Indice de masse corporelle et cancer de la prostate : éléments histo-pronostiques sur les biopsies et les pièces de prostatectomies totales

25 novembre 2012

Auteurs : I. Ouzaid, E. Xylinas, Y. Allory, D. Vordos, C. Abbou, L. Salomon, A. De La Taille, G. Ploussard
Référence : Prog Urol, 2012, 13, 22, 769




 

Objectifs.– Comparer les facteurs histo-pronostiques sur les biopsies et les pièces des prostatectomies totales chez les patients obèses et non obèses.


Méthodes.– Entre 2005 et 2010,270 patients qui ont un cancer de la prostate (CaP) diagnostiqué par 21 biopsies par voie endorectale écho-guidées et qui ont eu une prostatectomie totale (PT) ont été évalués. Les patients ont été répartis en fonction de leur indice de masse corporelle (IMC) en deux groupes : IMC<25kg/m2 (groupe 1) et IMC>25kg/m2 (groupe 2). Les données anatomopathologiques sur les biopsies et les pièces de PT ont été comparées. L’IMC a été testé en analyse uni et multivariée comme facteur de risque de score de Gleason péjoratif, de marges positives, d’extension extra-capsulaire, d’envahissement des vésicules séminales et de récidive biologique.


Résultat.– Les patients des deux groupes (groupe 1 : n =107 ; groupe 2 : n =163) étaient identiques en termes d’âge, de PSA, du volume prostatique et de la testostéronémie. En revanche, les patients avec un IMC>25kg/m2 avaient plus de risque d’avoir plus de biopsies positives et plus de cancer sur les biopsies avec respectivement 4,12±3,40 vs. 5,28±4,79 (p =0,001) et 16,28±31,45mm vs. 22,3±33,59mm (p =0,012). Par ailleurs, les patients en surpoids avaient plus d’extension extra-capsulaire après la chirurgie (p =0,01). Après un suivi moyen de 63 mois, les patients avec un IMC>25kg/m2 avaient plus de récidives biologiques (18 % vs 7 %, p =0,01). Cependant, lorsque l’IMC était ajusté aux autres facteurs de risque de récidive biologique, les résultats étaient non significatifs sauf chez les patients avec un grade de Gleason 4 dominant sur les pièces de PT (p =0,04).


Conclusion.– Les résultats de cette étude ont montré que les CaP avaient plus de facteurs de mauvais pronostic au diagnostic chez les patients avec un IMC>25kg/m2.




Haut de page



© 2012 
Publié par Elsevier Masson SAS.