Incontinence urinaire à l'effort de la femme et troubles génito-sexuels. Etude de 35 cas.

16 juillet 2001

Mots clés : incontinence urinaire, Femme, sexualité
Auteurs : Amarenco G, Le Cocquen A, Bosc S
Référence : Prog Urol, 1996, 6, 913-919
BUTS : Essayer de préciser la fréquence et le type des troubles génito-sexuels observés au cours de l'incontinence urinaire à l'effort de la femme. Essayer d'en préciser les mécanismes physiopathologiques. Etudier les corrélations éventuelles entre le retentissement psychologique de l'incontinence urinaire et les troubles sexuels. METHODES : 35 patientes atteintes d'une incontinence urinaire à l'effort ont été prospectivement explorées. Etaient réalisés : un examen clinique, une évaluation du retentissement des troubles urinaires et des troubles sexuels à l'aide d'une échelle visuelle analogique, une exploration urodynamique et pour 22 patientes une exploration électrophysiologique périnéale comportant un électromyogramme, une étude du réflexe sacré et des latences terminales du nerf pudendal.
RESULTATS : Le mécanisme des fuites était 31 fois un défaut de transmission des pressions vésicales à l'urètre (21 insuffisances sphinctériennes associées), 4 fois une insuffisance sphinctérienne isolée. Des troubles génito-sexuels accompagnaient les troubles urinaires dans 86% des cas. Dans 28% étaient notées des fuites urinaires pendant les rapports sexuels, et dans 60% une hypo ou anorgasmie. Il n'existe pas de corrélation entre la gène induite par les fuites et l'existence ou l'importance des troubles sexuels. Seule, une chirurgie abdomino-pelvienne antérieure apparaît comme un facteur statistiquement associé aux troubles génito-sexuels contrairement aux autres facteurs de risque de la neuropathie périnéale d'étirement (âge, prolapsus, ancienneté de l'incontinence urinaire, troubles anorectaux associés, ménopause, nombre de grossesses).
CONCLUSION : Fréquents au cours de l'incontinence urinaire à l'effort de la femme, les troubles sexuels, même s'ils sont volontiers multifactoriels, sont souvent la conséquence et fréquemment la cause d'une perturbation psychologique.