Kaul S., Khashab M., Fisher A.C., et al. A trial of levofloxacin 750mg once daily for 5 days versus ciprofloxacin 400mg and/or 500mg twice daily for 10 days in the treatment of acute pyelonephritis Curr Med Res Opin 2007 ;  23 (11) : 2637-2645 [cross-ref]
Kazemier B.M., Koningstein F.N., Schneeberger C., Ott A., Bossuyt P.M., de Miranda E., et al. Maternal and neonatal consequences of treated and untreated asymptomatic bacteriuria in pregnancy: a prospective cohort study with an embedded randomised controlled trial Lancet Infect Dis 2015 ;  15 (11) : 1324-1333 [inter-ref]
Nicolle L.E., Gupta K., Bradley S.F., Colgan R., DeMuri G.P., Drekonja D., et al. Clinical practice guideline for the management of asymptomatic bacteriuria: 2019 update by the infectious diseases Society of America Clin Infect Dis 2019 ;  68 (10) : 1611-161510.1093/cid/ciz021 [cross-ref]
Smaill F.M., Vazquez J.C. Antibiotics for asymptomatic bacteriuria in pregnancy Cochrane Database Syst Rev 2015 ; [CD000490].
Widmer M., Gülmezoglu A.M., Mignini L., Roganti A. Duration of treatment for asymptomatic bacteriuria during pregnancy Cochrane Database Syst Rev 2011 ; 10.1002/14651858.CD000491.pub2[CD000491].
Bayrak O., Cimentepe E., Inegöl I., Atmaca A.F., Duvan C.I., Koç A., et al. Is single-dose fosfomycin trometamol a good alternative for asymptomatic bacteriuria in the second trimesterof pregnancy? Int Urogynecol J Pelvic Floor Dysfunct 2007 ;  18 (5) : 525-529 [cross-ref]
Estebanez A., Pascual R., Gil V., Ortiz F., Santibáñez M., Pérez Barba C. Fosfomycin in a single dose versus a 7-day course of amoxicillin-clavulanate for the treatment of asymptomatic bacteriuria during pregnancy Eur J Clin Microbiol Infect Dis 2009 ;  28 (12) : 1457-1464 [cross-ref]






Crown Copyright © 2020 
Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.