Incontinence urinaire de la femme. Evaluation et traitement. Chapitre 4 : Incontinence urinaire d'origine vésicale - Instabilité vésicale.

10 février 2002

Mots clés : incontinence urinaire, Femme, Vessie, instabilité
Auteurs : Ballanger P, Rischmann P
Référence : Prog Urol, 1995, 5, 773-787
L'instabilité vésicale est une cause habituelle d'lU chez la femme, souvent associée à l'incontinence urinaire à l'effort; c'est la cause la plus fréquente d'lU chez le sujet âgé. La pathogénie de ce trouble fonctionnel vésical reste imprécise et plusieurs hypothèses ont été avancées. Son diagnostic reste difficile parce que les aspects cliniques manquent de specificité, et parce que la cystométrie susceptible de mettre en évidence les contractions anormales déshinibées pendant le remplissage, qui la caractérise, comportent un taux élevé de faux négatifs. Des tests de sensibilisation sont proposés mais ne sont pas encore tous validés. L'absence de corrélation entre les données cliniques et urodynamiques a conduit à dissocier l'instabilité sensorielle et l'instabilité motrice. Les possibilités thérapeutiques sont diverses et reflètent les incertitudes pathogéniques. Le traitement de référence reste l'Oxybutinine; mais il existe un taux élevé d'effets secondaires qui rendent sa tolérance parfois difficile. L'efficacité de l'électrostimulation est diversement appréciée. En cas d'échec des mesures conservatrices, I'entérocystoplastie d'agrandissement représente une alternative intéressante et efficace dans la plupart des séries publiées au prix d'une morbidité limitée. L'instabilité vésicale a été considérée pendant longtemps comme un facteur pronostic péjoratif vis-à-vis du traitement chirurgical de l'IU mixte. Les données récentes ont permis de remettre en question cette vision des choses, I'instabilité pouvant être guérie par le traitement chirurgical de la composante à l'effort dans 2/3 des cas.